Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CHANTS REVOLUTIONNAIRES

Archives

26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 09:56

                                                       MARE-NOSTRUM.jpg



Le président syrien, Bachar Al-Assad a déclaré, mercredi 24 mars, sur la chaîne de télévision libanaise appartenant au Hezbollah, Al-Mannar, que son pays était déterminé à chercher un accord de paix avec Israël. Interrogé sur la raison pour laquelle il ne lançait pas une "guerre de libération" contre Israël, M. Assad a répondu : "La guerre est la pire chose (...). Nous devons continuer à chercher la paix aussi longtemps qu’il reste un espoir. Cela signifie-t-il que nous avons espoir dans l’actuel gouvernement israélien ? pas du tout", a déclaré M. Assad.


  Journal  l'Orient le Jour
À quoi servent les armes ?
ORIENT JOUR

 

Les armes que détiennent Israël, l'Iran et le Hezbollah servent à tuer surtout des populations civiles innocentes de part et d'autre, et à détruire notre pays, son infrastructure et son économie, rendant ainsi la vie des survivants encore plus misérable. Dans les guerres modernes, il n'y a pas de vainqueurs. Les guerres sont des catastrophes humanitaires, une défaite pour les gagnants comme pour les vaincus, puisque les deux belligérants se retrouvent pour panser leurs plaies au bout du drame qui ne résoud aucun problème. Au contraire, la guerre ne fait qu'attiser la haine et rendre la tâche encore plus inextricable aux politiques et aux diplomates lorsqu'il faudra rebâtir un pays et négocier la paix avec les survivants.
Qui a profité des guerres sinon les marchands d'armes, les pourvoyeurs de la mort ? Qui est sorti vainqueur, le Vietnam ou l'Amérique ? L'Amérique ou l'Irak ? Israël ou les Arabes ? Malgré plusieurs victoires, Israël a dû restituer les Territoires conquis à l'Égypte et à la Jordanie pour obtenir la paix... Pourquoi donc ne pas négocier carrément la paix pour prévenir un désastre humain. Que signifie une « victoire divine » si 1 500 innocents ont payé de leur vie et lorsque les destructions subies ne sont certainement pas au bénéfice du soi-disant vainqueur ? À quoi servent les vieux Mig rafistolés promis par les Russes puisque leurs pauvres pilotes-kamikazes libanais seront abattus dès leur première sortie face à la supériorité incontestable des chasseurs américains d'Israël ? À quoi servent les 40 000 missiles du Hezbollah si ce n'est pour attirer la riposte de l'ennemi et détruire les deux pays ? Ahmadinejad et Nasrallah déclarent officiellement et se promettent « d'annihiler Israël ».
Israël se laisserait donc « annihiler » sans se venger en rasant le Liban ? L'Iran et le Hezbollah ne nous expliquent pas non plus comment leurs missiles parviendront à détruire Israël tout en épargnant les Palestiniens qui vivent sur le même territoire ? Donc l'éventuel conflit qui nous attend, à Dieu ne plaise, se terminera par l'anéantissement du Liban et d'Israël ainsi que par la liquidation des Palestiniens par la même occasion. Beau palmarès ! On se souvient que près de la moitié des 120 victimes de la guerre de 2006 en Israël étaient des Palestiniens de Haïfa.
Les menaces de l'Iran et du Hezbollah sont du pain béni pour les faucons d'Israël : non seulement elles ne font qu'attirer encore plus de soutiens militaires et économiques de l'Occident, mais, de plus, ils leur fournissent tous les prétextes pour considérer ces menaces comme des casus belli. Que l'État libanais cesse de faire l'autruche en protestant contre les incursions aériennes et maritimes d'Israël ! Puisque Israël est l'ennemi déclaré et reconnu, pourquoi s'attendre à ce qu'il se conduise comme un voisin pacifique ? Tant que nous ne l'aurons pas mis hors d'état de nuire par un traité de paix, Israël se justifiera toujours, par la nécessité de se protéger des menaces du Hezbollah et de ses armes iraniennes en surveillant notre territoire national. Voilà les vrais dangers non seulement à notre survie mais surtout à la survie de notre pays qui ne se releverait plus d'un pareil conflit aux armes de destruction massive.
Toute cette apocalypse pendant que les Égyptiens, Jordaniens et Syriens dorment en paix ! Toute cette calamité pour ne pas dialoguer et négocier une paix qui permettrait à tous les pays de la région à coexister et à vivre ensemble ! Pourquoi la Syrie, dont le Golan reste occupé et où aucun mouvement de résistance islamique ou autre n'est autorisé, cherche-t-elle par tous les moyens, via la Turquie, la France et surtout l'Amérique, à signer un traité de paix avec Israël et pourquoi le petit Liban, dont le Sud a été évacué et libéré en 2000, est-il devenu, depuis, le dépôt d'un terrifiant arsenal, et pourquoi notre pauvre pays n'aurait-il pas droit à la paix ? Ces derniers jours, les services de renseignements de l'armée israélienne