Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 08:03
MARE NOSTRUM:Incendie dans le Cap-Corse : "Éteindre le feu au plus vite"

Incendie dans le Cap-Corse : "Éteindre le feu au plus vite"

Par Patrick Rossi et Maxime Becmeur, France Bleu RCFM et France Bleu lundi 14 août 2017 à 9:11

Les ravages du feu dans le Cap-Corse
Les ravages du feu dans le Cap-Corse © Radio France - Maxime Becmeur

Une course contre la montre est engagée pour les pompiers qui travaillent et travailleront cette semaine sur le feu qui, dans le Cap-Corse, a détruit 2.000 hectares de végétation. Ils veulent venir à bout de ce chantier colossal avant le nouveau coup de vent prévu en fin de semaine.

Pas de répit pour les pompiers engagés dans le Cap-Corse. Après avoir lutté durant des heures contre les flammes, souvent dans des conditions particulièrement difficiles, notamment au cœur de la nuit, les voilà désormais engagés dans une course contre la montre. 300 soldats du feu travaillent et travailleront toute la semaine pour traiter les points chauds persistants et les lisières. « Un travail de forçat » indique Lucien Rossini, l’un de ces pompiers. « On essaye de faire au plus vite en espérant que le vent ne se lèvera pas de nouveau, et nous évitera un nouveau désastre. Il faut traiter tous les points chauds, sans exception ».

Ne rien oublier en route. D’autant que les prévisions météo annoncent un nouveau coup de vent pour la fin de la semaine. Il faut donc travailler vite et bien. Et tout le monde participe à cette opération colossale. Y compris la population qui prête main-forte aux sapeurs-pompiers. « Nous sommes venus donner un coup de main pour ouvrir des chemins et accéder aux zones à éteindre » précise Olivier Bardin, agriculteur à Sisco. « C’est un travail de fourmis, avec des milliers de reprises en différents endroits. Là il y en a encore pour quelques jours. Et c’est la partie du travail que l’on ne voit jamais ».

Dans le Cap-Corse, tout est donc mis en œuvre pour régler cet incendie au plus vite. D’autant qu’un nouveau coup de vent est attendu en fin de semaine.

2000 hectares de végétation sont partis en fumée en l'espace de quelques heures - Radio France
2000 hectares de végétation sont partis en fumée en l'espace de quelques heures © Radio France - Maxime Becmeur

Un homme mis en examen et écroué

L'homme interpellé vendredi soir et soupçonné d'être à l'origine de cinq feux dans la région de Bastia a été mis en examen et écroué.

Son signalement avait été donné par plusieurs habitants des quartiers sud de la ville. Depuis vendredi, il était en garde à vue au commissariat. Dimanche, il a été mis en examen pour "destruction volontaire par incendie de bois et de forêts pouvant causer des dommages aux personnes âgées dans des conditions extrêmes". Les enquêteurs le soupçonnent d'être à l'origine des feux d'Agliani, de l'Arinella, de Paese Novu, Suerta et Teghime. Il a été incarcéré à la maison d’arrêt de Borgo.

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 07:49

Jérusalem à vendre : le combat des chrétiens contre le transfert de terres de l’Église à des colons

#OccupationPalestine

L’Église grecque orthodoxe, qui a vendu des terres à des groupes israéliens d’extrême droite dans l’Est de la ville, fait face à la colère des Palestiniens

Le patriarche grec orthodoxe de Jérusalem Théophile III (au centre) à l’église du Saint-Sépulcre, dans la vieille ville de Jérusalem (AFP)
Will Horner's picture
10 août 2017

Les chrétiens palestiniens se sont engagés à combattre la vente de terres de l’Église à Jérusalem-Est à des colons israéliens, au cœur d’un différend qui agite l’Église grecque orthodoxe.

Des membres de l’Église ont expliqué à Middle East Eye que des actions de protestation et, si nécessaire, une occupation des sites, représentaient les dernières options à leur disposition pour empêcher la poursuite du transfert de trois propriétés situées dans la vieille ville de Jérusalem-Est, après qu’un tribunal a statué que la vente était légale.

Un tribunal de district de Jérusalem a statué la semaine dernière que la transaction controversée conclue en 2004, qui avait fait l’objet d’allégations de corruption et de fraude, était légale.

Ateret Cohanim, un groupe de colons israéliens d’extrême droite qui vise à créer une majorité juive dans la vieille ville, est l’acheteur des trois propriétés.

