Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 15:45
  REMUE-MENINGES:DEBAT .....RAPPEL:
L’image contient peut-être : texte
L’image contient peut-être : 1 personne
L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, gros plan
L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan
L’image contient peut-être : 1 personne
J’aimeAfficher plus de réactions

Commenter

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 15:29
REMUE -MENINGES:tous nos ancêtres sont Noirs . Yves Coppens
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 08:11

Terre Corse

Développer l'emploi productif et les services publics pour plus de croissance et faire reculer vraiment le  chômage.(Manifestation de ce jour A Bastia).

Plusieurs dizaines de militants de l'Hôpital, des Douanes, de la CTC de La Poste de la mairie de Bastia de la Préfecture, des retraités  se sont rassemblés devant les locaux du Centre des Impôts de Bastia.De nombreux bureaux de Poste du département ainsi que des cantines scolaires étaient fermées au public. Des mouvements de grève et des débrayages ont eu lieu dans de nombreux services. Concernant les services des impôts alors  que les suppressions d'emplois continuent,l'accueil du public se réduit mettant à mal la qualité des missions et les conditions de travail des agents. Alors que le ministre Baylet est annoncé en Corse  jeudi pour inaugurer une nouvelle maison des services au public à Cervione (qui se traduit le plus souvent par la seule mise à disposition d'un ordinateur dans un Bureau de poste) les menaces sur la fermeture prochaine de la Trésorerie de cette même commune se précisent.

Le discours de Jean-Pierre Battestini (UD CGT 2B)

Nous sommes réunis ce jour à Bastia mais aussi dans tout le pays pour porter nos revendications pour l'emploi et la défense des services publics. Nous sommes à un mois de l'élection Présidentielle. Les programmes des candidats pour certains font froid dans le dos. Pour la CGT même si nous n'appelons pas à voter pour un candidat il n'est pas question de rester silencieux pendant cette période ni après l'élection. Le syndicalisme c'est agir au quotidien quelle que soit la période et quelle que soit la couleur politique des majorités aux responsabilités ; que ce soit au plan national ou ici chez nous en Corse.

Il ne se passe pas un jour dans le pays sans qu'une usine ferme  ou que des plans sociaux avec casse de l'emploi et du savoir faire ne soient annoncés. La France qui détenait un fort potentiel industriel a perdu 2 millions d'emplois dans ce secteur en 30 ans. Le 1er ministre B Caseneuve s'est rendu à Amiens la semaine dernière non pas pour s'opposer à la délocalisation de l'usine Wirpool de fabrication de machines à laver en Pologne mais pour au contraire en prendre acte impuissant voir complice de cette décision. Au-delà des 300 ouvriers au chômage et des conséquences dramatiques pour leur famille c'est toute une ville qui va souffrir de cette décision dictée uniquement pour accroître les profits boursiers de ces patrons .

Ce désastre social et économique aura un impact immédiat aussi sur les ressources des collectivités locales et les services publics. Hausse des impôts locaux pour faire face à la perte de contribution de l'entreprise, augmentations des  tarifs publics de certaines prestations, fermeture d'une école, hausse du chômage et ainsi de suite.

Voilà le scénario qui nous est imposé depuis trop longtemps et auquel il faut mettre un terme et c'est possible à condition de prendre les bonnes décisions. Et ce n'est sûrement pas en appliquant le programme de F Fillon le Tatcher de la Sarthe que les conditions de vie des gens vont s'améliorer et le chômage reculer.Celui qui prétend que la fin des 35H n'est pas un effort considérable qu’il n'a aucun regret à vouloir supprimer 500 000 postes dans la fonction publique, d'augmenter la TVA tout en supprimant l'impôt sur la fortune, de confier la protection sociale aux assurances privées ; autant de mesures qui ne le toucheront pas lui qui se fait offrir pour 50 000 euros de costumes ou qui paie avec nos impôts des salaires pour des emplois fictifs de 4000 à 8000 euros à ses enfants et son épouse. Bien sur il n'est pas le seul à vouloir dans son programme continuer à s'attaquer aux droits sociaux acquis de Haute lutte. M Macron déjà à l'origine de la loi travail qui permet de ne plus majorer les heures supplémentaires, s'attaque à notre système de retraite soit disant pour le simplifier mais surtout pour faire baisser le montant des pensions déjà pourtant très affaibli par les réformes passées.

