Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 15:02


              L’argent n’est ni fou ni diabolique : il irrigue l’économie selon les canaux qui lui sont ouverts.



 

Les milliards ne cessent de s’envoler sur les places financières, dans une flambée boursière ininterrompue Mais le discours officiel ne change pas, dur pour les salaires, indulgent pour les actionnaires et leurs gâchis.

« On va jeter en pâture à l’opinion ces milliards dans un pays qui n’aime pas la réussite » s’inquiétait récemment Le Figaro alors qu’il constatait un nouveau record de profits des entreprises du CAC 40 (100 milliards d’euros). Pas facile, dans un décor de pareille opulence, d’en finir avec « les freins à la croissance, les oripeaux du collectivisme et les reliques du gaullo-communisme d’après-guerre encore bien trop pesant ».

Si de temps à autre des chiffres faramineux sont livrés au public, ils sont tout aussitôt présentés comme inaccessibles aux citoyens. Les profits seraient intouchables, les choix de gestion indiscutables et l’argent suivrait des circuits mystérieux, pris quelques fois de folles convulsions, sans que son usage soit à discuter. Il est le grand tabou de la pensée unique.

La violence des désordres du monde appelle pourtant à bousculer la vache sacrée et ses bouviers intéressés. Non, l’argent n’est ni fou ni diabolique. Il irrigue l’économie selon les canaux qui lui sont ouverts. La crise immobilière américaine puis financière avec les subprimes répond à des choix qui édifient de gigantesques profits sur des montagnes de dettes. Des fonds ont ainsi pu emprunter trente fois leur mise initiale, appâtés par la perspective de gains élevés. Jusqu’à l’effondrement. Aujourd’hui, de grands banques battent de l’aile, repêchées in extremis par de l’argent public aux Etats-Unis mais aussi en Grande Bretagne et plus largement en Europe.

Aujourd’hui les capitaux désertent la terre brûlée de l’immobilier américain pour spéculer sur d’éventuelles pénuries alimentaires, pétrolières ou de matières premières, les provoquant même s’il le faut pour se refaire ou gagner le gros lot. A leur suite, courent famines et malnutritions, envolées des prix pour les peuples, catastrophes pour des professions très liées aux carburants, freinage du crédit et de la croissance. Pour maintenir un taux élevé de profit, il faut réduire les coûts du travail, élever les prix à la consommation, brimer les besoins des peuples non seulement des pays développés mais aussi de ces pays en voie de développement où les multinationales ont puisé une main-d’œuvre bon marché. Mais là aussi les tensions s’exacerbent ainsi que l’ont montré les mouvements sociaux dans les usines occidentales implantées en Roumanie. Les capitaux ont besoin d’accelerer encore les innovations technologiques et y investissent, tentant dans des opérations de fusions-acquisitions d’en contenir un peu la facture. Alors que les besoins sont réfrénés, la surproduction menace et la sur-accumulation de capitaux financiers, de productions, informationnels pourrait bien conduire à une explosion dans les années qui viennent.

La crise s’avère celle du système.La recherche sans relâche de gains maximums conduit les détenteurs de capitaux à négliger leurs responsabilités sociales et territoriales, malmenant les peuples et aggravant les tensions. L’épuisement des ressources, les risques même sur l’avenir de la planète semblent secondaires dans cette logique. Les biens communs de l’humanité ne peuvent être sacrifiés à des logiques aussi cupides. Les besoins à l’échelle mondiale du développement du tiers monde, de l’accroissement de la longévité et des retraites, de formations d’un niveau sans cesse plus élevé impliquent que les richesses créées y soient largement consacrées.

Invraisemblable paradoxe : alors que dans l’industrie les richesses produites (la valeur ajoutée) ont augmenté de 3,3% en 2007, que « l’industrie a été le premier bénéficiaire des mesures sur les heures supplémentaires » selon le Président du Groupement français de l’industrie, le salaire brut a seulement progressé de 1,4%. L’explication ? Les profits ont augmenté de 7,4%. Le « travailler plus pour gagner plus » est bien une arnaque. Il est temps d’ouvrir un débat public sur l’usage de l’argent, celui des entreprises drainé vers les dividendes des actionnaires, celui des marchés financiers et du crédit, les fonds publics si massivement offerts sans même un contrôle aux grandes entreprises. Ainsi les besoins d’investissements, de croissance, d’emplois, de pouvoir d’achat, de protection sociale, de formation initiale et continue pourraient être satisfaits. La politique n’est pas impuissante, contrairement à la rengaine des gouvernants.

