Il me parait néanmoins nécessaire de préciser que ces projets d’importance stratégique doivent s’intégrer dans une vision plus globale d’aménagement de la ville, et doivent être rendus compatibles avec le projet urbain d’AJACCIO. Ceci est d’autant plus impératif que la ville, en tant que grand ordonnateur de l’aménagement urbain, élabore et construit son projet global de développement, au travers de son PADD et de son PLU. Acces_PT_St_Jo.jpg Et d’ailleurs, la ville travaille dans le cadre de la finalisation de son PLU avec tous les maîtres d’ouvrages concernés. Ce souci d’une vision globale est un souci permanent tant pour la commune que pour notre groupe. Il nous a d’ailleurs conduit à soumettre à l’Assemblée de Corse une motion votée à l’unanimité le 18 décembre 2008, motion qui a donné lieu à la création du Comité de Pilotage Stratégique « Gare-Amirauté ». Nous sommes contents d’avoir été suivis, et nous félicitons d’être passés par l’instance politique pour proposer une méthode de travail. D’autant que notre motion a été très concrètement suivie d’effets : 1 réunion le 21 avril 2009 en Mairie (Ville/CTC/CAPA/CCI) : nous sommes partis du projet d’aménagement « Gare-Amirauté » et nous nous sommes aperçus que la réflexion portait bien au-delà, sur l’aménagement global de la ville. 1 réunion le 06 mai 2009 qui se déroulait à la CTC : présentation par la Ville des différentes hypothèses de travail sur le secteur « Gare-Amirauté », toujours recadrées dans une vision d’ensemble de la Ville. 1 réunion le 11 juin 2009 à la Ville : nous sommes revenus sur le projet urbain dans sa globalité en abordant des projets particuliers (Kallisté, base nautique, etc) (Remarque : depuis le 11 juin 2009, plus de réunion du CoPil Stratégique….. et le comité de suivi mis en place par délibération du 28 mai 2009 ne s’est jamais réuni) Au-delà de ces réunions de pilotage stratégique, il faut également souligner la qualité des réunions techniques entre la CTC et la Ville, qui se sont déroulées le 30 octobre 2009 et le 1er décembre 2009, et portaient sur d’autres projets, tels que les projets de rocade ou de voierie. Vous l’aurez compris, faire ce bref rappel me permet de souligner l’importance de la coordination des différentes maîtrises d’ouvrages, et d’une nécessaire concertation pour des projets qui participent à un aménagement urbain global et transversal. Ceci dans un souci d’efficacité et de rationalisation des dépenses. C’est de cette manière que doit être pensé et mené le projet de développement du port de commerce d’AJACCIO qui, je le rappelle, représente un investissement de 51M€.

Sur les opérations elles-mêmes

* Concernant le transfert des dépotages de pétrole et de gaz sur le site du Ricanto, au droit du poste de dépotage d’Antargaz : c’est une bonne idée qui répond à une demande très ancienne de la Ville et qui est en parfaite compatibilité avec son projet d’aménagement futur. En revanche, il est une précaution à prendre : il faut s’assurer que ce projet soit conduit en concertation avec GDF qui a ses propres projets en matière de réseau gaz et de stockage (qui dépendent du GALSI …), projets annoncés mais non encore finalisés. * Concernant le transfert de l’activité fret à Saint-Joseph : c’est une opération importante (35M€) sous maîtrise d’ouvrage de la CTC qui, là aussi, va dans le sens des attentes de la Ville, car dissocier le fret et le transport passager est positif. Je précise en passant que, s’agissant de cargos mixtes, on délocalisera, de fait, une partie du transport passager sur Saint-Joseph, ce qui n’est pas une mauvaise chose.

Cependant, quelques précautions s’imposent :
  • Sur l’importance des remblais : quelles conséquences environnementales, notamment en matière de modification des courants ? Certes, des études ont été lancées, mais il faudra être vigilant sur les études complémentaires et les études d’impact.
  • Par ailleurs, il faudra penser à intégrer dans le projet de Saint-Joseph, le centre d’échange multimodal. Cela est primordial pour prendre en compte les besoins de déplacements des passagers des cargos mixtes, mais pas seulement, puisqu’il s’agit de prendre en compte la problématique du transport des voyageurs et des déplacements urbains.

Là aussi une concertation avec la Ville et la CAPA est nécessaire. Une première question doit être posée au niveau technique : le remblai relativement important, a-t-il une superficie suffisante pour intégrer la future plateforme multimodale ? Enfin, toujours sur Saint-Joseph, l’ensemble des collectivités intéressées doivent avoir une réflexion partagée sur au moins deux autres points : * Le risque pluvial : doublement exutoire des Cannes et renforcement exutoire Salines (maîtrise d’ouvrage de la Ville). * Le projet de déplacement de la voie ferrée : veiller à une bonne articulation avec le projet de déplacement de la voie ferrée et le projet de transport en commun en site propre proposé par la CAPA.