Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 12:07

 

 

 le hyaric député

PATRICK LE HYARIC AU PARLEMENT EUROPEEN

 

Le Parlement européen s’est réuni du 15 au 18 septembre à Strasbourg. Je vous fais ici un résumé des éléments qui ont été discutés et votés lors de cette session.

 

Pour un vrai partenariat avec les pays de la méditerranée au lieu de la concurrence

 

Lundi 15 septembre

 

La Commission européenne a fait le point sur la politique commerciale européenne avec les pays du pourtour méditerranéen appelés zone Euromed.

 

Les pays du pourtour méditerranéen sont dans des phases plus ou moins avancées de négociations avec la Commission pour des accords séparés de commerce, de partenariats ou d’homologations de produits qui correspondent avec la réalité de leurs échanges avec l’Union européenne.

 

Le Maroc est le pays le plus avancé dans ses relations avec l’Union européenne puisque c’est un accord complet comme ceux conclus avec la Corée du Sud ou en négociations avec États-Unis et Canada qui est en négociation depuis mars 2013.

 

Ces accords sont dit « complet » car ils ne se contentent pas de fixer les droits de douanes entre pays, ils vont bien au-delà en fixant des normes communes, sur la qualité des produits, les services, l’investissement. Mais cela comporte aussi le risque d’imposer à ces pays des normes européennes sur lesquelles des pays comme le Maroc n’ont quasiment aucune influence et surtout de renforcer la concurrence entre entreprises et travailleurs européens et marocains.

 

La Jordanie, la Tunisie et l’Égypte ont manifesté leur intérêt. L’Union européenne faisant miroiter des aides financières et des accès privilégiés pour les marchandises. Mais ces accès sont transitoires et quelques années après les industries, services et agricultures de ces pays se retrouvent en concurrence frontale avec les entreprises européennes.

 

Même dans le cas d’aides financières, celles-ci sont conditionnées. Ce fut le cas pour une aide accordée à la Tunisie avant l’été. Elle était conditionnée au respect par la Tunisie du programme d’aide du FMI, c’est-à-dire la libéralisation à marche forcée.

 

Dans les pays moins intégrés aux flux commerciaux, d’autres négociations sur des accords moins poussés sont en cours et par secteurs.

 

Par exemple sur l’agriculture, les services et les standards industriels.

 

Lors de mon intervention, j’ai appelé à sortir de cette logique du libre-échange à tout va et toujours conditionnée. A l’inverse j’ai proposé un vrai projet de coopération entre les deux rives de la méditerranée respectueux des souverainetés alimentaires et industrielles de ces pays en phase de transition très délicate et j’ai profité de l’occasion pour soulever le problème posé par l’accord d’association entre l’Union européenne et Israël. Voici mon intervention:

 

Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, ce que vous appelez le voisinage avec les pays du sud de la Méditerranée, dont une partie cherche les voies de la justice et de la liberté, appelle je crois un nouveau type de coopération avec eux. Coopération et non concurrence.

Il est donc nécessaire de changer d’approche vis-à-vis de ces pays, qui ne doivent ni constituer de nouvelles zones d’expansion économique, ni une arrière-cour industrielle ou agricole pour exploiter une main-d’œuvre à bon marché, ni une zone migratoire tampon dont ils seraient les gardiens pour notre compte.

Au contraire, leurs souverainetés économique et alimentaire doivent être respectées, un grand plan d’aide au financement d’investissements durables incluant des clauses sociales et environnementales et mobilisant en commun un crédit peu cher pour des actions de co-développement, devrait être discuté et élaboré.

Les politiques de coopération doivent s’accompagner de progrès significatifs pour le respect des droits humains et la démocratie et non du conditionnement des aides selon les critères du Fonds monétaire international. De même, l’accord de coopération avec l’État d’Israël devrait être suspendu après les massacres de Gaza et la poursuite de la colonisation.

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 11:49

 

                                                                   les-grands-.jpg

 

Code du travail : faut-il dégraisser le mammouth ?

