Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CHANTS REVOLUTIONNAIRES

Archives

18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 16:59

Olivier SARKOZY, nommé co-directeur de Carlyle’s Global Financial Services GroupFRIC2-copie-1.jpg

 

L’information est d’importance : elle date du 3 mars 2008. Elle est donnée sur le site américain de la tentaculaire autant que tumultueuse société d’investissements « the Carlyle Group », rendue célèbre par Michaël Moore dans Farenheit 9/11.

Le demi-frère du Président de la République prendra ses fonctions en avril à New-York. David Rubinstein, co-fondateur et directeur général ne tarit pas d’éloges sur sa nouvelle recrue : « …Olivier est un ajout remarquable à notre équipe des services financiers. Il possède une incroyable expérience et de réseau qui contribuera à Carlyle à capitaliser sur les bouleversements dans le secteur des services financiers et d’étendre notre record de victoires sur cette partie importante et croissante de l’économie mondiale… »

Olivier Sarkozy est en effet un spécialiste des transactions bancaires. Il exerçait des responsabilités à l’Union des Banques Suisses (UBS), la plus grande banque de gestion de fortune au monde avec un patrimoine de 2 652 milliards de francs suisses ! En décembre 2007 l’UBS essuie la première perte de son histoire en raison de la crise des subprimes.

Mais depuis elle s’est refinancée à l’image de la société générale qui n’est pas morte d’avoir perdu 5 milliards d’euros. L’UBS, c’est à une autre échelle qu’on a peine à imaginer ! Sa promotion n’empêchera pas Olivier de continuer à collaborer avec UBS.

Le groupe Carlyle

Il s’agit d’une société d’investissements américaine créée en 1987, avec un capital de 5 millions de dollars. Vingt ans après, ses capitaux propres s’élèvent à 7,56 milliards de dollars, 1 500 fois plus ! Les Emirats arabes unis participent au capital qui n’est pas communiqué, cette société pas cotée en bourse peut ainsi mieux dissimuler ses opérations et l’origine de ses capitaux.

Elle est dirigée par David Rubinstein qui fut conseiller du président Carter et plus récemment par Frank Carlucci, ancien directeur-adjoint de la CIA qui fut secrétaire à la défense sous Reegan.

Ce groupe intervient dans de nombreux domaines : aéronautique, défense, automobile, transports, énergie, télécommunications, médias…. Dans son film, Michaël Moore a révélé les liens qui unissaient, au sein de Carlyle, Bush père et la famille Ben Laden, le père de l’actuel président siégeant au conseil d’administration, comme John Major ancien premier ministre de Grande Bretagne, James Baker ancien secrétaire d’Etat américain, Georges Soros ou l’ex-président de la Bundesbank, Frank Otto Pöhl et bien d’autres… le gratin.

Après les révélations du cinéaste Moore, la famille Ben Laden a soldé sa participation (2,02 millions de dollars) dans le mois qui a suivi le 11 septembre 2001, simple coïncidence.

En France, Carlyle Group s’est manifesté en investissant dans Vivendi Universal et en prenant 40% du capital du Figaro, soit 1 milliard d’euros en juin 1999, plus que Dassault qui a repris l’intégralité du capital en 2006.

En 2003 Carlyle achète à l’Etat l’Imprimerie nationale pour 85 millions d’euros… que l’Etat lui rachète pour 376 millions d’euros, 4 fois et demi plus cher, au lendemain de l’élection de Nicolas Sarkozy, en juin 2007 !

Les sénateurs communistes ont demandé une commission d’enquête après avoir saisi le premier ministre et la Cour des Comptes. Le ministre du budget, Eric Woerth, n’a pas nié les chiffres mais il trouve que c’est une opération bénéfique pour l’Etat !

Combien de temps ce scandale va-t-il être étouffé ?

(voir l’Humanité du 17/7/07, Le Canard Enchaîné du 3/10/07)

On savait que le Président de la République entretenait des relations privilégiées avec le monde des affaires et de la finance dont il sait si bien porter les intérêts. Avec un frère qui navigue dans les hautes sphères du capitalisme mondialisé, de la spéculation financière de haute volée, cela ne peut qu’élargir le carnet d’adresses et faciliter les retours d’ascenseur.

Comme on dit chez nous : y a rien là !!!

par René FREDON  in BLOG ANTI LIBERAL DU VAR

Partager cet article
Repost0
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 16:50

Quelques rares informations sur la Chine et le Tibet 

rCHINE.jpg

 

BLEITRACH Danielle

 

La situation au Tibet et la nature des informations

Les informations que nous avons actuellement en occident émanent pour l’essentiel de Radio Free, une radio financée par les Etats-Unis, Radio free Europe et Radio free Asie. Les informations officielles venues de Chine confirment partiellement leurs dires, tout aurait commencé par des manifestations de moines mais aurait dégénéré en violences . En revanche des informations gouvernementales chinoises disent que les morts sont des commerçants chinois massacrés par des bandes organisées et elles infirment les thèses du tir par la police chinoise.

Jeudi 13 mars 2008, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, avait accusé les manifestants de “chercher à déclencher des troubles sociaux“..Samedi en marge des travaux de l’Assemblée Nationale chinoise , l’agence Chine Nouvelle a décrit ainsi la situation : “Les manifestations de moines bouddhistes tibétains contre le pouvoir chinois qui ont dégénéré vendredi à Lhassa ont fait 10 morts, et aucun étranger ne figure parmi les victimes.”

Le chef du gouvernement régional du Tibet, Champa Phunstok, a affirmé que les forces de l’ordre n’avaient pas tiré. “Nous n’avons pas ouvert le feu, cependant nous serons sévères avec ces criminels dont les activités visent à diviser la Nation“, a déclaré samedi Champa Phunstok à l’Associated Press en marge de la session annuelle du Congrès national du Peuple, l’assemblée législative chinoise. Selon Chine Nouvelle, “la plupart des victimes étaient des commerçants“.

Selon les informations de Radio Free : des manifestations emmenées par des moines bouddhistes tibétains contre le pouvoir chinois ont dégénéré vendredi à Lhassa, la capitale tibétaine mais des témoins auraient fait état de tirs des forces de sécurité, de véhicules et de commerces incendiés.

Toujours d’après des informations de Radio Free Europe, deux personnes ont été tuées. Selon Radio Free Asia, des soldats utilisant des gaz lacrymogènes mais aussi des munitions réelles ont tiré sur des manifestants qui incendiaient des véhicules et des commerces détenus par des Chinois dans le centre-ville.

Radio Free Europe ou Radio Free Asie ont également cité des témoins qui rapportent avoir vu deux corps gisant sur le sol dans le quartier de Barkor où se sont concentrées les manifestations. La radio a évoqué des bilans plus élevés, sans fournir de chiffres.

La Chine estime que le Tibet, fait partie intégrante de son territoire. Au plan international c’est le cas alors qu’en occident nous pensons que les Chinois ont envahi le Tibet en 1950.

Voici en gros les termes du débat sur le Tibet :

Effectivement depuis le XIII e siècle le Tibet appartient à l’Empire Chinois, et les monuments impériaux ont en fronton des textes écrits dans les cinq langues chinoises dont le tibétain un Empire avec ses féodalités et ses bureaucratie. Avant même qu’apparaisse le bouddhisme tibétain tel qu’il existe aujourd’hui. Les tenants de l’indépendance du Tibet et du Dalai-Lama estiment que le Tibet était un simple fief, un protectorat. Sur le plan historique les indépendatistes Tibétains expliquent que si la région himalayenne était jadis partie intégrante de la Chine, la région était devenue quasiment indépendante et accusent la Chine de chercher à détruire la culture tibétaine.

Le Tibet a été dans le cadre du dépeçage et de la colonisation de la Chine l’objet d’une rivalité entre la grande Bretagne et la Russie. La Grande Bretagne, implantée en Inde voisine, l’ a emporté et elle a toujours reconnu la suzeraineté de la Chine sur ce pays qu’elle a occupé militairement et commercialement. En 1908, la Chine profitant du départ des britanniques a repris le contrôle du pays.

