Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 17:45
LA VIE DU PARTIUne candidature communiste pour faire évoluer le rapport de forces

Nous vivons une période difficile et extrêmement dangereuse. L’extrême-droite, dans une période de crise, est à deux doigts du pouvoir. La présidente du FN est actuellement donnée par les sondages entre 28 et 30%. Le discrédit des forces politiques traditionnelles, la droite représentée par les Républicains et le parti socialiste qui prétend incarner la gauche à lui seul, peut permettre une victoire du Front national au second tour de la présidentielle si sa candidate se trouve face à un représentant de l’une de ces deux formations. Et, disons le nettement, un deuxième tour Sarkozy/Le Pen ou Valls/Le Pen favoriserait l’abstention et ouvrirait la porte de l’Elysée au Front national.

Les institutions de la Ve République qui corsètent le débat politique ont été aggravées par la mise en place du quinquennat et le couplage de fait de l’élection présidentielle et des législatives. Aggravation due à Lionel Jospin qui s’est décidément trompé sur pas mal de choses. N’oublions pas que c’est le rejet du gouvernement Jospin et de la gauche plurielle qui a donné le résultat que l’on connaît lors de la présidentielle de 2002. Cet échec de Lionel Jospin, et la participation communiste à son gouvernement, n’a pas été assez analysé comme cause des reculs de la conscience de classe.

Les primaires, sous couvert de démocratie, referment encore plus le piège autour de l’ électorat populaire. Dans une vie politique marquée par un fort taux d’abstention –masqué en partie par l’ampleur de la non-inscription sur les listes électorales- ajouter des étapes incompréhensibles pour arriver au vote final ne peut qu’accroître l’abstention, notamment dans les quartiers populaires. (C’est pourquoi ceux qui pensent que Hollande ou Valls peuvent être battus lors de ces primaires minimisent la force des appareils d’Etat et du PS et ne tiennent pas compte de la réalité politique et sociale des quartiers populaires.)

Les médias, les directions politiques du PS ou des Républicains font comme si les primaires étaient déjà institutionnalisées. Débats télévisés entre les postulants, hautes autorités de contrôle, tout est fait pour singer les Etats-Unis dans un Etat, la France, qui n’est pas fédéral.

Les pré candidats se réclamant de la gauche socialiste (Lienemann, Hamon, Filoche et par raccroc Montebourg*) en se pliant aux règles de la primaire de Cambadélis, brouillent encore plus les cartes et reconnaissent, de fait, qu’ils sont dans le même camp que les Valls, Hollande, Rebsamen et compagnie.

Dans ces conditions, et avec la candidature de Jean-Luc Mélenchon, qui jusqu’à aujourd’hui refuse toute perspective d’alliance politique- les idées, les propositions, les actions des communistes, et plus généralement de l’ensemble du mouvement social, sont passées par pertes et profits.

Du vaste mouvement contre la loi travail, il ne reste plus qu’un débat électoral biaisé (on ne sait pas, évidemment qui sera réellement candidat).

Chercher jusqu’au bout l’union pour empêcher la droite et l’extrême droite d’arriver au pouvoir, et les socialistes d’y rester, est bien sur une nécessité. Pour le moment, force est de constater que les choses ne bougent pas. Présenter maintenant une candidature communiste permettrait de lever bien des obstacles. D’abord, elle serait l’affirmation de la politique communiste, liée au monde du travail et permettrait d’ouvrir une perspective politique. Cette candidature serait à la disposition du mouvement social et permettrait de continuer la discussion avec les uns et les autres jusqu’au bout. En clair, elle contribuerait à modifier le rapport de force.

Une candidature présentée par les communistes ne signifierait pas que notre candidate ou candidat soit obligatoirement membre du PCF, mais il y a une différence entre présenter une candidature ou soutenir une candidature. Le parti communiste n’a vocation à exister que s’il est un point d’appui pour transformer la société au profit des classes populaires.

On peut comprendre les arguments d’une partie des communistes qui pensent que la candidature de Jean-Luc Mélenchon doit être soutenue dès maintenant mais elle repose sur des illusions. Que Jean-Luc Mélenchon ait décidé seul de sa candidature, pourquoi pas ? qu’autour de lui se forme un nouvel objet politique : la France insoumise, pourquoi pas ?° Mais il faut alors qu’il accepte la discussion avec toutes les forces politiques qui pourraient le soutenir ou partager une partie de son programme et ainsi de transformer une candidature de ralliement en une candidature d’alliance politique.

Pour le moment France insoumise n’en prend pas le chemin. Et sur son blog*, Jean-Luc Mélenchon va plus loin. Ce mercredi, il a indiqué -en relevant le fait que c’était une première- que la délégation de la France insoumise qui rencontrait le PCF a « été composée (…) des partis et organisations qui constituent "l’espace politique" du mouvement. Cet espace est composé de divers groupes communistes du PCF qui se sont nommés "Communistes insoumis", de "la nouvelle gauche socialiste", du Parti de gauche et des militants de "Ensemble insoumis». Comment se sont autoreprésentés ces différents courants ? Mystère. Faudra-t-il désormais en conclure que la démarche initiée par France insoumise aboutisse au fait qu’il y aurait désormais deux PCF (l’un officiel, l’autre insoumis), deux Ensemble (l’un officiel, l’autre insoumis) et 1 PG (officiel et insoumis tout à la fois…) ? Ironie de la chose, cette décision valide a contrario ce que disent les communistes depuis des mois : à savoir qu’une alliance politique se construit avec des forces politiques. Mais dans ce cas-là, elle doit se construire avec les forces politiques telles qu’elles sont...

 

 

  • Un Montebourg qui par ailleurs ne fit pas un score exceptionnel lors de la primaire socialiste de 2012 (17%) et en se ralliant à Hollande permit la victoire de celui-ci. Il fut aussi avec Benoît Hamon un de ceux qui poussèrent le président élu à se débarrasser de Ayrault et à placer Manuel Valls à Matignon…
  • Je n’aborde pas ici le fond du programme de la France Insoumise.
  • Blog de Jean-Luc Mélenchon (http://melenchon.fr/2016/11/02/pendant-vacances-scolaires-de-novembre/)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article

commentaires

CLERC 03/11/2016 19:31

voila exprimé avec clarté ce que je pense profondément