 

 

La scène aura marquée les téléspectateurs du dernier numéro de Des paroles et des Actes sur France 2, et beaucoup fait jaser sur les réseaux sociaux. L’image de François Bayrou balançant nonchalamment le Code du Travail français, qu’il juge apparemment trop volumineux, après l’avoir comparé au livre de poche qui sert de Code du Travail en Suisse aura, en effet, été un des passages marquants de cette émission.

Ce n’est pas pour les arbres que M. Bayrou s’inquiète, mais pour ce qui est une vieille marotte, ressassée depuis le début de l’écriture de ce code : plus le travail serait encadré par des lois, plus les possibilités de développement de notre économie seraient bridées.

 Alors, faut-il réellement alléger le code du travail ? Protégeons-nous trop les travailleurs en France ?

 

Le Code du Travail, qu’est ce que c’est ?

Commençons par le commencement. Le Code du Travail, c’est quoi au juste ? C’est la compilation de l’ensemble des lois qui régissent, dans notre pays, la manière dont le travail doit s’organiser, et les droits et devoirs des travailleurs et de leurs patrons. L’ensemble de ces lois permet de garantir la protection de tous les travailleurs et des droits jugés aujourd’hui comme fondamentaux tels que les congés payés, la sécurité au travail, les droits syndicaux, la distribution de primes, les horaires légales de travail, ou encore les conditions d’embauche, de licenciement et d’accès au chômage.

Alors oui, le Code du Travail français est très volumineux. Environ 3000 pages. C’est que nos lois de protection sont nombreuses et garantissent, même si beaucoup d’améliorations sont encore à faire, une vie au travail bien plus sécurisée et, sur de nombreux points, bien plus agréable que chez nos voisins européens. Lorsque Bayrou nous montre le Code du Travail suisse, il nous montre un code qui offre des garanties salariales a minima, avec des droits au chômage réduits, des règles de licenciement désavantageuses pour les salariés, des possibilités de défense quasi-nulles et des obligations patronales en terme de sécurité déplorables… C’est ça le modèle économique et social de  M. Bayrou ? Soyons sérieux…

Un pays ne souffre jamais d’un excès de protection des travailleurs. Au contraire. Le Code du Travail fixe des règles en matière de production, d’écologie, de concurrence, de démocratie dans l’entreprise, etc… En réalité, c’est lui qui permet de lier l’entreprise à l’Etat et à son cadre républicain. Supprimer le Code du Travail, c’est s’attaquer aux droits des salariés, et transformer le marché du travail de notre pays en espèce de foire d’empoigne dans laquelle tout le monde pourrait produire dans les conditions qu’il fixe lui-même, sans regard de la collectivité. Cela va totalement à l’encontre des principes d’égalité et de justice de notre pays. Ce serait un système dommageable à l’ensemble des salariés, mais également à toutes les petites entreprises…

 

Oui mais, en Suisse, ils n’ont que 4% de chômage…

Oui. Mais la Suisse a également beaucoup de montagnes, des pendules rigolotes et des fromages à trous. Et ça n’a aucun rapport avec son taux de chômage…

Cette d’idée d’un lien entre le taux de chômage d’un état et la complexité de sa législation sociale est à balayer d’un revers de main. D’ailleurs, ceux qui l’exposent sur tous les plateaux de télé et de radio, Bayrou en tête, savent très bien que cette idée est une aberration.

Prenons le problème dans l’autre sens. Cette explication pourrait avoir un soupçon de crédibilité si notre pays s’appauvrissait. Or nous assistons à l’inverse : la France n’a jamais été aussi riche de toute son histoire. Nos productions et nos services rapportent aujourd’hui plus qu’auparavant. Alors, où est le problème actuel ? Il est dans la redistribution des richesses produites. Le grand patronat et ses actionnaires ne se sont jamais autant enrichis qu’à l’heure actuelle, au détriment des salaires, de l’Etat et de l’investissement, c'est-à-dire de l’emploi. La solution n’est donc pas dans l’allègement du Code du Travail mais dans la mise en place d’une fiscalité plus juste et d’une redistribution plus avantageuse pour les salariés. Donc, dans plus de législation ou, du moins, dans une amélioration des législations en vigueur.