Puis ça a été l’effondrement de l’Empire chinois et l’instauration de la République en 1911. Ce qui rompt les relations personnelles de vassalité qui existaient entre la Chine et le Tibet selon les moines tibétains, qui sont leur niveau le plus élevé des féodaux pratiquant le servage. Le 13e Dalaï Lama a proclamé l’indépendance du Tibet et a refusé de reconnaître la République chinoise.

La Grande Bretagne s’est entremise et a proposé une partition du Tibet que la Chine a refusé de reconnaître même si de fait les liens se sont distendus et le gouvernement théocratique du Dalai-Lama a élargi ses attributions. En 1950, l’Armée populaire de Libération communiste est rentré au Tibet qu’elle estimait être gouvernée par des féodaux. Elle n’a pas rencontré de résistance. Un gouvernement du Tibet a été créé qui a maintenu la religion et les monastères .

Mais à partir de 1956, les révoltes vont se succéder, en 1959 c’est l’insurrection de Lhassa. Le DalaÏ Lama quitte le Tibet et se réfugie aux Indes avec 150.000 de ses partisans. La révolte a été sévèrement réprimés, les exilés et les associations pour l’indépendance du Tibet font état d’un million de morts, en fait les chiffres déjà considérables ne dépassent pas une dizaine de milliers.

Le gouvernement communiste chinois abolit le servage, les terribles châtiment corporels et expliquera qu’il s’agit de révoltes fomentées par les anciens maîtres et les moines. Alors les instances religieuses en exil dénoncent, comme leurs partisans occidentaux, l’attaque contre la culture tibétaine autant que les atteintes aux droits de l’homme. L’occident, les Etats-Unis en particulier vont développer ce thème de la spiritualité thibétaine bafouée par les “envahisseurs” chinois.

La Chine considère que non seulement il s’agit d’une région intégrée à la Chine depuis le XIII e siècle mais qu’elle l’a libéré de la féodalité, désenclavée récemment en construisant un chemin de fer. Une région de surcroît est indispensable à sa sécurité, une marche par rapport à l’Inde avec laquelle elle a depuis toujours des rapports tendus. Alors que le Dalai Lama et les exilés, avec les Etats-Unis et les associations pour l’indépendance du Tibet considèrent qu’il s’agit d’une région indépendante dont la Chine détruit la culture.

Ainsi avec les aspects religieux les chinois auraient supprimé la médecine traditionnelle et l’Astrologie. Autour du DalaÏ Lama en Inde s’est reconstituée cette culture avec une université d’astrologie, elle bénéficie pour se faire de grands moyens financiers des Etats-Unis. Les Chinois affirment que la liberté religieuse est respectée, mais leurs adversaires dénoncent la désacralisation de certains aspects de cette culture qui leur ferait perdre leur signification originelle.

Ils dénoncent le peuplement massif par les Chinois et une situation d’exclusion des Tibétains ainsi que les arrestations et les droits de l’homme bafoués, même s’ils reconnaissent une amélioration en matière de droit de l’homme ces dernières années. Les Chinois eux disent que la situation en matière de droits de l’homme est meilleure que sous le servage ou mutilations et châtiments corporels étaient fréquents, le statut de la femme a été amélioré et ils ont introduit le développement, ainsi que la protection de l’environnement et la préservation de la culture locale.

La richesse des commerçants chinois est un des thèmes les plus agités au plan local et ce n’est sans doute pas un hasard s’ils ont été attaqués. Le contexte économique du développement chinois témoigne ici comme partout dans le reste de la Chine d’ une croissance formidable, liée en particulier ici du tourisme, mais aussi un accroissement des inégalités et actuellement une inflation élevée qui rend difficile l’approvisionnement des familles les plus modestes. A ce titre on peut penser que les manifestations des moines ont donné lieu également à d’autres manifestations de colère plus économiques, doublés peut-être de phénomènes délinquants attisés.

Les défenseurs de la cause tibétaine craignent que la nouvelle ligne ferroviaire contribue à accélérer l’immigration chinoise au Tibet ainsi qu’à le vider plus rapidement de ses ressources naturelles déjà surexploitées. Le gouvernement tibétain en exil estime notamment que « le chemin de fer facilitera le contrôle chinois du Tibet et entraînera l’arrivée de nombreux migrants chinois ». Mais pour les Chinois il n’y a pas plus de migration que l’arrivée à Paris de commerçants auvergnats. Le Tibet est partie intégrante de la Chine et les mouvements de population se font à l’intérieur du pays. La Chine est un pays d’intenses migrations internes.

Y a-t-il implication du Dalaï-Lama ?

Autre source à Dharamsala, en Inde, le dalaï-lama a appelé la Chine à “cesser d’utiliser la force” contre les manifestations, dans lesquelles il voit “une expression du ressentiment très profond du peuple tibétain“. Dans un communiqué, le chef spirituel des bouddhistes tibétains en exil se déclare “très préoccupé” par la situation au Tibet et demande à Pékin de “répondre au ressentiment des Tibétains (…) par le dialogue“. Il exhorte en outre les Tibétains à “ne pas recourir à la violence“. Ce qui visiblement était le cas lors des premières manifestation des moines mais a rapidement dégénéré en violence. Le DalaÏ Lama a affirmé ne pas être impliqué dans les événements du Tibet, mais on peut douter de son affirmation.

Des manifestations de soutien aux Tibétains ont également eu lieu en Inde et au Népal, autre source d’information. A Katmandou, au Népal, au moins 12 moines bouddhistes ont été blessés dans des heurts avec la police lors d’une manifestation pro-Tibet qui a réuni un millier de personnes. Des incidents ont également éclaté à New Delhi, en Inde, où est réfugié le daili Lama et ses partisans, il y a eu également des heurts entre des manifestants pro-tibétains qui tentaient d’atteindre l’ambassade de Chine et les forces de l’ordre. La police indienne a arrêté plusieurs dizaines de personnes.

Beaucoup d’images qui nous sont transmises sont soit des images d’archives soit des image de ces manifestations indiennes.

Position des pays occidentaux

S’il est possible de développer des campagnes destinées à sensibiliser l’opinion publique sur la culture propre du Tibet, sa spiritualité bafouée, et sur les droits de l’homme non respectés par la Chine (1). Au plan international il est difficile pour les pays occidentaux qui, derrière les Etats-Unis, favorisent ces campagnes, de ne pas reconnaître le Tibet comme territoire chinois. A aucun moment il n’y a eu la reconnaissance d’un territoire indépendant tibetain au plan international, même si, comme nous l’avons vu, la Grande Bretagne a proposé au moment de l’instauration de la république de Chine une certaine autonomie et la reconnaissance d’un pouvoir “spirituel”. Légalement il est difficile voir impossible de reconnaitre cette indépendance, donc c’est essentiellement sur la répression et les droits de l’homme que porte l’intervention occidentale.

C’est aussi pourquoi la Chine a réagi très fortement devant le cas du Kosovo. Il y a eu l’exemple du depeçage de l’ex-URSS auquel Poutine a mis un frein et la Chine mesure bien que la stratégie employée pour l’ex-URSS, et pour l’ex-Yougoslavie peut lui être appliquée. Comme la plupart des pays du monde la Chine a vu dans le Kosovo, un précédent suceptible d’aboutir à une balkanisation généralisée sur des bases raciales, religieuses ou tout autres.

D’où un choix politique : premièrement la Chine répond à la question des droits de l’homme en renvoyant les Etats-Unis à leur propre responsabilité dans ce domaine et elle a établi le 13 mars un livre blanc sur les violations des droits de l’homme aux Etats-Unis, mais elle n’a pas répondu directement sur la question du Tibet qu’elle juge affaire interne. Il ya eu des morts mais aucun étranger et cela ne vous regarde pas leur dit-elle. Il faudra attendre le samedi 15 mars 2008 pour que soient diffusées les premières photos officielles.

