Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 15:27

 

 

 

 

 

L'option 1, un choix politique

Le débat au sein du PCF sur le choix de notre candidature aux présidentielles a pris une dimension passionnelle alors qu’il s’agit d’abord d’un choix politique. Nous savons de longue date les raisons pour lesquelles cette élection est la plus compliquée pour notre parti comme pour les combats que nous menons pour une alternative aux politiques d’austérité et pour hâter le temps du commun, de l’égalité et de la liberté que nous avons définie à notre dernier congrès. Notre décision doit donc procéder d’une réflexion politique sur l’enjeu de cette élection dans le contexte national, européen et mondial que nous vivons. National avec le risque considérable pour notre peuple qu’elle réduise le paysage politique à un affrontement entre la droite et l’extrême droite lourd de danger sur le plan social et démocratique ; le risque est même réel de voir Marine Le Pen l’emporter en profitant de la division de la droite et de l’absence de la gauche ; européen parce que nous savons à quel point l’institution européenne est un verrou qu’il nous faut affronter pour permettre la mise en œuvre d’une politique progressiste dans notre pays ; mondial enfin car l’élection de Trump aux USA confirme la force à cette échelle d’un capitalisme sauvage décidée à remettre à l’ordre du jour les affrontements nationalistes, les guerres et la mise en cause des libertés pour résoudre les contradictions qu’ils rencontrent.

Comme nous ne pouvons pas affronter seul l’ensemble des dimensions de ce combat de classes, la question du rassemblement est incontournable. Le nier est pure folie suicidaire (cf. Marx et « le solo qui devient un chant funèbre ») . Dans notre histoire ce n’est que par le rassemblement de forces très large que nous avons su affronter,  les grands moments de notre histoire : le front populaire, la résistance et la libération, la lutte contre le colonialisme, celle contre le pouvoir personnel…. Mai 68 montre à contrario que lorsque nous n’avons pas pu créer les conditions de l’union l’échec a été au bout. Mais l’union n’a jamais été un long fleuve tranquille, c’est même le contraire et nous avons l’habitude de dire à juste titre qu’elle est un combat qui connait ses réussites et ses échecs. Ainsi après la victoire du non d’une gauche rassemblée contre le TCE en 2005, ce fut le double échec des collectifs antilibéraux et de la candidature de Marie Georges Buffet. Nous avons su remettre l’ouvrage sur le métier avec la création du Front de gauche et la campagne unitaire de 2012. Aujourd’hui à quoi sommes-nous confrontés ? D’une part à la crise du Front de gauche qui mérite un vrai débat en lieu et place des invectives que nous lisons de toutes parts, d’autre part à l’échec dramatique du quinquennat de Hollande avec les risques considérables qu’il fait peser sur l’existence d’une gauche alternative dans un pays où elle a toujours jouer un rôle majeur. Mesure-t-on les dégâts concrets causés à notre peuple par la politique de ce gouvernement qui ose encore se réclamer de la gauche : misère, chômage, précarité, mise en cause des droits sociaux, portant ainsi gravement atteinte à l’espoir d’une vie meilleure. Il fallait donc tenter d’élargir le front opéré en 2012 à toutes les forces politiques, sociales et citoyennes opposées à cette politique. C’est ce que nous avons fait en tentant de surmonter les difficultés de tous ordres rencontrées. Chacun a pris ses responsabilités dans cette situation et il sera toujours temps de les dénoncer. Mais une situation concrète est ce qu’elle est et elle appelle non des réactions passionnelles mais « une analyse concrète » (Lénine) : force est en effet de constater que nous ne sommes pas parvenu à former cet arc de rassemblement plus large. A vouloir désespérément le trouver nous risquons, au bout du processus chaotique et totalement imprévisible que suivent le PS et les frondeurs, d’être confronté à 3 options, subies du fait de notre impéritie : où la poursuite du solo funèbre avec un risque vital pour notre parti, où la conclusion d’un accord politique avec le PS qui est totalement à exclure, où un appel de dernière minute au vote Mélenchon, ce qui ressemblera fort à un ralliement.

Je préfère dès aujourd’hui assumer le choix politique d’appeler en toute indépendance à voter pour Jean-Luc Mélenchon. Cela nous permettrait d’amplifier un rassemblement déjà réel et d’agir au sein, non de la France insoumise, mais de ce nouvel espace politique que nous créerons de fait avec d’autres forces, pour lui donner une ambition majoritaire et contribuer à son contenu transformateur. Nous préparerons ainsi les législatives en imposant le respect de chacune des composantes engagées. L’union est un combat mais c’est la seule voie d’avenir pour reconstruire une gauche de transformation sociale, une gauche actuellement en crise sur le plan politique comme au plan intellectuel.

Partager cet article

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article

commentaires

CLERC 19/11/2016 16:44

y a ^pas le comportement de certains , la forme passionnelle de leurs interventions ma font regretter les débats dans les cellules et le centralisme démocratique