Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CHANTS REVOLUTIONNAIRES

Archives

11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 09:48

                                 logohuma.gif                           

 Une véritable guerre sociale

 

 

 

On commence par externaliser les services de ménage, de restauration, de maintenance, et on finit par sortir de l’hôpital le traitement des dossiers médicaux, l’interprétation des examens radiologiques, le codage des actes médicaux… La privatisation, le démembrement du service public hospitalier, fonctionne comme ne vis sans fin au détriment des soins, de la prise en compte des patients dans leur intégralité. Tout y passe, jusqu’à la déontologie des métiers, le secret médical. Patients, salariés, cadres, médecins sont victimes de cette machine à broyer. Dans la logique où ne prévalent que les colonnes des dépenses et des recettes, c’est la qualité du service rendu, le sens même du travail qui se perdent, pour laisser place peu à peu à l’abattage d’actes codifiés. Des hommes et des femmes en souffrent, parfois jusqu’à vouloir mourir.

 

Sur l’étal des services publics, l’hôpital n’est pas le seul lot mis en liquidation. L’opération de déstockage est lancée et tout est à vendre. La violence de la crise financière avait un temps quelque peu ébranlé les convictions les plus libérales. Quand il s’agit, à coups de milliards d’euros, de sauver les banques ou d’amortir le choc dans l’industrie automobile, que l’État se mêle d’économie ne semble pas tout à fait déplacé, même pour un libéral pur jus. La crise est toujours là et les beaux esprits se sont ressaisis. Ils ont repris l’archet pour exécuter leur antienne. Bertrand Jacquillat, vice-président du Cercle des économistes qui organise cette fin de semaine à Aix-en-Provence son «Davos provençal», donnait hier le ton dans une tribune au Nouvel Économiste: «Est-ce à dire que les États doivent revenir en force sur la scène économique? La réponse est définitivement non? tranche-t-il. Il demande «un recentrage de l’État sur ses activités principales», qui sont, selon lui, «au-delà des activités régaliennes «le financement des grosses dépenses de santé  et «éducation scolaire pour les enfants les ménages les moins aisés, notamment. Ce n’est plus l’État providence, c’est l’État charité, quelle ringardise tout le reste peut faire profit, au privé donc d’en profiter!

 

Il n’est nul besoin d’injonctions des agences de notation ou du FMI pour appliquer ici les recettes imposées à la Grèce et au Portugal. Le pacte européen euro plus sert de caution générale. On privatise, ?n serre la vis sur les salaires, les pensions, on précarise, on impose des reculs sociaux en tous domaines. Pour être moins brutal, ce qui se passe en France n’en est pas moins lourd de violence. Des attaques contre les services publics, l’emploi des fonctionnaires, à la réforme des retraites, une véritable guerre sociale est engagée contre les salariés par le gouvernement et le patronat français. Et, loin des frappes chirurgicales, ce sont les armes de destruction idéologique massive qui sont employées. Chaque jour, les conventions de l’UMP, les ministres en campagne, certains médias, envoient leurs missiles pour tenter d’hébéter le monde du travail et le mettre à genoux. Les partis de gauche, le Parti socialiste surtout, auraient tort de n’y voir que tapage et occupation de terrain. À laisser l’ennemi occuper seul le champ de bataille…

 

Pour être moins brutal, ce qui se passe en France n’en est pas moins lourd de violence.

 

Olivier Mayer (l'Humanité du 8/7/2011)

 

                        

Partager cet article
Repost0

commentaires