Les Etats-Unis et l’Union européenne ont appelé la Chine à faire preuve de "retenue". "Pékin doit respecter la culture tibétaine", a affirmé de son côté Gordon Johndroe, porte-parole de la Maison Blanche. Le président américain George W. Bush estime que “Pékin doit avoir un dialogue avec le dalaï-lama“. Les autorités américaines ont recommandé à leurs ressortissants d’éviter de se rendre à Lhassa.

L’Union européenne a adopté vendredi une déclaration appelant la Chine à la “retenue” au Tibet. “La présidence slovène nous a proposé un texte, que nous avons accepté” qui “demande de la retenue, qui demande que les personnes arrêtées manifestant pour le Tibet (…) soient relâchées“, a indiqué le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner autre source d’information.

Robert Ménard de Reporters Sans Frontières a incité à faire pression pour la Chine, qui tient à la tranquilité pour les jeux olympique qui auront lieu en août, pour obtenir la fin de la répression. Les personnalités, engagées depuis pas mal de temps dans la dénonciation de la Chine, ont pris le train en marche, ainsi Mia farrow qui depuis des mois mobilise contre les jeux olympique et s’était illustrée dans la campagne contre la Chine au nom du Darfour, mène maintenant une campagne pour le Tibet et s’est rendu à l’Ambassade de Chine à la tête d’une délégation.

Donc nous avons une stratégie tout à fait au point : faire agir les ONG, les groupes traditionnellement financés par l’occident qui rameutent contre un pays, affirment que les droits de l’homme, la “spiritualité, la culture autochtone” sont menacées, qu’il y a des discriminations intolérables, les pays occidentaux ne disent rien dans un premier temps parce qu’ils savent bien que la légalité internationale n’est pas de leur côté, mais ils appuient la campagne en prenant position sur les droits de l’homme et la répression. Ce à quoi la Chine les renvoit à la situation du Moyen orient et à leurs propres répressions.

Il paraît difficile d’imaginer une intervention militaire actuellement contre la Chine mais il s’agit d’entretenir des lieux de révolte potentiels et des campagnes qui créent une opinion.

Danielle Bleitrach


(1) Selon leur habitude, les Chinois refusent de commenter ce qui leur apparaît comme un problème interne, suivi en cela par la plupart des pays non-occidentaux, d’où la raréfication de toute information autre qu’occidentale. Mais la Chine choisit de répondre plus généralement sur la question des droits de l’homme aux Etats-Unis en les mettant en cause. Il faudrait également noter la grande activité diplomatique de la Chine sur ce que les Etats-Unis considèrent comme leur chasse gardée dans le pacifique, la multitude de petites îles sous protectorat étasunien. On a vu également l’évolution politique de Taiwan et les efforts vers la normalisation de la situation avec le Japon. les Etats-Unis qui maintiennent dans le pacifique la puissante 7eme armée ont du mal à maintenir des alliances belliciste contre la Chine, l’encerclement traditionnel.

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 16:28
    

                                    
    LES  LISTES DE GAUCHE REELUES  A BASTIA  ET A AJACCIO


                 BASTIA : Liste Emile Zuccarelli: 56,89%     
                       +  2600 voix et +4 sièges         
                 
                 AJACCIO : Liste Renucci: 66,37%
                     à Bastia, la liste nationaliste de Gilles Simeoni obtient 25 % et 5 sièges.
                           (La liste Talamoni (Corsica Nazione)a été éliminée au 1° tour.)
                     
      C'est la Berezina  pour la   droite bastiaise représentée par P.Chiarelli (1 siège)et J.-L.Albertini(1 siège).
 

           CANTONALES de Haute-Corse:
                  Bastia II reste à gauche(PRG)    
              BUSTANICO passe à gauche(DVG) et VEZZANI reste au PRG

  
Partager cet article
Repost0
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 16:38

Interview à Michel Warshawski, par Michelangelo Cocco pour il manifesto

« Une seule voie pour la paix : que le monde arrête Israël »

WARSCHAWSKI Michel                              


                                                     

 

En Italie pour une série de débats sur le conflit israélo-palestinien (occupation et crimes de guerre israéliens depuis 1948, NDT), Michael Warshawski dénonce l’escalade israélienne à Gaza qui a fait en quelques jours 120 victimes palestiniennes (population civile, NdT). Nous avons parlé de la situation sur le terrain israélien et palestinien avec le fondateur de l’Alternative information center.

Les agences humanitaires disent que la situation à Gaza est la pire qu’on ait connue depuis 40 ans. Pensez-vous qu’Israël va faire quelque chose pour l’améliorer ?

Cela va dépendre de la situation internationale. S’il n’y a aucun signe dans ce sens de la part de l’Europe et des Etats-Unis, Israël va continuer sa politique contre la population palestinienne dans la Bande.

L’establishment militaire est déjà en train de discuter de la possibilité d’utiliser l’artillerie contre des zones à forte densité de population civile, si des missiles « Qassam » continuent à être tirés sur Israël.HOME-PALEST-copie-1.jpg

Utiliser l’artillerie contre des zones à densité de population civile élevée est une obsession de Ehud Barak (ministre de la défense), qui a demandé à ses conseillers politiques si une opération de ce type serait interdite par le droit international. Il s’agit d’une option qui est examinée très sérieusement à la fois par le gouvernement et par l’armée qui sont déjà, en partie, en train d’employer cette tactique. Le problème est de savoir s’ils vont l’utiliser à une échelle encore plus vaste.

Après les derniers massacres israéliens (à Gaza, NdT) on a parlé de « shoah » et de génocide. Du point de vue du droit international, comment les opérations de l’armée israélienne contre la Bande de Gaza peuvent-elles être jugées ?

Le terme « shoah » a été évoqué par un ministre israélien. Moi je n’aime pas utiliser ces superlatifs (mais cette fois, l’emploi de ce terme par des gens qui s’en réclament d’habitude comme victimes, est paradoxal et inquiétant, et MW évite de le souligner en répondant de cette façon, NdT). Je pense que la situation est tellement grave qu’elle requiert l’emploi de termes appropriés. Nous sommes devant une violation systématique du droit international et devant des crimes de guerre commis par l’armée israélienne. Attaquer des zones habitées par des civils en utilisant la force de façon disproportionnée représente un crime de guerre. Voilà ce que dit le droit international. Et l’armée israélienne a employé ces méthodes de façon systématique, en particulier la semaine dernière.

Comment réagissent l’opinion publique et les pacifistes israéliens devant cette escalade ?

D’un côté l’opinion appuie ces attaques contre Gaza, parce qu’elle les perçoit comme des représailles contre les tirs de Qassam sur les villes israéliennes de Sderot et Ashkelon. Mais d’un autre côté, selon le dernier sondage effectué, la majorité de cette même opinion publique est favorable à l’ouverture de négociations avec le Hamas. Pour ce qui concerne le camp de la paix, nous n’avons pas plus avancé depuis la situation qui s’était ouverte en 2000. Il y a une minorité qui est toujours active –ces derniers jours nous avons fait des manifestations à Jérusalem et Tel Aviv- mais qui reste une minorité. Il ne s’agit plus du grand camp de la paix qu’il y avait jusqu’à il y a dix ans, mené par Peace Now (sur le « camp de la paix », voir aussi http://www.ism-france.org/news/article.php ?id=6672&type=analyse&lesujet=Sionisme, pour une autre analyse critique, NdT)

En réponse au siège de Gaza, il y a eu dernièrement des mobilisations palestiniennes non seulement en Cisjordanie, mais même à l’intérieur d’Israël. Croyez-vous que quelque chose de nouveau est en train d’émerger ?