                                                                 Parti Communiste Français
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 14:55

A propos de la libération de Mme Bétancourt


Le retour d'Ingrid Betancourt à la civilisation, « après six ans et quatre mois passés en captivité chez les narco-terroristes des FARC », a été l'occasion d'une opération mondiale d'ingridolatrie télévisée en direct. La télévision publique française, France 2 en premier lieu, a sans doute battu les records, en consacrant mercredi soir pas moins de 5 heures non-stop à la « libération » d'Ingrid, et plusieurs heures dans les jours qui ont suivi. La peste émotionnelle qui a été répandue dans les foyers a de quoi donner la nausée. Au-delà de la nausée, il faut tenter de raisonner.
A première vue, Ingrid pète la forme, elle a l'air bien nourrie et en excellente santé, tout comme les 14 autres « otages » « libérés » avec elle, dont 3 agents du FBI prêtés à la DEA.  
Deuxièmement, Ingrid a découvert la Vierge, le Père, le Fils et le Saint-Esprit et envisage d'aller à Lourdes puis au Vatican. Benoît XVI va-t-il la faire béatifier de son vivant ? À défaut d'une canonisation, elle est bien partie pour un prix Nobel de la Paix.
Troisièmement, Ingrid est devenue une partisane fanatique de l'Armée nationale colombienne et des ses Forces spéciales, dont elle arborait la tenue à sa descente d'avion.
Quatrièmement, Ingrid est devenue une partisane enthousiaste d'Alvaro Uribe, le narco-président qui est, avec le Mexicain Felipe Calderón, le pion-clé dans le dispositif yankee en Amérique latine.Ingrid n'a cessé de saluer l'opération « parfaite, impeccable, géniale » qui a permis sa libération. À en croire la version officielle, cette opération a été montée par un groupe de colonels colombiens avec l'aide de spécialistes de la CIA et du Mossad israélien. Ils ont infiltré les FARC, puis ont intoxiqué le commandant « César », responsable de la surveillance des prisonniers dont Ingrid, en l'amenant à les livrer à une équipe de militaires déguisés en guérilléros et descendus du ciel à bord d'un gros hélicoptère de transport.
Si cette version était vraie, ce commandant des FARC devait être un crétin fini pour croire que son organisation pouvait disposer d'un tel hélicoptère.
Bref, cette version hollywoodienne, c'est bon pour les gogos transformés en adorateurs de Sainte Ingrid. La vérité est plutôt à chercher ailleurs : selon la Radio Suisse Romande, le gouvernement colombien a payé environ 20 millions de dollars au fameux « César », qui n'a été montré aux caméras, avec un oeil au beurre noir, que pour entretenir la fiction hollywoodienne, avant d'être exfiltré, doté d'une nouvelle identité, vers une autre partie du monde pour y mener une nouvelle vie.
Ce qu'on a tout simplement oublié dans cette gigantesque et obscène débauche d'images émotionnelles, avec Ingrid, Astrid, Yolanda, Mélanie, Lorenzo, Nicolas, Carla, Bernard et Rama tournant en boucle pendant des heures -, c'est entre autres ceci :