Avec tout ça comment s'étonner que les citoyens soient écœurés, désabusés et révoltés et qu’ils puissent pour certains se laisser séduire par un parti d’extrême droite le FN pourtant dangereux pour nos libertés et nos droits. Même si le discours a changé, le fond est toujours le même. Son positionnement en faveur des salariés n'est qu'un e posture. Que ce soit pour vouloir remettre la retraite à 60 ans ou l'augmentation du pouvoir d'achat, aucun chiffrage concret n'est avancé et pour cause ce parti est foncièrement pro patronal..

Pour la CGT il faut continuer de porter nos revendications de partage des richesses, de contrôle des aides publiques, de réduction de la durée du travail à 32H, et de renforcement des droits pour les salariés.

En Corse le renforcement des services publics est une nécessité. A la Poste, à Pôle emploi, à la CAF et à la Sécu, dans les Préfectures, mais aussi les collectivités locales, les personnels croulent sous le travail et les usagers n'ont plus le service qu’ils sont en droit d'attendre. Et c'est toute la société qui en paie le prix fort. Aux Douanes les conséquences sont dramatiques. Fraude à la TVA, lutte contre le trafic de Drogue, protection des consommateurs et des espaces maritimes autant de missions essentielles pour les Corses qui sont très mal assurées aujourd’hui  par les Douanes faute d'effectifs suffisants.

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 08:02
REMUE -MENINGES:Le Français pour tous ?

Le Français pour tous ?

Semaine mondiale de la langue française et de la francophonie

Un enjeu de classe proprement stratégique :

la résistance populaire au tout-anglais.

Nous relayons ici, par solidarité active, cet appel du secrétariat national du Pôle de Renaissance Communiste en France, à résister à la promotion massive du Business globish français qui nous semble largement dépasser le cadre des "militants franchement communistes" et intéresser tous ceux qui se préoccupent de ces enjeux.

« A chaque fois qu’affleure, d’une manière ou d’une autre, la question de la langue, cela signifie qu’une série d’autres problèmes est en train de s’imposer : la formation et l’élargissement de la classe dirigeante, la nécessité d’établir des rapports plus intimes entre les groupes dirigeants et la masse national-populaire, c’est-à-dire de réorganiser l’hégémonie culturelle ». Antonio Gramsci, fondateur du PC italien, linguiste, résistant antifasciste.

« Il ne restait de ce pays que son langage. Un beau langage qui servait à tout. Vous savez, comme on a chez soi une chose précieuse qui est là depuis si longtemps qu’on en use à n’importe quoi, à empêcher la fenêtre de se fermer, et le petit la prend comme une règle pour dessiner, et c’est un presse-papier si commode ! Qui donc se souciait que ce fût un pays, ce pays, et il est indiscutable que c’est un grand progrès que de perdre le sens de la jalousie, cette haine du voisin, cet orgueil de son toit, un grand progrès sur les ténèbres, un grand progrès sur le néant ». Louis Aragonauteur de La Diane française, animateur des Lettres françaises clandestines

Alors que l’entreprise d’arrachage du français et des autres langues nationales au profit du Business Globish franchit un seuil alarmant en France et en Europe, force est de reconnaître que, jusqu’ici, la résistance des forces progressistes à cette inavouable politique oligarchique reste faible, dispersée, voire inexistante.

Si l’on excepte le PRCF, qui en fait un axe structurant pour sa proposition stratégique de Front Antifasciste, Patriotique, Populaire et Ecologique, mais aussi l’association internationaliste CO.U.R.R.I.E.L. qui produit un travail d’analyse et de mobilisation d’avant-garde, et quelques groupes, syndicats, personnalités et organisations progressistes très honorables qui tardent hélas à unir leurs effortsle mouvement ouvrier et populaire n’a pas encore saisi que cette stratégie linguistique de substitution du tout-anglais au français en France (ainsi qu’à l’allemand en Allemagne, à l’italien en Italie, à l’espagnol en Espagne, etc.) constitue un enjeu stratégique, voire historique, pour l’oligarchie euro-atlantique, pour le MEDEF, l’UE/OTAN et le Parti Maastrichtien Unique composé des LR, des Euro-Ecologistes, du « Young Leader » Macron et du parti « socialiste ». Pourtant, l’attentat linguistique est systématique, visant tous les secteurs « de prestige » de la société :