J’ai été heureux de voir des manifestations populaires de masse à l’intérieur des Territoires occupés, chose qui est rarement arrivée ces dernières années. Mais il est encore trop tôt pour savoir si on est en train d’entrer dans ce que les médias israéliens appellent « troisième Intifada », un nouveau soulèvement de masse qui dure et ne soit pas qu’une réaction de rage provoquée par les massacres israéliens.

Après la victoire électorale du Hamas en 2006 (janvier 2006, NdT), Israël a intensifié la guerre contre la Bande de Gaza, et la colonisation en Cisjordanie. Quel effet cela peut-il avoir sur la perception d’Israël dans le monde ?

Malgré les crimes (de guerre, NdT) qu’il est en train de commettre, Israël a une image bien meilleure que celle qu’il avait jusqu’à ces dernières années. Ni la communauté internationale ni l’opinion publique internationales ne le critiquent comme à l’époque de Sharon. Parce que la perception mondiale de l’islam comme menace à l’égard de l’occident prévaut (voir note de la traductrice ci dessous en 1). Dans ce contexte, les millions d’hommes et de femmes qui ont élu démocratiquement le Hamas sont perçus et traités comme des sous-hommes.

Edition de vendredi 7 mars 2008 de il manifesto

Partager cet article
Repost0
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 16:05

            undefined       


Elections en Espagne - Communiqué du PCE

Le 9 mars 2008 avaient lieu les élections législatives espagnoles. La « gauche unie », Izquierda Unida (IU), a enregistré un score historiquement bas (3,80% et 2 députés, encore en baisse de 1,2% et de 3 sièges). Au sein du Parti communiste espagnol, qui est à l’origine la création en 1986 de cette coalition de différents mouvements de gauche et écologistes, les critiques contre IU font rage. Pour beaucoup, y compris parmi la direction du PCE, la déroute électorale sanctionne la politique d'allégeance au PSOE et l’absence d'organisation et de ligne politique réellement communistes. Les communistes sont de plus en plus nombreux à demander le retour à l’autonomie politique.

 

L’échec de cette expérience précurseur de "dépassement" d’un parti communiste, de dilution dans un ensemble de « gauche » sonne comme un avertissement pour ceux qui voudraient tenter la même expérience, notamment en France.

 

Nous mettons en ligne ci-dessous la traduction d’un communiqué du PCE suite aux élections et des extraits d’une résolution du PSUC (Parti socialiste unifié de Catalogne – partenaire catalan du PCE). Texte et traductions : AC pour vivelepcf



Communiqué de la Commission permanente du Parti communiste espagnol sur le résultat des élections générales

Tout d’abord, le PCE veut féliciter tous les hommes et les femmes de Izquierda Unida (IU) pour tout le travail et l’enthousiasme qu’ils ont manifestés dans cette campagne électorale.

Les résultats des élections générales se traduisent par une lourde défaite des candidats de IU. Une défaite sans équivoque.

Deux raisons doivent être prises en compte.

D’une part, le bipartisme exacerbé, habilement orchestré par les deux grands partis, a porté un coup très dur au pluralisme au sein de la société espagnole et à son caractère démocratique. Il s’est traduit par une amputation de la représentation politique aux Cortes [parlement].

D’autre part, l’absence de ligne propre à IU et son suivisme derrière les positions de Zapatero n’a pas rendu possible la défense de l’espace politique naturel d’IU, celui d’une force indépendante de transformation sociale.

L’Assemblée ordinaire d’Izquierda Unida doit se tenir dès que possible. Dans cette perspective, l’actuel coordinateur général d’IU n’est pas à même de conduire le processus nécessaire de reconstruction, par lequel IU doit retrouver sa vraie identité, en opposition avec la réalité des derniers temps qui en a fait une force d’appoint du PSOE.

Le PCE propose la constitution d’une commission pluraliste, unitaire, collective et collégiale qui garantisse tant le déroulement strictement démocratique de l’assemblée qu’un processus de reprise et de relance qui permettrait redonnant aux militants la parole et l’initiative.

Le PCE croit qu’il y a de la place pour une gauche de transformation sociale dans notre pays et il s’engage à la reconstruire.

Le PCE félicite la coalition Izquierda Unida-Les Verts en Andalousie pour avoir maintenu ses résultats malgré la vague bipartiste en ne reniant pas son identité propre et ses ambitions de transformation sociale.

Madrid, 10 mars 2008

 

 

Résolution du PSUC sur les Elections de 2008

Secrétariat du PSUC, 12 mars 2008Psuc.JPG

Les élections du 9 mars marquent la fin d’un cycle de 8 ans caractérisé pour IU par les crises internes, l’absence de projet de société alternatif et une politique de subordination au PSOE. Tout cela s’accompagnant d’un manque criant en terme d’organisation et d’une négation de la diversité des composantes d’IU.

La perte de 600 000 voix, qui nous laissent avec un seul député, est le pire résultat de toute l’histoire de IU. Il ne peut se comprendre seulement par les raisons évoquées plus haut, mais aussi par le bipartisme qui est en train de s’imposer dans notre pays.

Les résultats de ICV/EUiA [coalition catalane d’IU], avec la perte de 60 000 voix et d’un député, sont la conséquence de la dépendance et de l’absence de critique à l’égard du gouvernement de Montilla [président PS de la Catalogne] et du manque d’alternative politique. Le suivisme [d’IU] sur des sujets aussi importants que la privatisation de pans de la Santé publique, et le silence sur les propositions de privatisation de l’Education envisagée par le rapport d’Ernest Margall, sont des éléments qui ont provoqué un rejet de notre parti, dans des secteurs historiquement de gauche.

(...)

Le PSUC considère qu’un cycle politique se termine et que dans les circonstances actuelles le projet originel d’IU et plus que jamais d’actualité. C’est pour cela que nous lançons un appel pour reconstruire un mouvement politique et social qui parte de la base, en évitant de tomber dans les erreurs du passé ou dans un renouvellement de la ligne de Llamazares [dirigent actuel d’IU], ce qui signerait l’enterrement définitif de notre projet.

Par-dessus tout, nous devons lancer la réflexion et le travail pour relancer une alternative anticapitaliste, capable de retrouver les valeurs et l’utopie de la gauche de transformatrice.

par Vive le Parti Communiste Français

Partager cet article
Repost0
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 16:02
mardi 11 mars 2008 undefined
Emission « Interactiv’ », France Inter,
mardi 11 mars 2008

Invitée : Laurence Parisot, présidente du Medef.

Question de l’auditeur : Bonjour madame Parisot. Voilà, ça fait plusieurs fois que je vous entends à l’antenne. Moi, je suis salarié, comme beaucoup de Français, et je suis vraiment écœuré quand je vous entends défendre les grands patrons sur les salaires importants qu’ils ont « bien mérités ». Moi, je trouve que c’est indécent, les propos des fois que vous tenez sur les grands patrons, par rapport au nombre de salariés qui sont en souffrance pour des salaires qui sont très bas. Second point, c’est le dialogue social : vous n’avez à la bouche que ce mot-là, le dialogue, dialogue social. Dans les petites et moyennes entreprises, les salariés qui veulent créer un syndicat, qui veulent parler des délégués du personnel, se font systématiquement virer. Il n’y a aucun dialogue social dans les petites et moyennes entreprises.

Laurence Parisot : Il me semble, monsieur, que c’est un peu exagéré ce que vous dites, même si je suis d’accord avec vous que parfois, dans les petites entreprises, il y a, il faut le dire, une peur du syndicat et du syndicaliste. Il m’est arrivé plus d’une fois d’expliquer aux numéros un des grandes organisations syndicales que leur attitude, parfois très dure au niveau national, entretenait cette crainte dans les entreprises et ne favorisait pas ce dialogue social que vous-même appelez de vos vœux, monsieur. Mais, quand nous sommes, comme en ce moment, dans une négociation avec les syndicats sur la représentativité syndicale, c’est notamment pour aborder cette question au sein des PME. Vous me dites que je n’ai que ce mot-là à la bouche, je ne l’ai pas qu’à la bouche : je pratique le dialogue social, et je vous rappelle que nous avons discuté de manière très constructive avec les organisations syndicales pour aboutir à un accord. Donc, vous voyez, ce ne sont pas que des paroles, ce sont aussi des actes : aboutir à un accord sur le marché du travail, qui apporte des nouvelles sécurités et des nouvelles flexibilités tant aux salariés qu’aux chefs d’entreprise.