1 - Ce que l'on s'acharne à appeler des « otages » sont des prisonniers de guerre, tout comme le sont les combattants des FARC détenus par les forces gouvernementales. Mais évidemment, appeler les prisonniers otages reviendrait à reconnaître aux FARC un statut de force combattante, ce qui est exclu pour Uribe et ceux qui l'appuient. Appliquer les Conventions de Genève sur les prisonniers de guerre aux détenus membres des FARC et exiger des FARC qu'elles en fassent de même avec leurs prisonniers donneraient à celles-ci une légitimité.
2 - La guerre menée par l'armée colombienne et les groupes paramilitaires qu'elle a toujours soutenus a fait en 25 ans des milliers de morts, dont 3000 syndicalistes et 2000 indigènes, et des milliers de disparus. Au moins 2 millions de paysans ont été déplacés et sont des réfugiés de l'intérieur. Des milliers de Colombiens, menacés de mort par les paramilitaires, ont du se réfugier à l'étranger.
3- Les FARC doivent renoncer à leur « combat ignoble qui brise des vies innocentes » (dixit Sarkozy) et « rectifier » leur ligne (dixit Ingrid), ne cessent de répéter les héros de ce super-doculebrón (néologismie formé à partir de culebrón version vénézuélienne de la télénovela, et de docu-soap, série documentaire montée comme une fiction). Ont-ils oublié que la dernière fois que les FARC ont accepté de réintégrer la vie politique «normale » en créant l'Union patriotique et en se présentant aux élections, 5000 de leurs membres ont été assassinés ?
Sainte Ingrid va sans doute maintenant s'embarquer dans de nouvelles croisades pour la libération d'autres « otages ». Mais attention, elle ne s'occupera que des « bons otages ». Sarkozy va sûrement tenter de l'embrigader dans sa prochaine opération, visant à libérer « l'otage franco-israélien » Gilad Shalit, ce caporal prisonnier du Hamas.

Maintenant qu'elle s'identifie aux Forces spéciales, qui, a-t-elle déclaré, ont fait voir au monde qu'elles étaient aussi capables que l'armée israélienne, ce serait logique.

Et qu'on ne compte pas sur Ingrid pour d'autres combats, comme la libération des 10 500 otages palestiniens détenus par Israël ou encore la défense de l'environnement. Elle qui se disait écologiste, son groupuscule s'appelait « Oxygène verte » - a été définitivement guérie de cette maladie de jeunesse pendant les années passées sous le « plafond vert » de la jungle, où elle a découvert que de tous les animaux de la jungle, le plus dangereux, c'est l'homme. L'homme des FARC, bien sûr.

Fausto Giudice

source : « basta ! azls.blogspot.com »

 

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 14:52

L’effet Bétancourt ou la regénération spontanée

 

Le milieu scientifique est interloqué par une nouvelle méthode de remise en forme hyper rapide appelée la « ballade en hélicoptère » récemment mise au point par les services secrets colombiens. Selon nos premières informations, cette technique - plutôt rudimentaire d'après les spécialistes interrogés - consisterait à transporter le patient dans un hélicoptère de l'armée. La personne effectuerait tout le voyage couchée sur le plancher de l'appareil pour mieux absorber les vibrations. Il s'ensuivrait un massage intense, de l'ordre de plusieurs mégajoules - accompagné d'un drainage lymphatique et d'une augmentation spectaculaire de la masse musculaire. Un seul voyage suffit pour produire un résultat visible. Selon certains témoignages, on en ressortirait en « pétant la forme » (sic).

Plusieurs positions peuvent être adoptées, comme celle dite « à la Betancourt » où la patiente est couchée sur le ventre, le visage collée au plancher. Elle en ressort avec des petites joues roses et rebondies. Cette dernière position est néanmoins déconseillée aux débutant(e)s car on la soupçonne de provoquer quelques effets secondaires indésirables, parmi lesquels la tenue de propos plus ou moins incohérents et légèrement débiles.

Les défenseurs de cette « découverte » affirment y croire parce que ce n'est pas la première fois que les hélicoptères de l'armée colombienne accompliraient des prouesses qui défient la science. En effet, on connaissait leur capacité inexpliquée (et peu médiatisée) à transporter des prisonniers politiques menottés au-dessus de l'Océan Pacifique et de revenir vides. Aucune explication scientifique solide n'a pu encore être donnée à cet étrange phénomène.

A peine annoncée la nouvelle, le président de la Colombie en a profité pour réaffirmer son attachement à la démocratie et aux droits de l'homme. Le président des Etats-Unis en a profité pour féliciter le président de la Colombie et réaffirmer son attachement à la démocratie et aux droits de l'homme. Le président français, légèrement largué, a juste tenté d'en profiter.