·       Publicité, enseignes commerciales, « produits » mis sur le marché par des entreprises publiques (Pulse, chez EDF, Family TGVTGV Night, à la SNCF, Learning Centers dans l’Education nationale…)

·       Journaux (Society, We demain, So Foot…) et médias audiovisuels, où les émissions titrées en anglais (The Voice, The Kids Voice, The Wall, BFM News, etc.) pullulent dans l’indifférence coupable du CSA, notamment sur TF 1 et BFM TV…

·       Chanson, où les quotas radiophoniques de chanson francophones ont été abaissés par les députés à la demande du CSA et où la « France » continue de chanter en anglais, ou pire encore en franglais, aux Concours annuels de l’Eurovision

·       Science, où certaines revues subventionnées par l’argent public ne se donnent même plus la peine de publier en français alors que le droit de comprendre est une prérogative inaliénable du contribuable-citoyen qui finance lesdites revues,

·       Ecole et Université où les gouvernants successifs poussent à enseigner en anglais les disciplines les plus diverses et à pratiquer dès la maternelle le « bain linguistique » en anglais alors que la langue maternelle française n’est pas encore acquise et structurée ; si bien que le seul résultat probable de ce pré-formatage souvent aussi peu respectueux de l’anglais que du français véritables sera seulement de déstabiliser le français des jeunes francophones sans leur permettre pour autant d’accéder plus tard, par la connaissance approfondie de leur langue et par l’apprentissage méthodique d’autres langues, au véritable plurilinguisme

·       Entreprise où nombre de cadres supérieurs sont recrutés en tant que « English Mother Tongue » (anglais langue maternelle, ce qui institue une préférence nationale à l’envers lors de l’embauche) et où des firmes comme Airbus, PSA, Renault, basculent toute leur communication interne à l’anglais avec la complicité manifeste du gouvernement représenté dans les conseils d’administration.

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 17:25

Ensemble, pour une majorité de progrès (tract du PCF appelant à voter Jean-Luc Mélenchon)

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 17:14
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 10:55

Jean-Luc Mélenchon :

"J’ai admiré vos pudeurs de gazelles quand vous dites que la campagne a été polluée par les affaires de certains d’entre nous. Il n’y a que deux personnes concernées [François Fillon et Marine Le Pen], les trois autres nous n’avons rien à voir avec tout ça. Donc merci de ne pas nous mettre tous dans le même sac. Mais dans les affaires de corruption, il faut évidemment châtier les corrompus, mais pas seulement. Il faut aussi châtier les corrupteurs dont on entend jamais parler. Ceux-là sont des puissants, donc toujours à l'abri."

J’aimeAfficher plus de réactions

Commenter

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 10:22
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 10:11

 

 

 

 

Construire la France en commun, La France de l’égalité, contre le racisme et les discriminations

Déclaration de Pierre Laurent, Secrétaire national du Parti Communiste français

21 mars 2017 - Construire la France en commun,

La France de l’égalité, contre le racisme et les discriminations

 

Le 21 mars est devenu depuis 1960, en mémoire d'une répression policière sanglante du régime d'apartheid à Sharpeville en Afrique du Sud, la journée internationale de lutte contre la discrimination raciale. Aujourd'hui en France, comme en Europe et dans le monde, cette journée est d'une brûlante actualité.

Face aux discriminations et aux violences racistes, qui se développent en idées comme en actes, face aux discours qui les banalisent, j'appelle, au nom du PCF, à faire du 21 mars une journée de mobilisation populaire et citoyenne portant notre volonté d'une République solidaire et fraternelle, débarrassée du racisme et des discriminations, et à inscrire ce combat avec une nouvelle ampleur dans la durée. La France de l'égalité, la République nouvelle que nous voulons n'a de sens qu'engagée dans cette lutte quotidienne contre tous les racismes et la xénophobie, contre l'antisémitisme, l'islamophobie et tous les actes de discriminations liés à l'origine et à la nationalité, à la couleur de la peau, à la religion, à la situation de minorités.