Quant à la comparaison avec d’autres pays, elle est, elle aussi, profondément fallacieuse et démagogique. Où Bayrou a-t-il vu que l’économie et la démographie de la Suisse étaient comparables à celles de la France ? La France, pays à la population jeune, n’est même pas comparable à l’Allemagne, pays où, néanmoins, on peut remarquer que la casse de toutes les législations sociales a fait augmenter la pauvreté et la précarité, en même temps qu’elle enrichissait une minorité d’ultras-riches…

 

Mais alors, si c’est idiot, pourquoi Bayrou prône-t-il la casse du Code du Travail ?

Les législations coutent cher en réalité. Mais dire ça, c’est ne rien dire. Il faudrait en réalité déterminer à qui elles coutent. Elles rapportent à l’Etat, aux salariés, à l’emploi, mais coutent cher aux actionnaires et au grand patronat. En effet, pouvoir exploiter sans règles, sans avoir à offrir de garanties de salaire, de sécurité, de stabilité, ce serait très avantageux pour la minorité de personnes qui s’engraisse déjà sur le dos de la majorité. Ca leur permettrait de s’enrichir encore plus.

Le modèle libéral, que prône notamment Bayrou, c’est ça. La liberté pour certains de déréguler l’ensemble du marché pour s’engraisser sur les autres, ceux qui produisent les richesses. Le libéralisme c’est l’inverse de la solidarité, de l’égalité, de la justice et, en définitive, de la République et des intérêts du plus grand nombre. Il reste donc à savoir si c’est le modèle économique que nous voulons pour nous et pour les générations futures, ou si, au contraire, la réflexion collective autour d’un projet politique et économique garantissant les droits de chacun ne serait pas plus intéressant pour sortir notre pays, et l’ensemble du monde, du marasme économique, social, écologique, dans lequel les apprentis sorciers de l’égoïsme nous plonge un peu plus chaque jour. Le débat est ouvert…

 

Johann Elbory


Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 11:40

                                                                        MARE NOSTRUM-copie-1

                                                                                   gaza image-copie-1

 

 

gaza_school-photo_gallery_97083227.jpg


                     PC ISRAELjpg

Communiqué du Parti communiste d’Israël



Traduction JC pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/



« Beaucoup de morts sont des enfants tués dans leur sommeil » : ce sont les mots que Adalah [NdT : Centre légal pour les droits de la minorité arabe en Israel] et Al Mezan [NdT : Centre pour les droits de l'Homme] ont utilisé pour les bombardements brutaux de l'armée israélienne des écoles et équipements de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) où plus de 10 000 personnes déplacées ont fui leurs domiciles pour des raisons de sécurité, pendant les bombardements.



Avec le début de l'année scolaire, Adalah à Haifa en Israel, et Al Mezan à Gaza en Palestine, ont envoyé une lettre demandant que le Ministère de la Défense israélien, le Procureur général et l'Avocat général militaire ouvrent des enquêtes criminelles immédiates sur les attaques militaires israéliennes ayant touché les écoles et installations de l'UNRWA.



Les organisations des droits de l'Homme estiment que ces actes constituent des violations sérieuses du droit humanitaire international, et des lois internationales sur les droits de l'homme, pouvant s'apparenter à des crimes de guerre, se référant au bombardement israélien de cinq écoles et installations de l'UNRWA à Gaza. La lettre a été préparée par l'avocate d'Adalah, Sawsan Zaher. Les cinq cas sont les suivants :



selon les témoignages recueillis par Al Mezan, le 30 juillet 2014, dans la matinée, les forces aériennes israéliennes ont bombardé les bureaux de l'UNRWA dans le camp de réfugiés de Jabalia avec cinq frappes aériennes consécutives. Ces frappes ont tué 21 civils palestiniens et blessé plus de 100 des 3 200 personnes déplacées se trouvant sur place. Un certain nombre d'enfants morts ont été tués pendant leur sommeil.