Bien que prometteuse, la méthode semble présenter quelques limites et les autorités colombiennes ont d'ores et déjà averti qu'elle ne pourra pas être appliquée aux milliers de prisonniers politiques qui croupissent dans les chambres de torture de l'armée colombienne.

Quant à recourir aux mêmes hélicoptères magiques pour ramener tous les « disparus », le chef d'Etat major de l'armée colombienne a tenu à éviter de soulever de faux espoirs en déclarant « Il y a des limites à la science que même notre glorieuse armée ne saurait franchir"

 

Viktor D.

source : « socio 13 »

 

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 12:50

Libération des otages: déclaration du PC Colombien

Ingrid Betancourt libre : maintenant accélérer la recherche de la paix

 

déclaration de Jaime Caycedo, Secrétaire Général du Parti Communiste Colombien
traduction  A.C  pour vive le pcf

 

http://www.pacocol.org/

 

Ingrid Betancourt, trois prisonniers de guerre états-uniens et onze fonctionnaires de l’Armée ont été libérés cet après-midi après une opération militaire, qui s’est déroulé sans effusion de sang, dans une zone limitrophe des départements colombiens de Vaupés et Guaviare.


Ont été libérés, outre l’ex-candidate à la présidentielle, les personnes suivantes :

Thomas Howes, Keith Stansell et Marc Gonsalves, entrepreneurs états-uniens travaillant pour le Pentagone, capturés le 13 mars 2003, surpris en pleine opération d’espionnage dans le cadre du Plan Colombia. Les autres prisonniers sont Juan Carlos Bermeo et Raimundo Malagón, lieutenants de l’Armée Colombienne; Erasmo Romero, José Ricardo Marulanda, sergents dans l’Armée; William Pérez, José Miguel Arteaga et Armando Flórez, caporaux dans l’Armée. Vaney Rodríguez, lieutenant de Police. Jairo Durán, et Julio Buitrago, brigadiers de Police. Armando Castellanos, sous-intendant de Police.


Le gouvernement colombien a présenté cette opération comme un triomphe militaire de sa politique de guerre anti-insurrectionnelle. Effectivement, l’opération impliquait des actions de renseignement et d’infiltration qui ont permis, grâce à la ruse, de tromper les gardiens des otages. De juteuses récompenses pour pousser à la désertion à l’intérieur de la guérilla même étaient relayées en permanence par les médias et par des bombardements de propagande dans la zone de conflit. Ils ne tiraient aucune honte à intercepter des communications grâce aux satellites du SOUTHCOM des Etats-Unis [Commandement Sud]. L’opération de sauvetage coïncide avec le moment où le candidat de Bush pour sa succession à la présidence termine sa visite en Colombie.


Il faut se souvenir que les gouvernements Français et Suisses ont envoyé, depuis quelque jours, des contacts sur place destinés à libérer certains de ces prisonniers. Les mouvements des prisonniers, qui viennent de trois groupes différents dispersés dans la jungle, indiquent qu’effectivement, ils étaient en train d’être réunis, peut-être dans le cadre de promesses de libération.


Pour Uribe ce succès représente un soulagement au milieu de la crise politique déclenchée par les procès qu’a lancé la Cour Suprême contre des parlementaires proches du gouvernement et contre l’ex-députée Yidis Medina, condamnée pour des actes avoués de corruption, qui ont été déterminants pour Alvaro Uribe qui a ainsi obtenu la majorité des votes pour sa réélection en 2006. Uribe a proposé de convoquer un réferendum pour renforcer sa légitimité. Dans le même temps, on sait que son objectif est une nouvelle réforme constitutionnelle qui lui permettra d’être réélu en 2010.


