Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CHANTS REVOLUTIONNAIRES

Archives

21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 08:38

                                                               CERVEAU

 

 

 

La photo ci dessous a été prise au siège du Parti "Svoboda" à Kiev.

Elle représente Stepan Bandera.

L'homme y parait plus vénéré que stigmatisé, c'est le moins que l'on puisse dire.

 

 

Qui est Stépan Bandera ? 

Pas inutile de revenir un petit peu en arrière pour voir qui est qui ?

Notons d'emblée qu'éclairer la réalité des "révolutionnaires" de Kiev ne conduit pas Canaille le Rouge à se ranger derrière le gouvernement Ukrainien.

Il s'agit juste ici d'éclairer les stratégies impérialistes pour réorganiser la reconquête des espaces de l'Europe de l'Est , l'Asie centrale et tout l'orient qui sont le cap de l'OTAN*

Pour cela, un peu d'histoire :

 

Stepan Bandera est un des fondateurs de l'Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA). 

L'UPA est une armée de guérilla ukrainienne formée en octobre 1942, en Volhynie. Ses dirigeants ont été Dmytro Klyachkivskiy, Roman Choukhevytch (dès janvier 1944) et Stepan Bandera. Il s'agit de la branche militaire de l'Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN). 

 

L'objectif dès les années 30 de la Pologne, de l'Allemagne et des interventionnistes anti-soviétiques était de pousser à l'indépendance de l'Ukraine sur des bases ultra-nationalistes pour former le "cordon sanitaire " pour contenir et faire disparaitre le régime issu de la Révolution d'octobre.


Le recrutement dans les couches ultra anti-juives, anticommunistes et anti slaves (indépendament ou cumulées) d'Ukraine fera de l'UPA un acteur princupal et responsable du massacres de nombreux civils juifs ukrainiens ou polonais, partisans juifs ou non, notamment, à l'été 1943 lors des massacres des Polonais en Volhynie.


Dès l'arrivée au pouvoir des nazis Bandera avec leur soutien est un des organisateur d'assasinats politiques qui lui vaudront une première condamnation à mort en 1934. Même s'il est en Allemagne de 41 à début 44 avant de revenir en Ukraine, Bandera est bien cet ancien collaborateur des nazis, dont les troupes se sont illustré dans la WAffen SS au cours de la "shoah par balle".


Le Centre Simon Wiesenthal qui consacre son activité à la traque des criminels nazis a dénoncé "l'attribution à titre posthume du titre d'Héros de l'Ukraine à Stepan Bandera, qualifiant ce dernier de collaborationniste nazi responsable du massacre de milliers de Juifs pendant la guerre de 1939-1945".


Comment ces nazis sont-ils devenus des alliés précieux de la CIA et plus généralement des occidentaux au point de voir aujourd'hui cette mobilisation internationale autor des pourvoyeur de la solution finale ? 

 

Il faut y voir l'action de ce que durant la guerre froide, on a appelé les réseaux de Rheinard Ghelen (le général gris), officier allemand de la Wehrmacht sous le Troisième Reich. En 1944, chef du service des renseignements à l'Est promu général de brigade par l'état-major nazi en 1944.


Dès l'hiver 42, Gehlen souhaite former une armée de Russes anticommunistes autour de Vlassov qui comprendrait 200 000 hommes. 

 

Devant la défaite des troupes du Reich repoussée inexorablement par l'Armée Rouge et les partisans,Himmler modifie sa politique, il incite à recruter des troupes parmi les antisoviétiques et permet la création de divisions qui seront intégrées dans la SS. 

Pour traquer la résistance soviétique, à partir de leur qualité de russophones, Gehlen travaille à utiliser aussi de ces unités pour ses services de renseignements. 

 

Passant au travers des filtres de la répression des cadres nazis Gehlen se retrouvera à la tête d'un puissant service de renseignements implanté dans le sud et l'ouest de l'URSS,sous la responsabilité de la CIA, dès l'immédiat après guerre.


L'UPA reçut ainsi l'aide de la CIA et du renseignement britannique. C'est seulement en 1947-1948 que la résistance de l'UPA fut suffisamment brisée pour réorganiser l'économie de l'ouest de l'Ukraine. Aidés par les forces de l'OTAN des raids sporadiques de l'UPA se poursuivirent jusqu'au milieu des années 1950, après la mort du général Roman Choukhevytch, qui fut tué dans une embuscade près de Lviv, en mars 1950.

 

Vraissemblablement éliminé par le KGB en 1959 en Allemagne d'où il dirigeait ses réseaux, Bandera est enterré à Munich.

Voilà qui sont ceux que Fabius, BHL OBAMA et les chefs d'états de l'UE nous présentent comme des révolutionnaires.
Comme dirait J-F Kahn qui n'est pas exactement un guérillero de la subversion marxiste :


" Comme tout le monde, je suis choqué par la violence des événements qui se déroulent en Ukraine. Mais je refuse totalement la vision simpliste et néostalinienne de BHL. Sait-il par exemple qu'une partie des manifestants de Kiev appartiennent à un parti d'extrême droite qui se revendique «national-socialiste»? BHL, pour qui la pensée est une forme de guerre, a une fâcheuse tendance à plaquer sur tous les sujets le manichéisme qu'il y a dans sa tête."


C'est dans le Figaro du 19 février 2014) J-F Kahn précisant :


je suis choqué par la facilité avec laquelle il parvient à convaincre les hommes politiques. Après avoir été le conseiller en politique étrangère de Nicolas Sarkozy, il est en train de devenir celui de François Hollande."

 

* Sans vouloir jouer les "stratèges du café de la paix" (ce qu'il n'envisage pas et ne saurait être) La Canaille attire l'attention, en plus de la question des oléoducs et gazoducs,  sur les enjeux de la maîtrise de l'eau et des terres rares tant en Afrique qu'en Asie et d'y calquer les cartes des foyers de tension et opérations de destabilisations politiques.

Les tampons sur les passeports diplomatiques ou non  de Fabius et ses adjoints sera pour cela un excellent repère.

Arrivé à portée de souris de La Canaille, l'article de D. Bleitrach qui complête fort utilement la connaissance de cet ultranazisme du 21ème siècle qui sert d'allié à l'UE: :http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/02/21/quest-ce-que-lopposition-ukrainienne-et-pourquoi-svoboda-par-danielle-bleitrach/

Rédigé par Canaille Lerouge

Partager cet article
Repost0

commentaires