Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 06:30

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 17:51
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 16:25

L’image contient peut-être : texte

 

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 16:02

Images intégrées 2

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 15:58

http://www.pcf.fr/sites/default/files/imagecache/image/revolution_ecologique-pdf-image.jpg

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 15:20
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 13:49

La cote de Jean-Luc Mélenchon affole les puissants

Jeudi, 13 Avril, 2017
L'Humanité
AFP PHOTO / ERIC PIERMONT
AFP PHOTO / ERIC PIERMONT

Les partisans d’un choix électoral réduit à Macron, Fillon, Le Pen perdent leurs nerfs, jusqu’à la caricature…

François Hollande a choisi le magazine conservateur le Point pour sortir de son silence préélectoral. « Il y a un péril face aux simplifications, face aux falsifications », avertit-il. La menace de l’extrême droite ? Même pas. Dit-il cela pour soutenir le candidat issu de la primaire de son camp ? Il ne cite pas plus le nom de Benoît Hamon… Comme si la seule crainte du locataire de l’Élysée en fi n de bail était de voir s’éloigner un second tour Macron–Le Pen ! La dynamique de campagne et les idées de progrès portées par son programme et les forces qui soutiennent Jean-Luc Mélenchon bousculent la donne. Tous ses adversaires en deviennent fébriles. Jusqu’au Figaro qui, hier, sur trois pleines pages agitait les figures de Robespierre, Lénine et Chavez pour tenter de ressouder un (é)lectorat désertant les rangs de son champion. Et donc, de François Fillon à Emmanuel Macron, on ressort la peur du « communiste ». Un hommage involontaire à l’apport du PCF, pour le pays et son peuple… « L’effort, la mobilisation doivent se tourner vers la qualification de Jean-Luc Mélenchon » au second tour, a appelé, hier, Pierre Laurent sur France Inter. « J’espère que le maintien de la candidature de Benoît Hamon – c’est pour ça que j’ai appelé à un rapprochement – ne coûtera pas cette qualification », a-t-il précisé. 

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 09:35
 
 
 

Présidentielles : 2017, uni-e-s pour l'Humain d'abord avec Jean Luc Mélenchon

Alors que Mélenchon cristallise les attaques depuis sa percée dans les sondages, la peur du rouge fait toujours recette en campagne, estime Yves Bordenave, journaliste au service politique au « Monde », dans sa chronique

 
Au secours, les communistes reviennent !
 
On croyait ces temps révolus. Rangés au musée des frayeurs anciennes. Classés au rayon des horreurs de l’histoire. Relégués dans les coins de mémoire qui se referment peu à peu. Las. En cette campagne finissante et par moments longuette, voilà que refait surface le monstre du bolchevisme, hirsute comme toujours et aux dents encore menaçantes, quoique lestées du fameux couteau. C’est un peu, comme le clamaient en avril 1986 les socialistes à propos de la droite : « Au secours, les communistes reviennent ! » Chiffon rouge autour du cou et bannière idoine en bandoulière. Les revoilà prêts sur les marches du Palais d’hiver, tandis que, sur la Seine à la hauteur du pont de l’Alma, un cuirassé Potemkine amarré au pied du zouave lorgne en direction de l’Elysée.

A n’en pas douter, la percée de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages provoque des sueurs froides. Vraies ou simulées. Ces derniers jours, ses succès cathodiques lors des débats du 20 mars et du 4 avril et la réussite de son meeting marseillais du 9 avril ont fait du candidat de La France insoumise la cible privilégiée de ses alter ego. Après l’avoir brocardé dimanche à la porte de Versailles en « capitaine du Potemkine qui négociera la ferraille du Titanic », François Fillon a brandi le spectre d’un « programme communiste », mardi 11 avril à Marseille. Exactement comme le faisaient les dirigeants de la droite lors des échéances présidentielles de 1974 et de 1981, tandis que l’alliance du PS et du PCF allait porter François Mitterrand à l’Elysée et les communistes au gouvernement pour la première fois depuis la Libération.

Parfum de « seventies » et de guerre froide

L’un des fidèles de François Fillon, Bernard Accoyer, l’actuel secrétaire général du parti Les Républicains, a dénoncé le même jour dans L’Opinion le « candidat d’extrême gauche avec des raisonnements primaires ». Et pour que...

La suite sur Le Monde
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 08:13

 

Images intégrées 2
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 11:15
FILLON ET LE COMMUNISME:remarque

 

Le français est une langue difficile.

Je l'avais remarqué en classe quand j'enseignais notre   magnifique langue.

Fillon vient de poser la question du sens du  mots.

Il accuse J.L. Mélenchon, d^etre communiste et nous menace du goulag qu 'apporterait ce nouveau petit Staline.

(R)envoyons le porte-parole du patronat à des études de sémantique et invitons le à découvrir Marx, Engels, Lénine ou tout autre auteur communiste français ou non, qui puisse lui faire découvrir le français courant et, à l'occasion, la philosophie marxiste. (U CURSINU ROSSU)

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article