La joie naturelle après le succès rencontré ne doit pas faire oublier que de nombreux autres otages restent détenus. Il est clair qu’il s’agit d’un revers mais pas d’une déroute des FARC. Le succès rencontré par les forces gouvernementales ne discrédite pas la nécessité d’un accord humanitaire, qui peut être un pas important vers la recherche d’une sortie politique négociée à cette guerre civile colombienne prolongée. Dans ce sens il faut que la pression nationale et internationale s’accentue pour rechercher une paix démocratique, qui allie justice et sociale et souveraineté.

par Vive le Parti Communiste Français

 

 2)

La face cachée de la libération d'Ingrid Betancourt, par Jacques Coignard (PRCF)

La libération d'I.Betancourt. est un événement politique et c'est comme tel qu'il doit être analysé. Si on comprend la joie de sa famille de retrouver une fille, une mère, une épouse on doit tenter de comprendre aussi le sens de cet événement.

D'abord la couverture médiatique de la libération…du jamais vu…

TF1 et France 2 nous ont gratifié d'éditions spéciales dont le contenu fut parfaitement indécent. On doit dire que le service public fut presque plus odieux que la chaîne privée ! Ce ne furent que calomnies déversées sur les FARC et réflexions stupides sur I.Betancourt  que Pujadas, qui ne craint décidément pas le ridicule, a qualifié de « sainte » !


-Pas un mot sur l'histoire de la Colombie.
-Pas un mot sur l'histoire des FARC (à part les insultes et bobards contre elles).
-Pas un mot sur les massacres des populations civiles, des militants progressistes, des syndicalistes, par l'armée colombienne et ses sbires paramilitaires.
-Pas un mot sur le fait avéré que le Président Uribe est mêlé au trafic de drogue comme une grande partie de son entourage.
-Pas un mot sur l'ingérence des Etats-Unis en Colombie où ses multinationales prospèrent sur le dos des Colombiens et où ils financent à coup de milliards de dollars la lutte contre la guérilla populaire des FARC.
-Pas un mot sur le fait que le peuple colombien crève de faim pendant qu'une minuscule oligarchie accapare toutes les richesses du pays, ce qui est la cause première de la guérilla.

Bref un long flot dégoulinant d'hypocrites « bons sentiments » et des attaques calomnieuses contre les FARC furent le contenu de cette opération politico-médiatique où il ne faut pas oublier la génuflexion permanente devant le petit grand homme Sarkozy, qui tentait de récupérer à son profit l'émotion provoquée par cette libération.

Sur un plan plus strictement politique il y a deux choses à retenir.

D'abord le fait que Uribe a tenté et réussi cette opération de libération des prisonniers des FARC dans des conditions étranges qu'il faudra tenter de décrypter pour en savoir un peu plus. Rien n'est clair dans ce qu'on dit les otages et la hiérarchie militaire colombienne. Rien ne permet de comprendre comment la guérilla a pu être bernée par l'arrivée d'une pseudo ONG portant des T-shirt du Che !...Bref beaucoup de mystère plane sur ce coup de poker menteur

Mais le fait politique le plus important est sans conteste la conférence de presse donnée par Ingrid.Betancourt à sa descente d'avion.

En effet, celle-ci, en pleine forme (on se souvient qu'on la disait mourante…) se livra à un plaidoyer sans nuances en faveur de l'armée colombienne, couverte du sang des milliers de paysans et d'ouvriers massacrés par elle, et de l'action d'Uribe « qui a fait ce qu'il fallait faire comme Président pour la Colombie », alors que toutes les personnes informées savent que cet homme est un narco- fasciste corrompu.

Ainsi à peine sortie de sa captivité Ingrid Betancourt rejoint sa classe, l'oligarchie colombienne vendue aux impérialistes US et qui mène une guerre sanglante contre son propre peuple : voila donc un pion que les USA pourront utiliser à l'occasion quand Uribe sera trop usé.

Reste une leçon que nous devons retenir de ces événements : alors que des milliers de femmes colombiennes sont assassinées, torturées, massacrées par l'armée colombienne , bras armé de l'oligarchie et des impérialistes, les médias de masse, les mairies de droite et de la fausse gauche, les partis de droite et de la fausse gauche, n'ont parlé que de madame Betancourt ; à travers sa libération ils ont continué cette campagne politique et idéologique dirigée contre la juste lutte du peuple colombien pour le pain et la liberté, trompant au passage des millions de nos concitoyens. Il nous faut avec nos moyens dérisoires, face au rouleau compresseur d'une presse asservie, nous battre aussi pour le triomphe de la vérité.

