Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 14:51
LA VIE DU PARTI:Le choix de la dynamique populaire par Marie-Pierre Vieu membre du comité exécutif national (CEN) du PCF.

Le choix de la dynamique populaire

Publié le 21/11/2016 à 12:10 par andrenicolas 
Le choix de la dynamique populaire
Le choix de la dynamique populaire
Marie-Pierre Vieu
Lundi, 21 Novembre, 2016
Humanite.fr
Photo Rémi Gabalda/AFP
 

Par Marie-Pierre Vieu, membre du comité exécutif national (CEN) du PCF.

A la fin de la semaine, les communistes vont avoir à se prononcer entre deux options de candidatures pour la Présidentielle.
Dans les échanges que nous avons ces dernières semaines, chacun -e compte pour un-e. Les premiers responsables comme les autres. Chacun est également garant de l’unité de notre Parti. Je pense très personnellement que préserver cette unité n’implique pas de lisser notre débat, de tenter de faire comme s’il était simple et n’avait pas de conséquence pour le Parti : Dans notre cohésion organisationnelle, dans notre force militante, dans notre représentation nationale. 
La direction du PCF comme les communistes ne sont pas unanimes. Mais cela ne deviendra un problème que si elle refuse de mener notre échange jusqu’à son terme, dans la contradiction des arguments politiques posés, dans la transparence et dans le respect des prises de position. Pour ma part, comme je l’ai fait à la conférence nationale, je voterai pour l’option 1 de soutien à Jean Luc Mélenchon. 
Elle m’apparaît en l’état du rapport de force politique et social, la seule en situation de favoriser une dynamique populaire. Encore plus en cette soirée de 1er tour des primaires LR qui commencent à nous faire entrevoir la nouvelle étape de rupture politique et sociale dans laquelle nous sommes entrés. 
Affirmant cela, j’ai conscience que ce constat fait débat, dans les rangs communistes comme dans ceux de la gauche d’alternative. 
Plus sur la démarche de campagne du leader de la France Insoumise que sur la majorité des propositions avancées. Certes j’ai connaissance via les réseaux sociaux de nombreux arguments démontrant l’incompatibilité de nos programmes. Cela signifierait alors que l’ensemble des batailles électorales menées jusqu’aux régionales de 2015 et aux législatives partielles de cette année seraient caduques ? Allons donc.. Si je m’en réfère à ma propre expérience,  nous trouverons des réponses communes à cette question dès lors que acterons un même souci de répondre aux urgences sociales dans la diversité de ce que nous sommes. 
Ce qui me trouble comme cela heurte nombre de mes camarades est plutôt la manière qu’a Jean Luc Mélenchon de passer outres tout cadre de débat concerté, et de se nourrir de la fragmentation de son propre camp faisant table rase de l’existant : le FdG, la gauche, les partis, la politique, l’establishment, les oligarchies, tous désignés comme responsables de la crise politique et sociale dans laquelle nous sommes . 
« Je vote et ils dégagent » La formule est explicite et je n’y souscris pas. Alimenter l’anti système sans autre perspective que la dégénérescence du système rajoute de la haine à la haine et rien d’autre. Cela fera d’abord le lit d’une droite ultra régressive et du FN comme le Brexit a fait le lit des ultra conservateurs anglais et les présidentielles américaines celui d’un milliardaire fasciste. Pour moi le populisme par sa nature ne fait pas toujours bon ménage avec la démocratie, l’échange, la construction partagée. Je doute du fait qu’il puisse ouvrir une voie à gauche.
J’ai profondément aimé la campagne FdG 2012 et le candidat Mélenchon quand il faisait assaut d’éducation populaire, n’hésitant pas par 5 degrés et sous la pluie à nous raconter comment s’est constituée l’unité de la France de Philippe Le Bel à aujourd’hui, ce que ce mouvement constitue d’Universel ; quand il faisait rêver d’un autre Monde ! Je n’aime pas Jean Luc Mélenchon quand maintenant il surfe sur les notions de Patriotisme et de Nationalisme, qu’il s’acharne publiquement sur des journalistes quoiqu’ils écrivent par ailleurs. Pour moi c’est en préservant le lien au mouvement ouvrier, à la lutte des classes, à la gauche et l’ensemble de ses combats que nous regagnerons un leadership !
Mais en dépit de cela je pense qu’il est aujourd’hui la meilleure candidature pour porter l’espoir à gauche à la Présidentielle de 2017 !
- Parce que Jean Luc Mélenchon est le seul candidat déclaré ouvertement anti austéritaire et crédité de plus de 10 % dans les sondages ; que son influence et sa « repérabilité » sont également le résultat de ce que les communistes ont fait grandir avec le FdG.
- Parce que cette candidature est la seule stable dans une gauche qui continue à se diviser.
