Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 08:30
Génétique : REMUE-Meninges:Arabes et Berbères font partie des ancêtres européens

> Génétique : Arabes et Berbères font partie des ancêtres européens

Génétique : Arabes et Berbères font partie des ancêtres européens

par Hannibal GENSERIC (son site)
samedi 28 mars 2015

161 Réactions

0

Recommandé

Des études sur l'ADN ont permis de catégoriser tous les êtres humains sur Terre en une série de groupes généalogiques descendants d'un ancêtre commun à un moment de la préhistoire. On appelle ces catégories des haplogroupes. Il y a deux sortes d'haplogroupes : les haplogroupes définissant le chromosome Y (Y-ADN) hérité de père en fils, et ceux de l'ADN mitochondrial (ADN mt), toujours hérité par la mère. Le premier renseigne donc sur les ancêtres de la lignée agnatique (ou patrilinéaire), et la seconde sur la lignée cognatique (or matrilinéaire).

Les haplogroupes Y-ADN sont également utiles pour déterminer si deux individus apparemment non apparentés mais portant le même nom de famille descendent bel et bien d'un même ancêtre dans un passé pas trop lointain (3 à 20 générations). Pour le savoir, on compare les haplotypes des marqueurs STR. Les tests de SNP quand à eux permettent de retracer ses origines ancestrales beaucoup plus lointaines, et d'identifier le groupe ethnique antique auquel nos ancêtres appartenaient (par exemple celtique, germanique, slave, greco-romain, basque, ibérien, phénicien, etc.).

Haplogroupe J1

J1 est un haplogroupe typiquement sémitique, constituant la plus grosse partie de la population de la péninsule arabe. Sa plus forte densité a été constaté au Yémen (72%), qui doit être sa terre d'origine. La conquête musulmane du Moyen Orient, de l'Afrique du nord, et dans une moindre mesure de l'Espagne et de la Sicile, propagèrent J1 bien au delà de l'Arabie, créant un nouveau monde arabe.

Haplogroupe E1b1b

L'haplogroupe E1b1b (anciennement E3b) représente la dernière migration majeure directe d'Afrique vers l'Europe. On pense qu'il serait apparu dans la corne de l'Afrique il y a environ 26.000 ans, et se serait dispersé en Afrique du Nord et au Proche-Orient au cours du paléolithique tardif et du mésolithique. Les lignages paternels E1b1b sont étroitement liées à la diffusion des langues chamito-sémitiques.

Les langues chamito-sémitiques sont réparties généralement en cinq branches :

L'haplogroupe E1b1b pourrait bien être associé avec le premier développement du mode de vie néolithique et l'avènement de l'agriculture, que l'on pense à l'heure actuelle s'être développée dans le Croissant Fertile,

mais qui aurait pu apparaître plus tôt dans des régions du nord-est de l'Afrique désormais recouvertes par le désert du Sahara. L'agriculture s'est ensuite propagé du Proche-Orient vers l'Europe, dans un premier temps principalement par des éleveurs d'ovicapridés.

Cinq sous-clades majeurs d'E1b1b (V12, V13, V22, M81, M123) tirent leurs origines du nord-est de l'Afrique avant le néolithique. La plupart des sous-clades principales sont par conséquent présentes pratiquement dans toutes les régions où l'on trouve E1b1b. La seule exception est la Norvège, la Suède et la Finlande, où seul E-V13 semble être présent.

E1b1b1a1 (ou E-M78, anciennement E3b1a) est la variété la plus commune de l'haplogroupe E entre européens et proche-orientaux. E-M78 est divisé en 4 branches principales : E1b1b1a1 (E-V12), E1b1b1a2 (E-V13), E1b1b1a3 (E-V22) et E1b1b1a4 (E-V65), chacune subdivisée en d'autres sous-clades.