Plus que jamais il faudra également développer la solidarité avec les peuples en révolution du Venezuela, de l'Equateur, de Bolivie et de Cuba. Car manifestement, l'impérialisme américain et ses acolytes européens qui sont les vrais inspirateurs et "conseillers" d'Uribe s'efforcent de lancer une contre-attaque de grande ampleur contre l'Amérique latine rebelle, d'abord en "purgeant" la Colombie de ses éléments révolutionnaires, puis en créant les conditions pour tenter de diviser, d'agresser et de déstabiliser les pays de l'ALBA. Mais le PRCF est persuadé que l'impérialisme et sa marionnette Uribe ne parviendront pas à briser la lutte du peuple et des communistes colombiens, et qu'ils ne feront que stimuler la volonté des peuples d'Amérique latine, au premier chef, de ceux qui constituent l'ALBA, de lutter pour l'indépendance nationale, le progrès social, la démocratie et le socialisme.


Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 15:26

Toute ressemblance avec une autre situation est fortuite         

vendredi 4 juillet 2008.

 

Le Liban a célébré l’annonce de la libération prochaine de Samir Kintar en attendant d’accueillir le résistant-détenu, qui a été au coeur d’une mobilisation exceptionnelle dans tout le pays, du sommet de l’Etat jusqu’aux plus petits villages.
Sur la place de l’Hôtel de ville de Beyrouth, la capitale dont il avait été fait citoyen d’honneur, l’inscription "libre" a été apposée sur le portrait géant du résistant-détenu ornant le fronton.
Quelques milliers de personnes ont participé à un "rassemblement du bonheur", organisé par un des comités de soutien à Samir Kintar, avec un appel à continuer à "se battre" pour les autres détenus.
Samir Kintar, qui retrouvera sa famille au poste frontère de Nakoura, est attendu à Beyrouth.
Avec sa famille, il sera accueilli par Hassan Nasrallah, qu’il a dit vouloir "embrasser" pour ses efforts en faveur de sa libération.
Il sera ensuite reçu au Palais présidentiel, en compagnie des comités de soutien qui se sont mobilisés pour lui pendant ses trente ans de détention aux mains de l’ennemi.
Dans une déclaration faite juste après l’annonce de sa libération, Samir Kintar a remercié "sa douce patrie", et rendu hommage à tous ceux qui l’ont soutenu.
Il a redit combien il avait "hâte" d’être à Beyrouyh et voulait "remercier les Libanais".
L’annonce a fait la Une de tous les journaux libanais, sans exception, tandis que radios et télévisions bouleversaient leurs programmes pour des émissions spéciales.
Les médias libanais ont surtout mis en avant un succès personnel de Hassan Nasrallah, qui ne semble pas avoir mis au courant les autorités libanaises d’une opération de libération menée dans le plus grand secret.
Le bras droit du président Michel Sleimane, a déclaré que le Liban n’avait "pas pris part" à l’opération de libération de Samir Kintar et de ses camarades.
"Il est vrai que nous ne l’attendions pas à ce moment-là", a-t-il reconnu. "Ce dénouement, nous l’avons appris un quart d’heure" avant que les médias ne l’annoncent, a-t-il dit.
A droite comme à gauche, la classe politique libanaise a été unanime à saluer l’heureuse libération, évoquant une cause qui dépasse les clivages.
Samir Kintar est devenu au Liban une icône, un symbole de la cause des résistants-détenus dans le monde. Il a suscité la mobilisation de nombreux artistes, associations, personnalités de tous bords et citoyens ordinaires.
Le portrait du résistant-détenu avait été affiché au fronton de très nombreuses mairies.
Un petit village du sud, a fait sonner ses cloches à toute volée en signe de liesse.
En début de semaine, le portrait de Samir Kintar avait été hissé au sommet de Kornet al Soauda, le plus haut du pays et de la région, culminant à 3088 mètres.

