Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 07:48
 
 
17 juillet 2017

Publié par El Diablo

Bousquet, le chef de la police de Vichy et les dignitaires SS préparant la rafle du Vel d'Hiv du 16 juillet 1942

Bousquet, le chef de la police de Vichy et les dignitaires SS préparant la rafle du Vel d'Hiv du 16 juillet 1942

Ce qu’était « la France » de 1940 à 1944

par Jean Lévy

Ainsi, le président de la République confirme les propos tenus avant lui par Jacques Chirac (et François Hollande) :

« Alors oui, je le redis ici, c'est bien la France qui organisa la rafle puis la déportation et donc, pour presque tous, la mort des 13.152 personnes de confession juive arrachées les 16 et 17 juillet à leur domicile. »

Emmanuel Macron est catégorique et fustige toute autre interprétation historique, celle du général de Gaulle, en particulier. Le chef de la France Libre estimait que c'était lui « la France » à cette époque, et que, de ce fait, le gouvernement de Vichy n'était que l'administration en langue française des autorités d'occupation. Ce qui n'était pas faux durant ces années noires.

Aussi, affirmer comme l'a fait aujourd'hui l'actuel chef de l'Etat : « C'est bien la France qui organisa la rafle puis la déportation » de la population juive , pose à la fois, la responsabilité des Français qui ont géré l'intendance de la mort de ceux qui allait être l'objet d'un massacre systématique dans les camps d'extermination, mais aussi celle des donneurs d'ordre, les Allemands.

Il ne faudrait pas oublier ceux-ci, par souci de ne pas gêner madame Merkel. Car, il est bon de s'en souvenir, les grands industriels allemands - qui ont porté Hitler au pouvoir -  ont sucé le sang des déportés, car cette main-d'oeuvre gratuite servait à multiplier leurs dividendes. Et ces konzerns n'ont guère été inquiétés après guerre : Ils sont restés à la tête de l'économie allemande, toujours assoiffés d'Europe comme du temps du Führer.

Le dire ferait-il tache aujourd'hui ?

Ce rappel ne doit pas exonérer la responsabilité de ceux qui, en France,  ont préparé la défaite  et commis le coup d'Etat du 10 juillet 40 en installant la dictature - l'Etat français - , Pétain a sa  tête. Mais, rappelons-nous : le maréchal, comme nombre de ses ministres, faisait partie du dernier gouvernement de la Troisième République aux côtés de banquiers et de politiciens véreux et d'extrême-droite.  Ce coup de force a été validé par 569 députés et sénateurs, alors que seuls 80 parlementaires osèrent braver la consigne, les élus communistes étant déjà en prison ou en clandestinité.

Il s'agit donc d'un choix de classe  - plutôt Hitler que le Front populaire - qui a présidé à l'installation du gouvernement de Vichy, portant au pouvoir les hommes qui allaient servir l'Occupant, offrant à celui-ci police et justice pour commettre  les crimes dont on honore les victimes aujourd'hui..

De cela, le président de la République n'en a soufflé mot.

Partager cet article

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article

commentaires