Le 3 août 2014, l'armée israélienne a tué 11 civils, dont 5 enfants, et blessé 25 personnes déplacées sur 3 000 qui se trouvaient dans les locaux de l'UNRWA à Rafah.



Le bombardement direct des écoles de l'UNRWA à Deir al Balah par l'armée israélienne le 23 juillet 2014 a blessé 5 civils se trouvant dans l'école sur les 1 500 réfugiés qui vivaient là.



Le 29 juillet 2014, l'armée israélienne a bombardé les locaux de l'UNRWA dans le quartier d'Al Zaytoun. Cette installation abritait 2 200 personnes déplacées, et 8 personnes ont été blessées à cause de l'attaque.



Le 24 juillet 2014, l'armée israélienne a bombardé des écoles de l'UNRWA à Beit Hanoun. Ces bâtiments accueillaient 300 personnes déplacées, 15 ont été tuées et plus de 100 blessées. La majorité de ceux blessés était des femmes et des enfants.



Adalah et Al Mezan, dans une lettre précédente datant du 27 juillet 2014, ont demandé aux autorités israéliennes d'ouvrir une enquête criminelle indépendante sur des crimes de guerre de l'armée israélienne dans ce cas.



Adalah et Al Mezan avancent dans ces lettres que l'armée israélienne n'a pas différencié les cibles militaires et civils sur chacune de ces attaques contre les installations de l'UNRWA, et a violé son devoir de protéger les civils pendant les affrontements :



« Le droit humanitaire international exige aussi d'Israel qu'il ouvre une enquête criminelle immédiate sur ces soupçons de crime de guerre, et de demander à ceux qui les ont réalisé de rendre des comptes ».



Pendant la guerre, 174 écoles à Gaza ont été bombardés et endommagées, 26 écoles publiques et une école de l'UNRWA à Gaza n'ont pas ouvert leurs écoles au début de l'année scolaire 2014/2015 après avoir été complètement détruites par l'armée israélienne.



30 écoles n'ont aussi pas pu ouvrir leurs portes en raison du nombre important de personnes déplacées occupant encore les locaux, alors que 447 enfants tués pendant les attaques militaires israéliennes ne retourneront pas du tout à l'école.



La liste des écoles publiques à Gaza qui ont été complètement détruites et endommagées en résultat de l'agression militaire israélienne a été publiée en arabe par le Ministère de l’Éducation palestinien.



1 – Ecole d'agriculture Hani Na’eem

2 – Ecole élémentaire Abu Tammam

3 – Ecole Hayel Abdel Hamid

4 – Ecole Mahdeya el Shawa

5 – Ecole Subhi Abou Kartch

6 – Ecole des martyrs de Shujayea

7 – Ecole Beit Dajan

8 – Ecole Ali Ben Abi Talib

9 – Ecole élémentaire Shujayea

10 – Ecole secondaire Abbas

11 – Ecole Jamal abdel Nasser

12 – Ecole Moaz ben Jabal

13 – Ecole Mahatet Miyah el Karamah

14 – Ecole Caesarea

15 – Ecole Soukina ben Hussein

16 – Ecole Khaoula bint el Azur

17 – Ecole Rudolph Filter

18 – Ecole Ibn Zaidoun

19 – Ecole el Barij

20 – Ecole Fathi el Balaoui

21 – Ecole Maari pour garçons

22 – Ecole Maari pour filles

23 – Ecole Ibn el Nafis

24 – Ecole nouvelle Absan

25 – Ecole Ghassan Kanafani pour filles

26 – Ecole Ghassan Kanafani pour garçons

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 11:31

 

CHRONIQUES DU FASCISME ORDINAIRE       

                                                                                                                  Maréchal, nous voila!

petain

 

 

 

 

 

 

Pascal Roche

Hommage à Hervé Gourdel : quand le FN dérape à Nantes

Samedi 27 septembre 2014 à 

L'hommage à Hervé Gourdel, ce Français assassiné en Algérie, a tourné court vendredi soir à Nantes. Des membres du Front National s'en sont pris violemment à des militants communistes traités de "crevures".