Le racisme est plus que jamais l'instrument de politiques d'exploitation, de domination, d'humiliation. Il divise ceux qui devraient être unis pour mieux évacuer la responsabilité des politiques libérales profondément inégalitaires et des grands groupes capitalistes dont elles servent les intérêts.

Nourri par toutes les frustrations, les souffrances, les inégalités et les déchirures que provoque notre société en crise, le racisme ordinaire rabaisse, humilie, déshumanise, menace le vivre ensemble.

Le racisme prend de multiples visages et les discriminations sont souvent cumulatives. Il montre du doigt les travailleurs étrangers pour exonérer le capital de sa responsabilité dans la montée du chômage, comme le fait Trump aux États-Unis et l'hypocrite « clause Molière » de la droite française. Il stigmatise les musulmans de France pour détourner le sens profond de la laïcité et en combattre les principes d'égalité et de respect de la loi de 1905. Il attise une nouvelle guerre des nationalismes. Il réactive l'antisémitisme pour mieux justifier des actes barbares de terrorisme. Il réécrit l'histoire de notre pays pour faire oublier que la France n'a grandi que dans le brassage, le métissage et l'ouverture aux cultures du monde. Il exalte une identité repliée et fantasmée quand l'identité émancipatrice n'est en vérité que mouvement et altérité. Il contrôle au faciès, banalise les violences racistes et les discriminations, à commencer par celles que reproduisent nos institutions. Il ferme les yeux quand Théo est violé lors d'un contrôle policier musclé. Il justifie le traitement inhumain des migrants et l'indignité de nos politiques d'accueil.

Le racisme est un poison qui mine à nouveau dangereusement nos sociétés et que nous ne pouvons accepter de banaliser ou de relativiser. En cette journée, le Parti communiste, fidèle au combat quotidien qui est le sien depuis sa naissance, réaffirme que le racisme n'a pas sa place dans notre société et que face aux discours de l’extrême droite et de la droite, des mesures concrètes, des politiques publiques d'ampleur doivent être engagées.

Plus que jamais, face à tous les fauteurs de guerre, les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité, la laïcité et la solidarité sont les clés du monde futur.

Plus que jamais, une VIème République avec l'égalité au cœur est à bâtir.

Il y a urgence d’en finir avec toutes les discriminations en portant le combat pour le droit à l’égalité dans tous domaines de la société, sur tout le territoire de la République, en retrouvant le vrai sens de la laïcité et de la République sociale, garantes du vivre ensemble, en conjuguant du même pas lutte contre le racisme et lutte pour le progrès social.

Cela veut dire choisir des politiques publiques qui investissent dans les quartiers, dans les territoires ruraux pour leur développement, qui se tournent vers la jeunesse pour lui offrir des débouchés en matière de formation et d'emploi, des politiques publiques qui restaurent l'égalité des droits des citoyens sur tout le territoire en matière d'école, de logement, de santé, d'accès à la culture ; des politiques publiques dédiées à la relance du pouvoir d'achat, à la création d'emploi, à une nouvelle industrialisation de notre pays.

Cela veut dire concrétiser partout et pour tous l'exigence d'égalité. J'appelle, au nom du PCF, l'ensemble de la population à s'unir et à agir, au cours de cette journée et au-delà, pour :

  • La mise en œuvre effective de l’arsenal juridique en matière répressive contre toutes les discriminations, en particulier en matière d’embauche et d’accès au logement ;

  • Le renforcement de l’éducation antiraciste à l’école et développement d’actions pour la transmission de la mémoire des génocides, de l’esclavage et de la colonisation ;

  • La délivrance d’un récépissé lors des contrôles d’identité ;

  • La reconnaissance de la citoyenneté de résidence et du droit de vote de résidents étrangers ;

  • Le respect de l'égalité des droits au travail entre Français et immigrés, la stricte application du principe « à travail égal, salaire égal », et la sanction des pratiques patronales discriminatoires ;

  • La levée de l’interdiction de travailler des demandeurs d’asile et la régularisation des sans papiers ;

  • La refonte des politiques locales de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie et établissement de plans territoriaux avec les moyens dédiés pour les associations ;

  • La mise en place de délégués départementaux de l’Observatoire national de la laïcité pour la médiation, l’apaisement des tensions, le règlement des conflits dans un esprit républicain.

