Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CHANTS REVOLUTIONNAIRES

Archives

13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 09:30

RETRAITES PAR POINTS :UNE FUMISTERIE...

LA RETRAITE PAR POINTS

 

Une déclaration de François Chérèque a retenu toute mon attention.

Je me souviens qu'en 2003, en pleine mobilisation sur les retraites, il avait lâché la lutte pour aller, en douce, signé un accord avec Fillon et Raffarin.

Va-t-il récidiver ?

Voilà ce qu'il vient de dire dans un article d'un journal que j'ai trouvé dans la revue de presse de la CGT.

Extraits:

Chérèque : Il faudrait peut-être considérer la durée du travail sur la vie, pas seulement sur la semaine, et intégrer la dépendance dans le débat, en abordant notamment la question du financement par les retraités, plaide le leader cédétiste. M. CHEREQUE plaide aussi pour la transformation du système de retraite par répartition en un système par points, selon lui "plus lisible". "On aurait alors un système de points qui donnent un certain nombre de droits".

Cette déclaration de Chérèque précédait un bureau national qui devait en discuter.

Encore une fois, au lieu de travailler à une position commune de toutes les organisations syndicales, la CFDT va se distinguer sur des bases visant à accompagner le gouvernement dans la remise en cause du niveau et de l'âge de départ en retraites que celui-ci veut organiser après les élections régionales.

Cela va de concert avec la demande faite au conseil d'orientation des retraites (COR), par le gouvernement, d'étudier d'autres systèmes de calcul des retraites, par exemple par points.

Nous savons que le gouvernement, sur injonction de Denis Kessler ancien vice président du Medef et assureur privé, veut mettre fin au système solidaire et par répartition mis en place à la libération par Croizat ministre communiste du travail et de la sécurité sociale et Pierre Laroque directeur de celle-ci.

Chérèque tire donc la première salve.

En proposant la durée du travail sur la vie, que veut-il dire ?

Est-ce à dire que le nombre d'années de cotisations ferait place à une retraite prenant toutes les années de travail sans limite?

 Ce système fait partie des recommandations de la communauté européenne d'en finir avec un âge légal de la retraite.

N'est-ce-pas le départ à la carte ?

On se retrouverait ainsi avec la possibilité de travailler jusqu'à la fin de vie pour les plus acharnés du travail. On reverrait des gens continuait à bosser jusque 70 ans voir plus et des petits vieux, n'ayant pas assez pour vivre une retraite décente, travailler jusqu'à ce que mort s'en suive.

Une autre vision de ce que disaient nos anciens : " une retraite pour les morts".

Cette proposition de la CFDT correspond à la méthode par points.

C'est un salaire différé et dévalué par rapport aux salaires socialisés que sont nos retraites actuelles par la solidarité et la répartition.

Le nombre de points étant déterminé par rapport aux années travaillées et plus d'années travaillées égal plus de points. La course aux points est alors le must auquel on convie les salariés après la course aux heures supplémentaires pour se faire sa paie.

Et  des points qui, évidemment, épousent la carrière en dent de scie de ce qu'est la précarité du travail aujourd'hui.

Terminé les bonifications pour enfants, les trimestres en cas de chômage indemnisé etc.

Et puis la belle affaire, on y ajoute, pour être, comme on dit, équitable, la dépendance avec un financement que paierais les actuels retraités pour finir leur vieux jours.

Cela m'amène au financement et la première chose qui saute aux yeux, c'est le discrétion de Chérèque sur les responsabilités de l'entreprise dans le financement des retraites.

Comme pour la taxe professionnelle, bientôt on va nous dire que pour la compétitivité des entreprises, il faudra en finir avec les cotisations sociales de l'entreprise et en particulier celles de la retraite. Je rappelle avec quelle ténacité Ambroise Croizat a défendu mordicus la cotisation salariale et entreprise au moment de la création de la sécurité sociale. Certains voulaient copier le modèle anglo-saxons fiscalisant la protection sociale et dédouanant totalement le patronat.

Le patronat aujourd'hui en fait son discours principal en protestant contre ce qu'il appelle des charges.

Toujours sur ce système par points: c'est une arme patronale. Elle est au banc d'essai depuis les accords arcoo et agirc de la fin des années 2000. Le patronat avec la complicité de certaines organisations syndicales a trouvé la quintessence, le graal ,les points peuvent être trituré selon la théorie du curseur qui fonctionne toujours vers le moins disant.

Résumons: des points qui seront attribués parcimonieusement, selon votre parcours professionnel accidenté de plus en plus souvent par le chômage, des points qui seront récompense de votre volonté de travailler plus longtemps dans la semaine (heures supplémentaires) et dans la vie (partir les deux pieds presque dans la tombe). A cela vous rajoutez un prix d'achat du point calculé sur des salaires de plus en plus bas et précaires, un prix d'achat beaucoup plus onéreux pour réduire leur nombre et le tour est joué.

N'oublions pas non plus, que le piège ouvert par ce système ne se referme pas au moment du départ en retraite, les gestionnaires des retraites vous attendent au coin du bois en vous payant le point le moins cher possible en le dévalorisant.

Avec ce système de points, depuis les accords arcoo et agirc que la CGT n'a pas signé, les caisses de retraites complémentaires ont pu, grâce aux économies réalisées sur le dos des retraités, réaliser des placements financiers et mettre des dizaines de milliards de coté pour spéculer.

Pendant ce temps les retraités voient leur niveau de retraites se réduire comme un peau de chagrin.

Nul doute qu'avec ce système par points, préconisé par Chérèque, par le patronat, par la droite au pouvoir, le but est d'en finir avec un système de répartition basé sur un nombre d'années de cotisations, des cotisations payées par les salariés et celles prises sur la plus value réalisée à l'entreprise et dont

le patronat veut rafler la mise.

                            medef.jpg
                                          (image: Bandera rossa)



Nul doute enfin, que cette méthode par points vise à regrouper dans un seul système tout ce qui provient de la répartition et de la solidarité, d'en faire un système minimal pour laisser la place à un autre système que réclame à cor et à criDenis Kessler et Parisot du Medef: LA CAPITALISATION.

Chacun connait le terminus: actif et retraités comme les ménages sur la taxe professionnelle, paieront la note.

  Bernard LAMIRAND(section du Bassin d'Arcachon)
                                                

                                                              
Partager cet article
Repost0

commentaires