- Parce que l’ écologiste, Yannick Jadot, assume lui-même être une candidature de témoignage dont l’unique objectif est d’ancrer la dimension écologiste dans l’après présidentielles.
- Parce que quelque soit la candidature issue de la primaire socialiste ( si elle se tient), elle sera la candidature du PS ; elle devra assumer le quinquennat Hollande et en portera l’indignité.
- Parce que la candidature Macron au lieu de libérer le débat des socialistes va constituer un argument pour imposer une mise au pas des militants et une unité factice du Parti qui risque de museler sa frange la plus progressiste.
- Parce que nous ne sommes plus en janvier 2016, ni au printemps, ni même à la rentrée septembre, que le débat politique et social a bougé et que s’il va continuer à bouger, les grandes lignes sont aujourd’hui installées. Il serait un leurre de croire (ou de vouloir croire parce que la situation existante nous frustre) qu’une nouvelle candidature pourrait demain émerger.
- Parce qu’il est dès lors important que les communistes entrent maintenant en campagne pour faire grandir le mouvement populaire, qu’ils utilisent la seule candidature désormais possible pour cela : celle de Jean Luc Mélenchon.
Il a le soutien d’une grande partie des forces qui ont fait vivre le FdG, Ensemble vient de s’y rajouter ce dimanche 19 novembre. Pour beaucoup de « déçus » du Hollandisme il apparaît déjà comme le candidat crédible à gauche. Pour une immense majorité du peuple de gauche qui n’a ni notre lecture politique, ni notre ressenti militant, il est la candidature naturelle à gauche de par sa campagne de 2012. Et cela risque fort de se renforcer.
Je crois avoir été suffisamment claire : je ne considère pas un soutien du PCF à la candidature JLM comme un ralliement à sa démarche. Notre parti aura sa propre expression et défendra cette candidature avec les positions et arguments qui sont les nôtres. Mais disant cela je suis aussi favorable à ne pas occulter nos points communs car si les communistes font ce choix, ils nous faudra faire une campagne offensive, confiants dans notre capacité à prendre toute notre place dans un cadre dont nous définirons les modalités ensemble et avec toutes celles et ceux qui voudront y participer. 
En parallèle nous continuerons à travailler les passerelles pour que se poursuive le débat à gauche car la vie ne s’arrête à la Présidentielle. Il y a bien sûr le travail de convergences à poursuivre pour les législatives et l’après 2017. C’est pourquoi je considère l’espace unitaire créé avec l’appel des 100 de première importance.
Une candidature PCF même portée par une volonté de rassemblement apparaîtra pour une candidature de division. 
Elle sera au mieux une candidature pour rien, au pire une candidature de trop. Le PCF risque fort d’être sanctionné pour çà. 
S’il ne s’agissait que d’une sanction électorale, cela ne m’inquiéterait pas outre mesure : il est parfois important de se compter, prendre date pour à défaut du présent, préparer l’avenir. Mais ici la défaite électorale prévisible aux Présidentielles aura des conséquences pour les législatives et se doublera d’une défaite politique impactant directement notre capacité à peser comme la force que nous sommes dans la refondation de la gauche qui suivra les élections de 2017. Alors que depuis des années nous avons été un des moteurs dans la convergence et la mise en mouvement des forces pour la transformation, alors que nous avons été une des piliers dans la construction du FdG, alors qu’aujourd’hui encore nous ne cessons d’être le lien entre tous les défenseurs d’une gauche anti austéritaire et écologiste, nous donnerions à ces femmes et hommes qui nous soutiennent dans cette démarche un signal de repli qu’ils ne comprendraient pas.
Un parti n’existe pas d’abord pour ce qu’il est, mais pour les gestes qu’il produit et les initiatives qu’il prend. La force des communistes a toujours été de se mettre au service des plus faibles. Je ne pense pas qu’il y ait un choix vraiment satisfaisant pour le PCF dans les deux options qui nous sont proposées. Mais je crois qu’il y en a un qui participe de l’intérêt immédiat du développement populaire et citoyen.

Partager cet article

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article

commentaires

CLERC 22/11/2016 18:54

A l"heure qu'il est je me rallie à cette argumentation mais avec la désignation de nos candidats aux législative il va falloir être franc avec les militants et les électeurs. Notre différence est une différence de combat, au service d'une France qui souffre pour ne rien lâcher et dénoncer d'ou qu'ils viennent tous les opportunistes. Notre différence est plus importante pour faire avancer les revendications et les idées progressistes que notre ralliement à un quelconque candidat.