Al Faraby
Vendredi, 04 juillet 2008

Ps. Toute ressemblance avec une autre situation est fortuite.

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 09:25

Communiqué de presse : Après Ingrid, liberté pour Salah

 

Le site Quartier de Bercy qui s’est mobilisé pour Ingrid BÉTANCOURT, se réjouie de sa libération après une longue captivité la nuit dernière, et rappelle que le jeune étudiant franco-palestinien Salah HAMOURI, pour lequel la rédactrice en chef a aussi interpellé le président de la République Nicolas SARKOZY, le Maire de Paris Bertrand DELANOË, la Maire du 12ème arrondissement Michèle BLUMENTHAL et la député de la 8ème circonscription Sandrine MAZETIER est emprisonné depuis plus de 3 ans dans les geôles israéliennes pour délit d’opinion et condamné à y rester 7 ans.

 

Rappelons aussi que le Maire de Paris n’a toujours pas affiché la photo de Salah ni sur la place de l’Hôtel de Ville à côté de la photo d’Ingrid ni au Parc de Bercy à côté des photos des trois soldats israéliens, malgré que Laure LAHAYE a remis en main propre à Michèle Blumenthel la photo de Salah lors d’une réunion publique en marge de la dernière campagne électorale municipale.

 

Aujourd’hui, à l’occasion de la libération d’Ingrid, nous réitérons notre demande auprès des responsables politiques, pour en finir avec la politique de deux poids deux mesures, et de traiter Salah comme il se doit en affichant sa photo au Parc de Bercy et en se mobilisant pour sa libération.

 

Nous invitons aussi les visiteurs de notre site à signer la pétition Liberté pour Salah Hamouri à l’adresse ci-dessous :

http://www.france-palestine.org/article7743.html

 

Et à visionner la vidéo d’entretien avec ses parents, interviewés par Mireille COURT et Chris DEN HOND, à l‘adresse suivante : http://www.dailymotion.c



envoyé par
om/video/x5zfqw_salah-hamouri-moins-francais-que-le_newsSalah Hamouri: moins français que les autres

 

Laure LAHAYE

rédactrice en chef du site Quartier de Bercy

http://quartierdebercy.site.voila.fr

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 09:20

Après le rassemblement à Bastia en faveur de deux jeunes immigrés menacés d'expulsion....                      


Les deux jeunes gens menacés d’expulsion  et pour lesquels RESF Corsica s’est mobilisé jeudi matin à Bastia, Jaouad et Ahmed, pourraient être régularisés.

 En effet, selon Sonia Role, enseignante et membre de RESFet qui participait à la  délégation reçue par le secrétaire général de la préfecture afin de plaider le cas des deux jeunes gens.
 « Le secrétaire général  a qualifié les deux dossiers de régularisation d'exemplaires".

Selon elle, "une réponse de l'administration doit intervenir dans les deux jours et le représentant de l'Etat a laissé entendre qu'elle serait certainement positive ».

 

Jaouad et Ahmed,  sont arrivés en Corse il y a six ans avec leurs parents. Ils ont obtenu un CAP au lycée technique de Montesoro. Ainsi qu'une promesse d'embauche dans des entreprises locales.

"Je veux continuer à vivre et à travailler en Corse, je suis content d'apprendre que mon dossier va certainement aboutir", a déclaré Jouad.

Dès vendredi, un autre collectif qui regroupe des associations et des syndicats va déposer sur le bureau du secrétaire général de la préfecture une quarantaine d'autres demandes de régularisation "tout aussi exemplaires que celles de Jouad et Ahmed", a déclaré un membre du collectif, Jean-Pierre Battestini.

 

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 13:23

 ETATS-UNIS d’AMERIQUE :

 Barack Obama, rival démocrate du républicain Mac Cain, a introduit sa critique des positions politiques de MacCain en reconnaissant en lui un « véritable héros de guerre », « un homme qui a héroïquement servi son pays » et « un héros américain dont nous honorons les états de service militaire » .
Lors d'une entrevue en 1997 à l'émission « 60 minutes » du réseau CBS, Mac Cain a franchement admis: « Je suis un criminel de guerre ; j'ai bombardé des femmes et des enfants innocents. »

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 10:14

« Je ne peux pas imaginer que le président qui a lui-même signé en bas du document à Bruxelles d’abord, à Lisbonne ensuite, puisse remettre en cause sa propre signature » s’est indigné N.Sarkozy, outré que  le  Président polonais ait pu se prononcer pour le NON contre l’avis du parlement polonais.