Question du journaliste : La deuxième question de l’auditeur portait sur les salaires, et c’est vrai qu’on a vu, et la coïncidence est trop belle ou trop étrange pour être vraie, quasiment au même moment, un mouvement de caissières dans les sud de la France qui se battaient pour obtenir, par exemple, quelques petits euros de plus sur leur ticket restaurant — qu’elles n’ont pas obtenus, d’ailleurs, ou très peu —, et des parachutes dorés, des ardoises fiscales effacées. Comment ces deux poids-deux mesures sont-ils conciliables pour un même système qu’on appelle le capitalisme ?

L. P. : Eh bien, il faut d’abord se demander pourquoi les salaires les plus bas en France, nous n’arrivons pas à les faire progresser plus vite, pour que chacun, y compris dans les familles les plus modestes, ait des certitudes et un sentiment assuré de gain significatif du pouvoir d’achat. Pourquoi on n’arrive pas à faire ça ? La réponse ne dépend pas du salaire de grands patrons : la réponse dépend d’une politique économique globale, qui crée les conditions — ou pas — de richesses supplémentaires dans notre pays ; or, aujourd’hui, en France, on a un poids social et fiscal qui pèse sur le travail qui est tel que même si on fait augmenter d’une manière assez significative le salaire brut, le salaire net, lui, n’augmente pas autant. Ça c’est une première chose.

Mais on a du mal à croire, juste sur la question des caissières, que la santé économique d’une grande enseigne de distribution dépende de 1,50 euro de plus sur un ticket restaurant ; on a du mal à le croire, intellectuellement : alors, expliquez-nous en quoi c’est possible.

L. P. : Vous me prenez avec un exemple précis que vous isolez de tout le reste, de tous les éléments de rémunération : simplement, il faut multiplier le tout par les 700 000 salariés dans la grande distribution et des marges qui se sont terriblement érodées. Il faut faire attention aussi : on n’a pas non plus, je crois chacun de nous, envie d’affaiblir nos grandes enseignes de distribution françaises — si on les affaiblit trop, elles vont être rachetées par un grand Américain qui s’appelle Wal-Mart et on sera les premiers à s’asseoir sur le trottoir et pleurer. Donc, il faut comprendre les mécanismes économiques dans leur ensemble. Et par ailleurs, sur les rémunérations des grands patrons, qui étaient le deuxième élément de la question : quand bien même - parce qu’on a du mal à comprendre, parce que ça serre le cœur et ça tord les tripes –, quand bien même on se dirait que, tiens, c’est un enjeu moral ? Eh bien, finalement — allez —, on demande aux grands patrons de supprimer leurs salaires : est-ce que ça changerait quelque chose aux mécanismes économiques globaux ? Non, ça apparaîtrait comme une goutte d’eau dans quelque chose qui est beaucoup plus vaste.

Enfin, les gouttes ne sont pas de la même taille...

… En revanche, si on n’accepte pas qu’il y ait des rémunérations élevées, si on ne comprend pas que ces rémunérations doivent être liées à la création de richesse et à la création de valeur, que, ces grands patrons, ils font — on court le risque de faire partir les plus grands talents que nous avons dans notre pays, ailleurs. Et moi, je voudrais surtout dire à tous les jeunes qui nous écoutent, qu’on peut devenir un grand patron, on peut devenir quelqu’un qui crée de la valeur, qui est un entrepreneur et qui entraîne avec soi beaucoup de gens dans une aventure : il faut bosser, il faut faire des études, il faut être audacieux aussi.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 15:53
                                                                                                     
photo: Mme Parisot et D. Gauthier-Sauvagnac de l'UIMM, celui par qui le scandale arriva...

Mme Parisot et les caissièresPARISOT-GAUTHIER-SAUVAGNACjpg.jpg

Interrogée par France Inter, le 11 mars 2008, Mme Laurence Parisot, présidente du Mouvement des entreprises de France (Medef), a expliqué la répression des syndicats, dans les petites entreprises en particulier, par l’attitude « très dure » des confédérations ouvrières au niveau national. Puis elle a justifié les salaires très bas des caissières d’hypermarchés — et ceux, beaucoup plus élevés, des propriétaires d’enseignes de grande distribution — en invoquant la concurrence internationale et la rémunération de l’« audace » et du « talent ».

Ces déclarations  interviennent alors que le patronat français est embourbé dans le scandale des « caisses noires » de sa fédération de la métallurgie, l’UIMM. Et au moment où, dans un contexte marqué par la baisse du pouvoir d’achat des salaires, les caissières ont mené une grève qui fut à la fois assez suivie dans leurs entreprises et très populaire auprès du public.

A Marseille, la direction d’un établissement Carrefour a montré que le patronat des services n’avait rien de commun avec la « vieille garde » de l’UIMM : après 16 jours de conflit, elle a octroyé à ses salariées une revalorisation de 0,45 euros de leur ticket repas, passé de 3,05 à 3,50 euros...

Partager cet article
Repost0
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 17:14

Israël-Palestine : la géopolitique du divin

Par Bruno Guigue

Contrairement à une idée reçue, les origines du conflit israélo-palestinien ne remontent pas à la nuit des temps. Le discours de certains protagonistes a beau en situer l’origine à une époque ancestrale, la démonstration ne convainc que les convaincus. Loin de s’ancrer dans la rivalité entre Israël et Ismaël, le conflit israélo-palestinien est un rejeton de la modernité : Juifs et Arabes s’affrontent en Palestine depuis un siècle, ce qui est beaucoup dans l’absolu, mais fort peu à l’échelle de l’histoire.

Pourtant, à propos de cet affrontement surgi à l’aube du XXème siècle, on accrédite souvent l’idée qu’il est issu de temps immémoriaux. Comme s’il était satisfaisant pour l’esprit de penser qu’un conflit aussi tenace puisse avoir une signification autre qu’historique, on lui prête une éternité imaginaire. Et parce qu’en lui se confondent souvent le politique et le religieux, on croit détenir avec cette confusion l’explication suffisante de son apparente irréductibilité.

Si le conflit a une dimension religieuse, elle ne le résume évidemment pas. Et surtout, elle ne l’explique pas davantage. Omniprésente et répétitive, la rhétorique du sacré exerce un effet grossissant. Elle conduit souvent l’observateur à surévaluer l’importance du facteur religieux. Ce n’est pas parce qu’ils y croient, du reste, que les idées dont se prévalent les belligérants fournissent une explication plausible des événements.

Il n’en est pas moins vrai que la Palestine n’est pas que la Palestine. Le bloc des croyances qui s’y rapportent peut devenir à l’occasion une véritable force matérielle. Elle est Eretz Israël (la Terre d’Israël) pour les uns, l’écrin d’Al-Qods (La Sainte) pour les autres. Espace sacré, espace symbolique, la Palestine est un espace-prétexte qui se prête aux tentatives d’appropriation exclusive. Et la lutte paraît d’autant plus acharnée que les deux camps revendiquent les mêmes lettres de crédit.

Le sionisme, en dépit de ses proclamations laïques, est fondé sur une représentation quasi mystique d’Eretz Israël. Il est inséparable, dans sa genèse, de l’attachement physique et spirituel qui lie les juifs à la terre d’Israël. La liturgie s’y enracine, les fêtes juives parlent du pays d’Israël. Pour certains courants de la pensée juive, l’altération des rapports du peuple juif à sa terre est le signe d’une altération de ses rapports avec Dieu. Le retour des juifs sur la terre d’Israël, pour la travailler, revient donc à réparer une relation à Dieu abîmée par l’exil. Pour les âmes en peine du judaïsme russe, à la fin du XIXème siècle, la terre d’Israël incarna ainsi, tout à la fois, la rédemption morale et la renaissance physique.