accusaient la Syrie de transférer au Hezbollah des armes iraniennes de plus en plus sophistiquées et meurtrières. Le même jour, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu affirmait que l'État hébreu « ne cherche aucune confrontation avec la Syrie ». Par contre, toutes les menaces et préparatifs à la guerre s'adressent au Liban. Comment se fait-il que c'est toujours le Liban qui est « puni » par Israël, alors que la Syrie par où transitent les armes livrées au Hezbollah a toujours été épargnée ? Est-ce parce qu'en dépit de l'annexion de son Golan, la Syrie n'a jamais menacé Israël en promettant de l'anéantir, à l'instar de l'Iran et du Hezbollah ? Est-ce que l'Iran fournit également des missiles à la Syrie ? Si c'est le cas, pourquoi donc l'Iran n'offrirait-il pas ses missiles à l'armée libanaise plutôt qu'au Hezbollah ? Si jamais Israël venait à évacuer les fermes de Chebaa, nous aurions un problème pour les reprendre... à la Syrie ! Ne pas donner les armes à l'armée libanaise exclusivement maintient l'État libanais impuissant et permet au Hezbollah d'exercer son emprise sur le régime démocratique libanais. Les armes « parlent » plus que tous les discours au Parlement ou dans la seule presse libre de la région.
Pourquoi le petit Liban est-il désigné par l'Iran et le Hezbollah comme le seul champ de bataille ouvert à tous les carnages alors qu'au lendemain des deux guerres de 1967 et 1973, la Ligue arabe avait décrété que le Liban était « un pays de soutien » à la cause arabe et non de confrontation ?
La stratégie de l'œil pour œil que promettait Nasrallah dans un récent discours télévisé est ancrée bien avant lui dans le judaïsme et est à la base de la doctrine d'Israël vis-à-vis de tous ses adversaires depuis sa fondation. Il y a deux ans déjà, l'ayatollah Khamenei, le guide suprême iranien, déclarait : « C'est au Liban que nous allons défaire l'Amérique. » La semaine dernière à Damas, Ahmadinejad demandait au Hezbollah de pilonner Israël de ses fusées en cas d'attaque de l'Iran, comme si les Libanais étaient de son avis...
Amr Moussa nous prévient que le « danger d'une attaque israélienne au Liban est réel » et au lieu de nous immuniser par un traité de paix, comme la Syrie, nous nous laissons entraîner vers l'apocalypse pour servir les intérêts de l'Iran dans son bras de fer avec l'Occident !
Si le Liban-Sud a été évacué unilatéralement et sans crier gare à la demande du président Clinton, qui espérait instaurer la paix au Proche-Orient et décrocher le prix Nobel à la fin de son mandat, la guerre de 2006, par contre, si meurtrière pour le Liban, avait été provoquée par le Hezbollah par l'enlèvement de soldats israéliens par-delà notre frontière. Non seulement les guerres ne servent à rien, mais les armes détenues par des factions non soumises à l'autorité de l'État ne font qu'engendrer des dissensions confessionnelles qui dynamitent la cohésion nationale et mènent soit à la guerre civile, soit à la partition.
La situation actuelle de ni guerre ni paix est, aussi, désastreuse pour la survie du Liban, puisqu'elle paralyse toute volonté d'entreprendre ou d'investir, empêchant ainsi toute croissance économique et ne faisant qu'augmenter le chômage et l'émigration. Justement, la pire des émigrations, celle des forces vives et créatrices ainsi que des jeunes qui ne tiennent pas à hypothéquer leur avenir dans un pays au destin incertain de confrontation militaire, un champ de guerres ouvertes pour les intérêts des autres. Voilà peut-être ce sur quoi misent ceux qui ne prêchent que la haine et la violence, afin de consolider leur mainmise sur un pays appauvri et un État divisé et affaibli.
Tout le Moyen-Orient devrait être démilitarisé ! Que de milliards seraient économisés pour construire et développer les pays de la région, au lieu de les gaspiller pour tuer et détruire. Ces peuples coexisteraient et connaîtraient l'épanouissement dans la paix et la prospérité. Pour le Liban, on bâtirait une infrastructure digne d'un territoire exigu et surpeuplé, mais à vocation touristique ; on planifierait et on profiterait de nos ressources hydrauliques, on aurait l'électricité 24 heures par jour, avec des centrales modernes ; on subventionnerait les énergies propres telles que le solaire ; on relierait les villes côtières par des trains rapides pour éviter la congestion et la pollution, en permettant le transport en commun des dizaines de milliers de citoyens qui convergent sur la capitale tous les jours. Au lieu d'être un terrain de confrontation guerrière, le Liban tout particulièrement deviendrait un petit paradis pour tous ses fils résidents et exilés. À condition d'œuvrer pour la paix et la prospérité plutôt qu'à provoquer des guerres catastrophiques dont nous ne nous releverons plus.

David C. CORM

 

Partager cet article
Repost0

commentaires