  • E-V13 est l'un des principaux marqueurs de la diffusion néolithique de l'agriculture à partir du Levant. Comme toutes les autres sous-clades de E-M78, E-V13 est provenu du nord-est de l'Afrique vers la fin de la dernière période glaciaire. Sa fréquence est maintenant beaucoup plus élevée en Grèce, dans le sud de l'Italie et dans les Balkans que partout ailleurs en raison d'un effet fondateur parmi les colons néolithiques du sud du Levant. Des preuves archéologiques montrent que la région de Thessalie, en Grèce du Nord, a été le point de départ (vers 6.000 avant notre ère) de la diffusion de l'agriculture à travers les Balkans et le bassin du Danube, qui s'est ensuite répandue vers l'ouest jusqu'au nord de la France, et vers l'est jusqu'en Russie. E-V13 fut plus tard associé à l'expansion de la Grèce antique et ses colonies. En dehors de l'Europe centrale et des Balkans, V13 est particulièrement fréquent dans le sud de l'Italie, à Chypre et dans le sud de la France, qui faisaient toutes partie du monde grec antique.
  • E-V22 est principalement présente dans l'ouest de Éthiopie, le nord de l'Égypte et le Levant. En Europe, il est donc associé avec les Phéniciens et les Juifs, en plus de la propagation de l'agriculture. Les Phéniciens pourraient avoir diffusé E-V22 en Sicile, en Sardaigne, dans le sud de l'Espagne et au Maghreb, tandis que les Juifs l'auraient apporté en Grèce, en Italie continentale et en Espagne.
  • E-V12 est la sous-clade de M78 la plus courante dans le sud de l'Egypte. La présence modérée des V12* au Proche-Orient et en Europe (à l'exception des pays nordiques) indique qu'il s'agissait d'une lignée de néolithique mineure qui a accompagné E-V13.
  • E-V65 se trouve principalement en Afrique du Nord, avec une fréquence maximale (20 à 30 %) observée en Libye, en Tunisie et dans le nord du Maroc. L'absence de V65 dans la corne de l'Afrique indique qu'il aurait provenu d'Afrique du Nord. V65 a également été trouvé dans un faible pourcentage de la population (de 0,5 à 5 %) en Égypte, en Grèce, dans la péninsule italienne, en Sicile et, plus intéressant encore, parmi les Sardes et les Basques, deux isolats de population possédant de fortes affinités avec la population de l'Europe néolithique et mésolithique. Sa forte distribution en Afrique du Nord et sa très faible présence dans les régions du sud de l'Europe qui ont eu des liens historiques avec l'Afrique du Nord suggèrerait plutôt que cette lignée a été apportée dans le sud de l'Europe par des immigrants d'Afrique du Nord. Dans le cas de l'Italie, cela aurait pu se passer n'importe quand entre la période phénicienne/carthaginoise (d'environ 1000 à 146 AEC) et le Royaume vandale. En Grèce, V65 pourrait provenir des anciennes colonies de la Cyrénaïque. Dans la péninsule ibérique, V65 aurait pu traverser le détroit de Gibraltar à n'importe quelle période de l'histoire depuis la fin du paléolithique.

E-M81 est probablement originaire de la corne de l'Afrique, bien que sa présence soit très limitée de nos jours (1,5 % en Somalie, 5 % au Soudan). M81 a colonisé l'Afrique du Nord et le Levant et est devenu la lignée dominante des Berbères d'Afrique du Nord-Ouest, presque certainement à cause d'un effet fondateur. Dans le centre et le sud du Maroc E-M81 peut culminer à plus de 80 % de la population. M81 se retrouve également dans la péninsule ibérique et, dans une moindre mesure, dans le sud de l'Italie (1-2 %) et le sud de la France (0,5 %). M81 est particulièrement fréquent en Estrémadure (15,5 %), en Andalousie (13,5 %), dans le sud du Portugal (11 %), dans le nord-ouest de la Castille (10 %) et en Galice (10 %). Le pourcentage le plus élevé de E-M81 en Europe se trouve parmi les Pasiegos (30 %), une communauté isolée vivant dans les montagnes de la Cantabrie (au Nord de l'Espagne, elle est délimitée à l'Est par la Communauté autonome du Pays basque, et au Sud par la Castille-et-León) .

Hannibal GENSERIC

Source : http://www.eupedia.com/europe/origines_haplogroupes_europe.shtml

Partager cet article

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article

commentaires