La principale réussite du sionisme est d’avoir fait de cette terre rêvée le moteur d’une émancipation nationale. Idéologie moderne, il laïcise l’espérance messianique en substituant à l’attente du sauveur une action politique destinée à prendre possession d’Eretz Israël. Mais pour Theodor Herzl, « si la revendication d’un coin de terre est légitime, alors tous les peuples qui croient en la Bible se doivent de reconnaître le droit des juifs ». Bibliquement établie, la légitimité d’un Etat juif en Palestine va de soi, et le texte sacré tient lieu de titre de propriété.

Le droit des juifs sur la terre d’Israël, dans cette perspective, s’arc-boute sur la transcendance. Pour le courant sioniste religieux, le retour des juifs en Eretz Israël est inscrit dans le récit de l’Alliance lui-même. Le sionisme suit fidèlement la voie tracée par le Tout-Puissant. Prendre possession de la terre que Dieu a donnée aux juifs fait partie du plan divin, et ce serait le contrarier que de renoncer à cette offrande.

Comme la droite révisionniste, les sionistes religieux rejettent donc tout compromis territorial avec les Arabes. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, le grand rabbin de Palestine déclara devant une commission internationale : « C’est notre forte conviction que personne, ni individu, ni pouvoir institué, n’a le droit d’altérer le statut de la Palestine qui a été établi par droit divin ».

Chef du parti national-religieux, le général Effi Eitam expliquait en 2002 : « Nous sommes seuls au monde à entretenir un dialogue avec Dieu en tant que peuple. Un Etat réellement juif aura pour fondement le territoire, de la mer au Jourdain, qui constitue l’espace vital du peuple juif… Aucune souveraineté autre qu’israélienne n’existera jamais entre la mer et le Jourdain ».

La Bible, un acte notarié ? Il est vrai qu’elle n’est pas avare de détails sur les contours de la Terre promise. On y trouve de multiples définitions territoriales d’Eretz Israël. La première définition accompagne la promesse de Yahvé à Abraham, dans la Genèse (15, Trad. Œcuménique de la Bible) : « C’est à ta descendance que je donne ce pays, du fleuve d’Egypte au grand fleuve, le fleuve Euphrate ». Englobant lui aussi un vaste territoire, l’Exode (23) n’est guère plus précis : « J’établirai ton territoire de la mer des Joncs à la mer des Philistins, et du désert au fleuve ».

Les définitions bibliques d’Eretz Israël, assurément, sont sujettes à variation. Elles n’ont pas le même degré de précision, leur statut théologique est hétérogène, les contours de la Terre promise y sont écartelés entre une version maximale et une version minimale. Mais cette diversité des représentations spatiales fait clairement apparaître un « noyau dur ». Car dans la toponymie foisonnante qui émaille le texte biblique, certains noms de lieu sont investis d’une sacralité hors du commun.

Ville jébuséenne conquise par David, Jérusalem est au cœur du récit biblique. Elle entre dans la geste hébraïque lorsque le roi David décide d’y transférer sa capitale. Erigée en ville-phare du royaume, la cité de David est proprement sanctifiée, sous le règne de son successeur, en devenant l’écrin de la présence divine. Le martyre subi lors de la destruction du Temple n’altère en rien une sacralité qui se déclinera, désormais, sur le mode de l’attente messianique.

Avant de transférer sa capitale à Jérusalem, David a unifié les tribus juives dans une cité située au cœur des monts de Judée : « Toutes les tribus d’Israël vinrent vers David à Hébron » (Samuel II,5). Mentionnée avant Jérusalem par le texte biblique, Hébron jouit d’un degré de sacralité au moins équivalent. Prestigieux vestige de la geste abrahamique, le Tombeau des Patriarches y fait l’objet d’une vénération à la mesure de la sainteté d’Abraham, Isaac et Jacob. Autour de ces deux villes saintes, la Judée-Samarie et la Galilée forment alors le cœur historique d’Eretz Israël.

Investis d’une signification religieuse, ces lieux sont aussi les vestiges d’une histoire nationale magnifiée par l’idéologie sioniste. Espace de communication avec le divin, ils portent témoignage, simultanément, de la geste hébraïque. C’est pourquoi l’archéologie israélienne y a obstinément cherché les traces d’une antique présence juive. En fournissant les preuves d’une occupation ancestrale, les fouilles conduites par le « général-archéologue » Ygal Yadin, dans les années 1960, prétendaient faire entrer dans l’histoire ce qui relevait du sacré.

L’opinion israélienne crut alors, avec ces vieilles pierres, détenir la preuve irréfutable que le royaume de David et Salomon était un fait historique. A cette époque, l’archéologie officielle n’apportait pas seulement une caution scientifique au récit biblique : elle offrait un discours de substitution qui rendait superflu le recours à la foi pour accréditer l’histoire hébraïque. Mais cette suprématie de l’argumentaire historique sur le répertoire religieux fut de courte durée. Car au fur et à mesure des investigations sur le terrain, nombre de certitudes hâtivement acquises se sont effondrées. Directeur du département d’archéologie de l’Université de Tel Aviv, Israël Finkelstein a récemment fait l’inventaire des connaissances sur les sites bibliques. Ses conclusions sont dévastatrices :

« Les fouilles entreprises à Jérusalem n’ont apporté aucune preuve de la grandeur de la cité à l’époque de David et de Salomon. Quant aux édifices monumentaux attribués jadis à Salomon, les rapporter à d’autres rois paraît beaucoup plus raisonnable. Les implications d’un tel réexamen sont énormes. En effet, s’il n’y a pas eu de patriarches, ni d’Exode, ni de conquête de Canaan, ni de monarchie unifiée et prospère sous David et Salomon, devons-nous en conclure que l’Israël biblique tel que nous le décrivent les cinq livres de Moïse, les livres de Josué, des Juges et de Samuel, n’a jamais existé ? »1

Ces déconvenues archéologiques ne sont pas étrangères, du coup, au retour du théologique dans l’idéologie dominante israélienne. Peu importe, pour les sionistes religieux, ce que révèle l’archéologie à propos des mythes fondateurs, puisque l’essentiel est d’y croire. A fortiori si cette croyance relève de l’attente eschatologique. L’avènement des temps messianiques, en somme, frappe d’inanité toute spéculation sur un lointain passé.

A défaut d’être historique, la geste des rois d’Israël est donc un mythe mobilisateur qui légitime la renaissance d’une souveraineté juive en terre biblique. Ce n’est pas la première fois qu’un dogme ébranlé par la science renaît de ses cendres, animé d’une vigueur nouvelle. Et il en faudra sans doute davantage pour désarmer la conviction des pionniers du Grand Israël, d’autant plus indifférents à l’histoire qu’ils rêvent d’éternité.

On peut, sans doute, dire des sites bibliques ce qu’un historien de l’Antiquité disait des ruines de Troie : « ces lieux sacrés commémorent moins des faits avérés que les croyances qui en sont issues, et qui s’y sont fortifiées en s’y enracinant ». C’est cette géographie du sacré riche de significations symboliques qui hante le sionisme. C’est elle qui inspire, en Israël, une géopolitique du divin qui fournit sa justification religieuse à la colonisation juive.

A sa manière, l’islam sacralise également la terre palestinienne. La perception arabe et musulmane de la Palestine plonge ses racines dans le texte coranique, et surtout dans la tradition qui attribue un rôle primordial à Jérusalem. C’est l’évocation du Voyage nocturne du Prophète qui en constitue la source principale : « Gloire à celui qui a fait voyager de nuit son serviteur de la Mosquée sacrée à la Mosquée très éloignée dont nous avons béni l’enceinte, et ceci pour lui montrer certains de nos signes. Dieu est celui qui entend et qui voit parfaitement » (Coran, XVII, 1. Trad. D. Masson).