Le logo du Front National  © Radio France

Ce n'est pas un militant de base au Front National, Christian Bouchet est secrétaire départemental adjoint et porte-parole du parti en Loire Atlantique et il était tête de liste aux dernières élections municipales à Nantes. Vendredi soir, devant la mairie où environ 70 personnes étaient réunies pour un hommage à Hervé Gourdel, il a insulté des militants communistes avec des mots d'une rare violence.

Ces militants lui demandaient d'ôter une banderole des grilles de l'Hôtel de Ville sur laquelle il y avait écrit "Hervé Gourdel, encore une victime du terrorisme islamiste", une formule jugée choquante et inopportune par la plupart des participants à cet hommage.

Le FN assume ses propos

Les esprits s'échauffent rapidement, pour faire diversion Yannick Guin, un ancien adjoint au maire de Nantes demande une minute de silence à laquelle il ne convie pas les militants frontistes. Ces derniers en profitent donc pour perturber l'hommage silencieux en lançant des insultes.

Christian Bouchet aux militants communistes : "Qu'ils la ferment, qu'ils retournent dans les poubelles de l'Histoire"

Au micro de France Bleu Loire Océan, Christian Bouchet assume totalement ses propos. Quand notre reporteur lui rappelle que la famille d'Hervé Gourdel a appelé à la retenue lors des cérémonies d'hommage, le porte parole local du FN répond : "eh bien écoutez, il ne fallait pas y mettre ces crevures du PC". C'est la première fois à Nantes qu'un responsable départemental du Front National se livre ainsi à un tel dérapage sur la voie publique.

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 10:48

 

         OBSCURANTISME SANS FRONTIERES

 

 

 

                                                               Ukraine  

               AH.jpg

 

 

"Bénis soient les canons si, dans les brèches qu'ils ouvrent, fleurit l'Evangile."

 

              
   Mgr Camara, Evêque de Carthagène pendant la guerre civile d'Espagne (1936-1939)

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 08:51

 

 

 

 

gattaz-code-travail.jpg

Pierre Gattaz a présenté mercredi 24 septembre 2014 le plan du MEDEF pour "créer un million d’emplois en cinq ans". Il explicite ses objectifs dans une interview au journal Le Monde.

 

Son plan mettrait un terme à la durée légale du travail. Pierre Gattaz propose en effet d’inverser le principe de la hiérarchie des normes actuellement en vigueur selon lequel les accords d’entreprise doivent respecter les conventions collectives signées au niveau supérieur (branche, profession) ainsi que le Code du travail, le salarié bénéficiant toujours de la clause la plus favorable. Pierre Gattaz demande que tout soit négocié au seul niveau de l’entreprise, libre alors de fixer la durée du travail, le seuil de déclenchement des heures supplémentaires et leur taux de majoration.

 

Pierre Gattaz propose aussi de supprimer deux jours fériés par an et d’étendre l’ouverture des magasins le dimanche et après 21 heures.

 

Le plan du MEDEF prévoit que les salariés en chômage depuis plus de deux ans puissent, lorsqu’ils sont embauchés, recevoir un salaire équivalent au SMIC, mais le patron ne paierait que la différence entre le SMIC et le RSA, qui, lui, est financé par les fonds publics de l’État et des départements.

 

Le MEDEF propose aussi d’étendre à tous les secteurs les « contrats de projet » existant déjà dans le bâtiment, contrats qui prennent fin dès que le projet est réalisé.

 

Le plan du MEDEF revendique une nouvelle étape du transfert de la protection sociale vers les ménages et la transformation du Crédit d’impôt pour la compétitivité (CICE) en véritable baisse des charges en 2017.