L’implication de ce groupe a suscité une vive colère des Palestiniens à l’annonce de la transaction, en 2005.

Le patriarche actuel, Théophile III, a cherché à se distancier de cette transaction, conclue sous le règne de son prédécesseur Irénée Ier. Ce dernier a été démis de ses fonctions et rétrogradé au rang de moine lorsque la transaction a été révélée en 2005.

Dans une annonce publiée dans le journal palestinien Al-Quds, le patriarche Théophile III a condamné la décision du tribunal et s’est engagé à faire appel de celle-ci. Il a affirmé vouloir « [mettre en œuvre] tous les efforts et tous les moyens juridiques et financiers pour annuler cette transaction ».

Des allégations de domination grecque

Mais l’annonce n’a pas permis d’apaiser les fidèles en colère de l’Église, dont la majorité sont des Arabes palestiniens, mécontents de la domination grecque sur leur église.

« Toutes les Églises orthodoxes dans le monde sont nationales », indique à MEE Alif Sabbagh, membre du Conseil central orthodoxe en Israël.

« L’église bulgare, par exemple, est sous autorité bulgare, l’Église grecque en Grèce est sous autorité grecque. C’est la même chose en Russie, en Roumanie... sauf chez nous, où notre Église est sous autorité grecque. »

Les détracteurs de Théophile III se réfèrent également à d’autres ventes de terres récemment divulguées, qui forment des preuves à charge contre le patriarche. Au cours des derniers mois, les chrétiens arabes ont organisé des sit-in et des marches contre lui, brandissant des pancartes l’accusaint d’être « indigne ».

« Cet homme [Théophile III] est venu vendre et abandonner nos propriétés », accuse Sabbagh.

En juillet, quatorze institutions orthodoxes locales ont décidé de boycotter Théophile III et le synode de l’Église.

« Tous les conseils et les comités ont proclamé un boycott complet du patriarche à tous les niveaux et à toutes les occasions, qu’elles soient privées ou publiques », précise Sabbagh.

Suite à la décision du tribunal, Sabbagh a soutenu que les chrétiens devaient se mobiliser et agir pour empêcher les colons de s’emparer les propriétés.

« Nous sommes totalement opposés à cette transaction suspecte et nous la refusons. Celle-ci aura des conséquences très dangereuses pour la nature de la vieille ville »

– Père Atallah Hanna, archevêque de Sebastia

« Le seul moyen de changer les choses serait d’agir et de d’organiser des protestations », soutient-il. « Nous devons mobiliser les gens, les jeunes, contre cela. »

« Ceux qui vendent nos propriétés et nos œuvres orthodoxes ne représentent pas l’Église » explique à MEE le père Atallah Hanna, archevêque de Sebastia, un village proche de Naplouse, en Cisjordanie occupée, également l’un des rares archevêques palestiniens de l’Église.

« Nous sommes totalement opposés à cette transaction suspecte et nous la refusons. Celle-ci aura des conséquences très dangereuses pour la nature de la vieille ville. »

Deux des propriétés vendues à Ateret Cohanim sont situées dans le secteur de la porte de Jaffa, l’entrée principale du quartier chrétien de la vieille ville. Ces deux biens, les hôtels Imperial et Petra, sont de grandes propriétés bien situées et permettraient à Ateret Cohanim d’étendre considérablement ses activités dans la vieille ville. Le groupe devrait maintenant déposer des ordres d’expulsion contre les locataires actuels.

« Contester la transaction n’est pas suffisant, nous devons agir contre celle-ci. Nous devons empêcher physiquement les colons de prendre les hôtels », affirme Hanna, qui a appelé les chrétiens à occuper les sites, si nécessaire.

Le patriarcat grec orthodoxe de Jérusalem n’a pas répondu aux demandes de commentaires qui lui ont été formulées.

 

Des chrétiens palestiniens protestent contre le patriarche Irénée Ier suite à la vente de terres de l’Église à des colons israéliens, en avril 2005 (AFP)

 

Des groupes secrets de promoteurs inquiètent en Israël

La vente des propriétés, révélée initialement en 2005, s’est embourbée dans la controverse et des allégations de corruption et de fraude. Le patriarche en poste a affirmé que cela avait été fait à son insu, et a accusé un conseiller financier grec insaisissable, Nikos Papadimas, d’avoir falsifié sa signature et accepté des pots-de-vin d’Ateret Cohanim.