La mosquée très éloignée, que la tradition identifie à l’emplacement du temple de Salomon, est le point d’aboutissement du transport nocturne de Mohammad. Mais le récit du Voyage, dans l’exégèse coranique, est inséparable de celui de l’Ascension. Dans cette tradition, Mohammad effectue un voyage initiatique qui le mène jusqu’aux splendeurs célestes. C’est ce récit qui est à l’origine de la vénération vouée à la coupole du rocher, à Jérusalem, lieu depuis lequel Mohammad aurait entrepris son élévation jusqu’à Dieu. Jérusalem-Al Qods accéda alors au rang prestigieux de troisième lieu saint de l’islam.

Cible des Croisades, Al-Qods devint en outre l’enjeu symbolique de l’affrontement entre le monde arabo-musulman et le monde occidental chrétien. Par son rayonnement spirituel, la ville sainte confère à l’ensemble du territoire palestinien le statut d’un bien inaliénable à vocation religieuse, un waqf. Et, à l’époque contemporaine, elle cristallise d’autant plus les passions arabes qu’elle est la proie d’une colonisation systématique par l’Etat d’Israël. Véritable épicentre du conflit, Al-Qods entre en résonance avec les trois dimensions symboliques de la cause palestinienne : le nationalisme arabe, la défense de l’islam, l’affirmation de l’identité palestinienne.

Si Al-Qods occupe la première place dans l’imaginaire musulman, le site de Hébron mérite incontestablement la seconde. La ville est appelée par les Arabes Al-Khalil (l’ami), épithète dont le Coran honore Ibrahim. Ce dernier incarne dans sa pureté originelle le message monothéiste. Avec le non-sacrifice de son fils Ismaël, à La Mecque, il a contracté l’alliance originelle avec Allah. Inhumé à Hébron, il confère par sa présence spirituelle une aura particulière à la terre palestinienne. Ibrahim relie l’Arabie à la Palestine, en même temps qu’il rattache la geste biblique à la prédication musulmane.

Ainsi la sacralisation musulmane redouble-t-elle les sacralisations antérieures. Elle investit l’espace sacré du judaïsme d’une signification nouvelle qui intègre, sans l’effacer, les significations symboliques issues du récit biblique. Mais pour les musulmans, le message coranique a définitivement clos le cycle des prophéties. Et si elle concède aux gens du Livre un statut particulier, la tradition islamique postule en tout état de cause l’irréversibilité de l’islamisation.

Une guerre de religion, le conflit israélo-palestinien ? C’est parfois l’impression dominante, en effet. Et l’on a vu que cette guerre ne manquait pas de munitions, pour peu qu’on veuille y mettre le feu. Fruit de l’intransigeance israélienne, la deuxième Intifada a inauguré un nouveau cycle de violence où le répertoire religieux fut utilisé à satiété, comme si la montée aux extrêmes se trouvait confortée par le divin. Et la thématique islamiste du sacrifice pour la Palestine sembla répliquer, avec virulence, à la brutalité de l’occupation militaire.

La pratique des attentats-suicide témoigne, notamment, de l’exacerbation d’un conflit qui paraît puiser dans la foi religieuse son caractère inexpugnable. La figure du shahid constitue à cet égard, pour les organisations palestiniennes, une réponse en miroir à la rhétorique religieuse de l’adversaire. Face à une droite israélienne qui invoque la Bible pour revendiquer le Grand Israël, le sacrifice suprême des jeunes martyrs vise à battre le sionisme sur le terrain de la foi. Et on oublie trop souvent que le premier attentat-suicide fut perpétré par l’ultranationaliste juif Baruch Goldstein, à Hébron en 1994.

Cette prégnance du religieux dans l’idéologie des protagonistes explique, enfin, un autre phénomène : l’étonnante disproportion entre l’exiguïté du territoire disputé et l’ampleur de l’affrontement dont il est l’enjeu. Lors des pourparlers de Camp David (juillet 2000), l’échelle retenue pour les négociations sur Jérusalem n’excédait pas le mètre carré. Ce phénomène serait incompréhensible sans l’exceptionnelle charge émotionnelle qui s’attache à la terre de Palestine.

Concentré sur le site de Jérusalem, un puissant faisceau de significations symboliques irradie l’espace situé entre la Méditerranée et le Jourdain. La religion, ici, aurait-elle sa part du diable ? Cet excès de sens pour une si modeste géographie vouerait-il à l’échec toute tentative de compromis entre des protagonistes qui campent sur l’absolu ? L’excès de transcendance y rendrait-il impossible la constitution de cette arène politique où se dénouent, habituellement, les différends entre les peuples ?

Nulle part ailleurs, l’enchevêtrement des populations n’est à ce point redoublé par l’enchevêtrement des significations symboliques. Et depuis septembre 2000, le conflit entre l’Etat d’Israël et le mouvement national palestinien, en effet, prend l’allure d’une guerre d’autant plus impitoyable qu’elle semble opposer les prétendants à la possession d’un même espace sacralisé.

Ce parallélisme apparent, toutefois, risque d’induire en erreur. Le sionisme, qu’il soit ou non d’inspiration religieuse, revendique la Terre d’Israël pour le seul peuple juif. Réduisant le judaïsme à une religion nationale et particulariste, il exige la dévolution exclusive de la Palestine à l’Etat juif. Au nom d’un droit divin qui percute le droit international, il postule la judéité intrinsèque d’une terre qui a pourtant accueilli, dans son histoire, de nombreuses confessions.

Cette dévolution ethnique de la terre palestinienne, en revanche, est totalement étrangère à la tradition musulmane. L’islam est une foi universaliste qui n’érige aucun peuple singulier au dessus des autres, et ne crée aucun privilège exorbitant du droit commun. En même temps qu’il sacralise la Palestine, l’islam affirme le droit à la différence religieuse. La charte du Hamas, par exemple, offre une garantie islamique indéfectible au droit des chrétiens et des juifs à vivre en Palestine. Ce qu’elle récuse, c’est la prétention d’un « Etat juif » à y exercer une souveraineté absolue.

Certes, la prégnance du sacré contribue à durcir le conflit. Lorsque la foi devient l’argument suprême, il n’y a guère de place pour le compromis. Les positions des uns et des autres sont affectées d’une intangibilité qui ne favorise pas leur rapprochement et exclut la synthèse. Mais il n’y a aucune symétrie entre les deux parties en présence : leurs prétentions ne sont pas de même nature. C’est un raccourci simpliste d’affirmer que la droite israélienne et la direction palestinienne rivalisent d’intolérance en manipulant le religieux. Et un artifice commode de renvoyer dos-à-dos cette double sacralisation, en la vouant à la même réprobation indignée auprès de la conscience laïque occidentale.

Lorsqu’il a rejeté le plan israélo-américain sur Jérusalem, à Camp David, Yasser Arafat a rappelé ce qu’aucun de ses interlocuteurs n’était censé ignorer, et qui figure dans les documents officiels de l’OLP : « En tant que partie intégrante des territoires occupés en 1967, Jérusalem-Est relève des dispositions de la résolution 242 du Conseil de sécurité. Jérusalem-Est est partie intégrante du territoire sur lequel l’Etat de Palestine, sitôt établi, exercera sa souveraineté ». Le président de l’Autorité palestinienne n’a pas opposé aux prétentions israéliennes le récit coranique du voyage nocturne du Prophète. Il a cité les résolutions de l’ONU. En bref, cette même légalité internationale dont se prévaut aujourd’hui le Hamas, sous-jacente à la proposition de trêve de longue durée formulée dès 1995 par Cheikh Yassine.