 

source: POI

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 14:50

                                                                       sarkozy rage

 

 

UMP : l'ancien président tous frais payés annonce une campagne «tout à fait modeste»

|  Par Ellen Salvi

Les avantages et indemnités dont dispose Nicolas Sarkozy en tant qu'ancien chef de l'État sont évalués à deux millions d'euros, sur fonds publics.[.......]

 

                                              source:Mediapart

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 14:35

                                                                      pclogo-copie-1.jpg

 

 

Assassinat d'Hervé Gourdel: détestable tentation islamophobe! Par Fabienne Haloui

 
 
 
 
Après les multiples déclarations de colère de tous milieux face à  l'assassinat de Hervé Gourdel, après  les déclarations de nombreuses organisations musulmanes, après l’émotion exprimée, sur  les réseaux sociaux, par de très nombreux anonymes horrifiés que l’on puisse commettre de tels atrocités au  nom de leur religion, on aurait pu penser que l’esprit de responsabilité l’emporterait sur la tentation de la polémique islamophobe.

 

C’était sans compter sur l’initiative du Figaro * qui a mis, ce jeudi 25 septembre, un sondage sur internet : « Assassinat d'Hervé Gourdel:  Estimez-vous suffisante la condamnation des musulmans de France ? ».

Une telle question  supposerait qu’un possible lien existe entre l’islam et le terrorisme ;  la communauté musulmane serait ainsi sommée de se désolidarisée de la barbarie devant fournir des preuves sur sa distance avec des fanatiques qui justifient leurs crimes par la religion.

C’est  cette escalade islamophobe insuffisamment dénoncée par les responsables politiques (déclarations méprisantes sur l’islam, profanations de mosquées, agressions de femmes voilées, insultes, discriminations) et insuffisamment sanctionnée qui entretient l’idée du musulman nouvel ennemi de l’intérieur et l’inadmissible théorie du Choc des civilisations. Le Parti Communiste condamne ce climat insupportable et celles et ceux qui l’entretiennent.  Depuis  la publication, en avril dernier, du rapport de  la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme qui a conclu à la hausse, depuis  4 ans, des paroles et des actes racistes, à l’intolérance religieuse envers les musulmans, depuis que la CNDCH a conclue à la reconnaissance d'un nouveau racisme l'islamophobie, nous attendons, depuis 6 mois,  des engagements et des actes forts du Gouvernement Valls  contre le racisme qui gangrène le vivre ensemble et fragmente toujours plus la société ! Il y a urgence.

 

Fabienne HALOUI

Responsable nationale de lutte contre le racisme et pour l’égalité des droits au Parti Communiste Français

 

(*) Devant l'indignation exprimée sur les réseaux sociaux, le Figaro a fini par retirer le sondage qu'il avait mis en ligne ce matin (voir capture d'écran)

 

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 14:23

                                                                     cerveau animé

 

 Hassane Zerrouky

J’ai regardé la vidéo. Hervé Gourdel est resté digne jusqu’au bout. C’est cette dernière image que je garderai de cet homme venu en Algérie parce qu’il aimait ce pays et ses habitants. Face à la caméra, il n’a pas supplié ses bourreaux. Pas un cri même quand ils se sont mis à trois pour le coucher par terre…

Bouteflika portera la responsabilité d'avoir permis à des criminels islamistes de retrouver la liberté de tuer. Bouteflika portera la responsabilité d'avoir permis à des criminels islamistes de retrouver la liberté de tuer.

 

En revanche, cette image est salissante pour l’Algérie, pour les islamistes bien sûr, mais aussi pour ceux qui en France et hors d’Algérie avaient choisi de regarder ailleurs quand durant ces terribles années 1990, des dizaines de milliers d’Algériens étaient massacrés par le GIA et quand ils ne mettaient pas ces crimes de masse sur le compte des forces de sécurité (il ne s’agit pas ici de défendre le pouvoir politique mais de pointer le doigt sur une réalité), dédouanant du même coup les vrais criminels et leurs commanditaires même quand ces derniers revendiquaient haut et fort leurs actes. Tout juste si on leur disait pas à partir de Paris : "Mais puisqu’on vous dit que ce n’est pas vous les coupables mais les militaires" !