 Retournons l'indignation : « Je ne peux pas imaginer que le Parlement français ait pu, sur l’ordre de N.Sarkozy(?)et par  la volonté de "ouistes", peu soucieux du suffrage universel, , remettre en cause la volonté du peuple français qui a voté NON. » déclare Bandera Rossa



                                                                                   u cursinu rossu 

 

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 09:54

                                  Faisons vivre le PCF                                                        

PAS D’AVENIR SANS PCF, nous ne voulons pas que le PCF se saborde mais qu’il retrouve sa raison d’être. SIGNEZ L'APPEL !  1376 signatures centralisées (17 juin)

Le 34ème congrès du PCF, convoqué pour les 11, 12,13 et 14 décembre 2008
Jeudi 3 juillet 2008

La direction du PCF a signé cette déclaration. C’est bien. Mais pourquoi ne le faire savoir à personne en France ? Ni à la presse, ni aux communistes (rien même sur le site du parti), ni même au CN du PCF ? La version française est même indisponible !

La coopération internationale entre partis communistes et progressistes existe hors du PGE. Il faut que cela se sache. Le Parti communiste portugais, initiateur de cette déclaration a d’ailleurs quitté le PGE.

 

Position commune de partis communistes et d’autres partis progressistes d’Europe sur le NON irlandais au Traité de Lisbonne

La victoire du NON en Irlande met fin au Traité de Lisbonne

Ce résultat revêt une grande importance et une haute signification politique en tenant compte qu’il a été obtenu dans un contexte d’immenses pressions de la part des principaux dirigeants de l’Union européenne. Il constitue une défaite significative du projet d’intensifier le néolibéralisme et le militarisme en Europe comme du modèle poursuivi par les gouvernements et les grands groupes économiques et financiers d’une Union européenne, conçue comme directoire des grandes puissances.

Les partis communistes et autres forces de gauche et de progrès dans l’UE saluent la classe ouvrière et l’ensemble du peuple irlandais pour leur contribution inestimable à l’arrêt de la marche suivie par ce traité et se réjouissent du résultat qui exige la suspension immédiate des procédures de ratification.  

Ils avertissent également qu’il n’y a pas place pour des manoeuvres dilatoires visant à contourner le rejet du traité, telles que celles qui ont suivi en 2005 les victoires du NON en France et aux Pays-Bas. Ils dénoncent la nature antidémocratique de l’ensemble du processus.

Ils expriment leur détermination à continuer la lutte pour une Europe s’engageant sur la voie de la justice sociale, de la solidarité et de la coopération entre peuples et pays, une Europe de paix entre Etats souverains, égaux en droit.

Ils soulignent en particulier leur engagement à développer et soutenir les luttes importantes en cours dans plusieurs pays européens pour la défense des droits sociaux et du droit du travail, pour ériger une barrière solide face à l’offensive capitaliste néolibérale incarnée par le Traité désormais vaincu. 

Les partis signataires :

Parti communiste des peuples d’Espagne, Parti de la gauche de Suède, Parti communiste du Luxembourg, Parti communiste d’Irlande, Parti des travailleurs d’Irlande, Parti communiste allemand, Parti du travail de Belgique, Parti communiste de Grande-Bretagne, Parti communiste du Danemark, Parti communiste espagnol, Parti communiste de Finlande, PCF, Parti communiste grec, Nouveau parti communiste des Pays-Bas, Parti communiste ouvrier de Hongrie, Parti des communistes italiens, Parti communiste portugais, Parti communiste de Bohême-Moravie

Lisbonne, 24 juin 2008

Traduction depuis l’anglais par vivelepcf.fr

par Vive le Parti Communiste Français
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article