Comment, alors, sortir de cette impasse ? Paradoxalement, l’universalité symbolique du conflit est, à la fois, ce qui le rend inextricable et ce qui fournit l’élément de sa résolution. Parce que le conflit israélo-palestinien n’appartient pas aux seuls belligérants, la communauté internationale a des obligations à son égard. Et qu’elle ait été parfaitement incapable de les remplir pour cause de partialité américaine n’ôte rien à leur caractère imprescriptible.

Il n’y a aucune autre issue au conflit israélo-palestinien qu’un partage équitable. Faute d’y parvenir, le conflit demeurera insoluble, comme ligaturé par les frustrations dont il se nourrit. Gravée dans le marbre d’un règlement définitif, la délimitation des espaces de souveraineté fera disparaître le principal motif de l’affrontement. Pour dissiper la confusion du politique et du théologique, la meilleure solution (aujourd’hui), c’est de renvoyer chacun chez soi.

Mais toute la difficulté réside, on l’a vu, dans la définition solipsiste de ce « chez soi » auquel paraît se cramponner obstinément l’une des parties en présence. Dévolu par promesse divine à un peuple singulier, le sacré, clament certains, ne se partage pas. Et si l’inverse était rigoureusement vrai ? Ce partage a pourtant eu lieu durant des siècles, du calife Omar (qui autorisa les juifs à revenir à Jérusalem) jusqu’à l’Empire ottoman, expert en tolérance religieuse. Paradoxalement, il a fallu l’irruption au Proche-Orient d’un nationalisme séculier, à l’abri de l’occupation coloniale britannique, pour ruiner cette coexistence harmonieuse.

Ce n’est pas l’abondance du symbolique qui pousse à l’affrontement, mais la prétention d’un Etat confessionnel (et prétendument laïque) à se l’approprier de façon exclusive. Si la partition du territoire favorise le partage du sacré, c’est précisément parce qu’elle opère la déconnexion entre espace symbolique et espace politique. Partition du territoire entre les deux Etats, partage du sacré entre tous : pour mettre fin à cette guerre, il faut réaffirmer l’irréductibilité du sacré ; et, contre la géopolitique du divin, frapper d’illégitimité toute tentative de s’approprier l’inappropriable.




1 Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, La Bible dévoilée, les nouvelles révélations de l’archéologie, Bayard, 2002, p. 150.

Bruno Guigue

Diplômé de l’Ecole normale supérieure et de l’ENA

Auteur de "Proche-Orient : la guerre des mots", L’Harmattan, 2003

Partager cet article
Repost0
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 14:27
                                                                               



                     undefined
la liberté de penser s’arrête là ou commence le code du travail »(Laurence Parisot)

Partager cet article
Repost0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 12:55
couteau-entre-dents01.jpg

          «  J’appelle un chat un chat… »(Boileau Sat.1)                

 

   L’anticommunisme, cette tenace maladie des ignorants et des partisans du CAC 40, fait encore recette.

               Le bon score du PCF aux 1° tour des élections municipales fait faire grise mine à certains, y compris ceux qui se drapent du virginal manteau  du neutralisme politique (genre « je ne suis ni de droite ni de gauche, « et encore moins de gauche » pour paraphraser Coluche) et qui, à l’instar de Bayrou et  du Modem, croient pouvoir s’asseoir  entre deux chaises.

 Du FN à Bayrou, donc, et en passant par  P. Devedjian, cet ancien du groupuscule fasciste Occident, reconverti dans la droite dite républicaine (sic),   «  la droite et son extrême ciblent les communistes, dont l’implantation s’est confirmée au premier tour, avec pour objectif de faire chuter toute la gauche. » comme l’écrit le journaliste S. Crépel dans l’édito de  l’Huma du 13 mars.

 Depuis dimanche soir est donc organisée une danse du centre qui voudrait  faire croire à l’électeur  que F. Bayrou et le Modem pourraient être une alternative,  ni de droite ni de gauche, si jamais l’UMP… Et puisque nous avons cité  Boileau, rappelons  le grand La Fontaine :

                                 « Je suis oiseau : voyez mes ailes !...

                                 … Je suis souris : vivent les rats ! »

                         (« La chauve-souris et les deux belettes L.II _V)

 
  Il s’agit de recomposer le paysage politique sur fond de bipolarisation à l’américaine, en le décalant à droite, naturellement. C’est une politique élaborée depuis longtemps par les forces du capital et leurs mandataires politiques et qui consiste, plus trivialement, à ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.
    C’est pourquoi l’UMP, ce qui reste du FN, dont une bonne partie s’est naturellement recyclée à l’UMP( celui-là étant jugé par un bon nombre de ses jeunes ex-adhérents, « ringard »,d’autant que N. Sarkozy pratique une politique proche des fantasmes du Front), et le Modem s’acharnent contre les communistes_M. Bayrou « cette girouette du Béarn » (op.cit)  en  reprochant à notre camarade D. Fontaine, maire d’Aubagne, brillamment réélu (ce n’est pas son cas à lui) de ne pas appartenir « parce qu’il est communiste »  à « un courant démocratique et républicain français »_, ont retrouvé les accents de l’anticommunisme le plus vulgaire, celui qui criait, il y a plus d'un demi-siècle,  " communistes pas français" quand les bandes nazies et fascistes déshonoraient  le sol national.

M. Dassault, capitaliste parmi les capitalistes et grand fabricant d’armes, ne s’y est pas trompé non plus, qui exhorte les électeurs de son fief communal (Corbeil- Essone) de  ne pas « livrer »(sic) leur ville à un communiste «  prédisant telle une sorcière du Moyen Age, les pires malheurs si la liste animée par [le communiste]Bruno Pirriou était élu. »(op.cit.)

 

On le voit, droite dite « républicaine »,  « centre qui n’est  ni  de droite ni  de gauche », et nostalgiques du pétainisme, et  à l’inverse, malheureusement,  d’un certain nombre de travailleurs, ne se trompent pas d’ennemi !  

  Ils savent que les communistes et leur Parti, ont été, sont, en toutes circonstances, au service du peuple et d’une gauche véritable,  rassemblée, utile, combative, ambitieuse et qui ne serait pas le fusible des tenants  «  de gauche » du capitalisme.

 

                                        EN HAUTE-CORSE AUSSI....

 

    A Bastia, la manipulation anticommuniste vient de s’illustrer dans un communiqué envoyé par fax à la presse le 11 mars dernier  et publié dans « La Corse » le  13, par  de prétendus « candidats du PCF » qui déclarent ne soutenir aucune liste au deuxième tour des cantonales. Notre camarade M.Stefani  a répondu ce matin 14 mars, dans le même journal. Il s’agit d’une « lamentable et grossière manœuvre politicienne » dénonce Michel. Car « une  lecture attentive de ce communiqué fallacieux montre que tout est faux » [ car] « il y avait 9 candidats présentés par le parti et non 6 [comme le prétend le communiqué].  «  Ceux-ci n’ont pas  totalisé 1000 voix mais 3307. Plusieurs dépassent non pas 5% mais recueillent entre 6% et 18% » Michel ajoute que « concernant le second tour, ce communiqué est en totale contradiction avec les choix démocratiquement faits par le Conseil Départemental de la fédération de Haute-Corse réuni le lundi 10 mars avec l’ensemble des candidats. En ce sens, une déclaration  a été remise à la presse appelant à la mobilisation pour la victoire la plus large de la gauche aussi bien à Bastia pour les municipales qu’aux cantonales sur les cantons de Bastia 2, de  Vezzani, de Moïta-Verde et de Bustanico, où des candidats de gauche sont encore engagés contre la droite.


  "Nul n’étant autorisé à agir de la sorte au nom des communistes de Haute-Corse, il m’apparaît nécessaire de porter plainte afin que la clarté soit faite sur cette lamentable et grossière manœuvre politicienne.» a conclu  Michel  Stefani .

Partager cet article
Repost0