Salissante pour ce pouvoir politique qui a fait croire aux Algériens à un traitement politique du terrorisme islamiste, et ce, à travers ces deux lois dites de concorde civile et de réconciliation nationale, sans que l’on oblige les tueurs amnistiés à demander pardon aux familles des victimes, et sans que dans le même temps, l’on rende justice aux familles de disparus. Il s’en est suivi une démobilisation de la société algérienne et des forces chargées de la lutte antiterroriste. A quoi bon disaient certains militaires et policiers si les terroristes neutralisées sont aussitôt amnistiés et remis en liberté. Gouri Abdelmalek, l’émir du groupuscule dit Jund al-Khilafa, qui a assassiné Hervé Gourdel, en a sans doute bénéficié, lui qui avait été condamné à cinq ans de prison en 1997 avant d’être libéré en 1999.

Salissante, par conséquent, pour ceux, parmi les politiques algériens, qui désignaient les djihadistes d’égarés et les invitaient à rentrer dans le rang alors qu’ils savaient pertinemment qu’ils ne le feraient pas. Et que dire de cette ouverture des espaces publics et des lieux de prière, et même du champ médiatico-politique, aux religieux, en particulier au profit de la mouvance salafiste dite i’ylmiya (scientifique), alors que dans le même temps, les autorités interdisaient tout rassemblement et expression publique aux courants politique et de la société civile porteurs d’une alternative moderniste et démocratique.

Salissante image, parce qu’à force de minimiser, de banaliser les crimes et les menaces terroristes, de faire croire aux Algériens que cela n’a rien à voir avec l’Islam avant vite de passer à autre chose, avec en toile de fond un refus de désigner les auteurs de ces actes et pointer la matrice idéologique (l’islamisme) qui les sous-tend, le pouvoir politique a poussé une frange d’Algériens à finir par s’accommoder des pires situations avant de les attribuer à on ne sait quel complot ourdi par l’Occident contre l’Islam. Et du même coup, voilà le "moudjahid" barbu (mais amnistié) conforté d’avoir combattu pour le bien au nom de Dieu et de son prophète. Et si l’on s’avisait à rappeler les crimes commis par ces islamistes à qui il n’a jamais été demandé d’exiger le pardon aux familles des victimes, on s’expose à des poursuites judiciaires conformément aux lois sur la concorde civile.

Pour conclure, cet assassinat, qui signe le sanglant acte de naissance de la branche algérienne de l’Etat islamique en Algérie, signe en même temps l’échec de cette politique dite de réconciliation nationale. Voilà donc le pouvoir politique confronté à une situation qui met fin à l’image qu’il s’efforce de construire sur le plan international, celle d’un régime politique ayant non seulement réussi à réduire l’islamisme armé grâce à sa politique de réconciliation adossée à celle d’être le seul pouvoir politique au Maghreb et dans le monde arabe en mesure de faire face à la menace islamiste. C’est peut être contradictoire, mais le constat est là : c’est la fin des illusions.

H. Z.

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 14:07

 

 

                                                                  HUMA.fr

 

       Obama : du Nobel de la paix au chef de guerre

intervention militaire
Pierre Barbancey
Vendredi, 26 Septembre, 2014
Les Etats-Unis prennent la tête des opérations pour remodeler le Proche-Orient
Kevork Djansezian/Getty Images
Obama et Hollande s’abritent derrière la bannière de l’ONU mais ne cherchent pas à obtenir un mandat international pour leur nouvelle guerre.
L’un des buts non avoués: faire tomber Bachar Al-Assad en Syrie[...]
                                                     golem                                                       LE GOLEM
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA - dans pcfcapcorse
commenter cet article