Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 14:17

Le révélateur de Guyane Par Patrick Apel-Muller

Publié le 02/04/2017 à 07:59 par andrenicolas Tags : homme mer mode news sur roman
Le révélateur de Guyane Par Patrick Apel-Muller
Le révélateur de Guyane
Par Patrick Apel-Muller
Mardi, 28 Mars, 2017
L'Humanité

L'éditorial de Patrick Apel-Muller. « Aujourd’hui, la Guyane se révolte. Les départements d’outre-mer subissent avec une brutalité accrue les politiques d’austérité. »

Hier, la Guadeloupe. Aujourd’hui, la Guyane se révolte. Les départements d’outre-mer subissent avec une brutalité accrue les politiques d’austérité. Les relents coloniaux accentuent les inégalités et les populations sont abandonnées à la précarité. Le discours contre l’assistanat porté par les milieux dirigeants sert de prétexte à une inégalité de droits avec les citoyens de la métropole. Santé, éducation, énergie, transports… les services publics sont réduits à la portion congrue. L’insécurité sociale – une grande partie de la population vit dans des bidonvilles et 50 % des jeunes sont au chômage – fait naître une violence insupportable qui semble l’unique objet d’attention des grands médias qui braquent les projecteurs sur une étrange milice cagoulée, baptisée « les 500 frères contre la délinquance ». Moyennant quoi, la principale mesure réclamée par la droite et poussée jusqu’à la caricature par Marine Le Pen se limite à la traque de migrants, l’envoi de troupes ou d’effectifs policiers dans le territoire déjà le plus militarisé de la République. Cayenne renouerait avec la définition de « vieux vaisseau réformé, transformé en caserne flottante ».

Pourtant, n’en déplaise à Monsieur Macron qui prend le Pirée pour un homme et la Guyane pour une île, le département dispose d’atouts précieux. Il n’est pas seulement une base spatiale de rayonnement mondial, mais un territoire aux richesses multiples – et abondamment pillées – et une tête de pont vers l’Amérique latine. Tout y réclame une ambition de développement qui ne doit pas être détournée en défiscalisations pour investisseurs avides.

Après avoir traîné les pieds, le gouvernement s’est décidé à envoyer des ministres sur place discuter avec les syndicats et les associations qui sont l’ossature du mouvement social. Un saupoudrage ne ferait pas le compte. Il faut vite, beaucoup et au profit du plus grand nombre. Sur ces terres-là comme en métropole.

Partager cet article

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article

commentaires