 

 

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 10:00

"Séquestration, violence sexuelle": Les esclaves roumaines en Sicile

Valérie Dupont Correspondante à Rome Publié le - Mis à jour le

International En Sicile, une main-d’œuvre bon marché venue des pays de l’Est subit les abus de certains exploitants locaux.

Depuis le mois de mai dernier, la magistrate Valentina Botti ne se déplace plus sans son escorte policière. Une protection rapprochée mise en place depuis que son véhicule a été bloqué par deux hommes, qui l’ont ensuite menacée. Une tentative d’intimidation évidente contre la juge sicilienne qui enquête notamment, depuis plusieurs années, sur l’exploitation des ouvrières roumaines dans les serres de Vittoria, en province de Raguse.

"Séquestration, violence sexuelle, esclavage, ce sont les trois crimes principaux que nous avons pu vérifier au cours de nos enquêtes", affirme-t-elle. "Nous parlons ici de milliers de femmes roumaines qui potentiellement pourraient être victimes d’abus sérieux."

Dans les campagnes, autour de Vittoria, les serres s’étendent à perte de vue. Un système d’agriculture intensive qui a vu le jour dans les années 70 et permet à des milliers de petits exploitants d’exporter leurs fruits et légumes dans toute l’Europe, tout au long de l’année. Le secret de cette réussite : une main-d’œuvre très bon marché. "Jusqu’à la fin des années 90, ils ont utilisé de la main d’œuvre tunisienne explique Giuseppe Scifo, syndicaliste local de la CGIL (la Confédération générale italienne du travail), mais depuis une dizaine d’années, ils préfèrent utiliser des ouvriers des pays de l’Est, surtout des Roumains."

Abus sexuels et omerta

"Sur la totalité des Roumains qui travaillent ici, soixante pour cent sont des femmes", explique Ausilia Cosentini de l’association Proxima. "Au moins 5000 femmes, toutes originaires de Botosani en Moldavie travaillent ici. Et même si les plaintes officielles sont peu nombreuses, les cas de violences sexuelles sont fréquents. Elles gagnent entre dix et quinze euros par jour et sont logées par le patron. Il arrive que ce dernier considère que si ces femmes travaillent pour lui dans les serres en journée, la nuit, il a aussi le droit de demander des ‘services’ disons particuliers."

Luana est l’une des femmes recueillies dans le centre d’accueil de l’association Proxima. Veuve avec deux enfants en bas âge, elle travaillait dans l’une des serres perdues de la campagne sicilienne. Son patron lui a proposé de conduire ses enfants à l’école chaque matin. Une générosité qui n’était pas dénuée de tout intérêt. Il l’appelle souvent en pleine nuit et si elle refuse de se soumettre, il la menace. "Je ne les conduirai plus à l’école, et je vous supprime l’eau potable à toi et aux enfants. Ici, il fait chaud et l’eau que nous utilisons dans les serres n’est pas potable, donc choisis…" Ce témoignage a été recueilli par une chercheuse de l’Université de Palerme, Alessandra Sciurba. "En général, elles sont conscientes de ce qui les attend. Mais elles le font pour le bien de leur famille", dit-elle.

Des avortements en série

En Italie, la ville de Vittoria, un peu plus de 60 000 habitants, détient aussi le triste record des demandes d’avortement par rapport à la population. Les jeunes Roumaines arrivent à l’hôpital local, toujours accompagnées par des hommes, souvent des Italiens. "Elles restent assises, le regard fixe, et ce sont toujours les hommes qui parlent à leur place", raconte l’une des infirmières interviewée par le journaliste italien Antonello Mangano.

Mais à Raguse, huit gynécologues sur dix sont objecteurs de conscience et refusent de pratiquer les avortements. "A cause de la liste d’attente, de nombreuses femmes dépassent le terme des trois mois, elles sont alors obligées de retourner en Roumanie pour accoucher ou de s’adresser à des personnes qui pratiquent illégalement l’interruption de grossesse."

Depuis deux ans, le phénomène de l’exploitation sexuelle des femmes roumaines dans les serres de Sicile, des ouvrières qui permettent à l’Europe entière de manger des tomates en hiver, a plusieurs fois été dénoncé. La préfecture a augmenté les contrôles mais Ausilia Consentini affirme que dans les serres rien n’a vraiment changé.

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article