Papadimas, qui était basé à Jérusalem, est parti sans prévenir en 2005 après l’annonce de la transaction.

Il a réapparu en 2013, lorsqu’il a été arrêté à l’aéroport d’Athènes en vertu d’un mandat d’arrêt international.

Irénée Ier a fait les frais de l’indignation et a été contraint de quitter son poste, alors que les patriarches sont en temps normal nommés à vie. Irénée Ier a nié catégoriquement toute implication dans l’affaire, affirmant avoir été piégé par ses adversaires, et continue de soutenir qu’il est le patriarche légitime.

Depuis, Irénée Ier est enfermé dans un appartement dans un des bâtiments du patriarcat et n’a qu’un contact limité avec le monde extérieur. Il prétend que ses rivaux au sein de l’Église, en particulier Théophile III, lui ont interdit de recevoir des invités, et il refuse de partir dans la mesure où il pense qu’il ne sera pas autorisé à rentrer.

Théophile III et le patriarcat soutiennent que l’isolement d’Irénée Ier est volontaire et qu’il a refusé de reconnaître les procédures légitimes qui l’ont fait quitter son poste.

Le principal contact d’Irénée Ier avec le monde extérieur est une livraison quotidienne de nourriture apportée par un musulman palestinien et hissée jusqu’à sa fenêtre dans un sac en plastique.

Des médias israéliens ont rapporté que selon des initiés proches du patriarche, l’Église – qui est le deuxième plus grand propriétaire de terres en Israël, possédant même le terrain qui se trouve sous le parlement israélien, la Knesset – subit d’énormes pressions de la part des autorités israéliennes pour qu’elle vende ses biens immobiliers.

Une grande partie des terres est déjà administrée par le Fonds national juif, qui les a louées dans les années 1950. Les initiés au sein de l’Église ont déclaré que l’Église ne conservait que peu de contrôle réel sur l’immobilier. Le Fonds national juif est une organisation sioniste créée en 1901 pour acheter des terres en vue de la colonisation juive de la Palestine.

« Nous pourrions encore découvrir que des pays comme l’Iran et le Qatar se trouvent derrière ces groupes secrets de promoteurs »

– Rachel Azaria, députée israélienne

D’autres transactions foncières impliquant l’Église et de mystérieux acheteurs ont également été révélées récemment, discréditant les affirmations de l’Église qui se déclare contre la vente de ses terres.

L’Église a vendu des propriétés et de vastes étendues de terre à des investisseurs privés à Jérusalem-Ouest, Jaffa – près de Tel Aviv – et Césarée sur la côte méditerranéenne, souvent en secret et sans consultation des locataires actuels qui craignent d’être expulsés à la fin de leur bail.

Dans une des transactions, l’identité de l’acheteur n’a pas été dévoilée, ce qui inquiète en Israël.

« Nous pourrions toujours découvrir que des pays comme l’Iran et le Qatar se trouvent derrière ces groupes secrets de promoteurs, ce qui serait contraire à toute la philosophie sioniste », a affirmé Rachel Azaria, députée israélienne, lors d’une réunion de commission de la Knesset en juillet.

L’ancienne adjointe au maire de Jérusalem rédige actuellement un texte de loi en vertu duquel les ventes de terres de l’Église devraient être approuvées par une commission de la Knesset et les acheteurs devraient être des citoyens d’Israël ou des sociétés israéliennes.

 

Avec l’aide de Lubna Masarwa

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation

Lire également :  
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 07:41

 

"C'est comme si c'était du paintball" : en Israël, le tourisme militaire est en plein boom

Depuis quelques années, d'anciens soldats de l'armée israélienne proposent des stages sur les techniques antiterroristes dans une colonie.

Un stage en 2016, présenté sur la page Facebook de Caliber 3.
Un stage en 2016, présenté sur la page Facebook de Caliber 3. (CAPTURE D'ECRAN)
avatar
Etienne MoninRadio France

Mis à jour le
publié le

 
 

Des sessions de démonstration et de formation aux techniques antiterroristes pour les touristes de passage : en Israël, depuis quelques années, d'anciens soldats proposent des stages spécifiquement étudiés. Et les touristes sont de plus en plus nombreux à suivre ces soldats d'élite, comme par exemple à l'école de formation Caliber 3, installée dans la colonie de Goush Etzion. Elle propose une session de deux heures consacrée au contre-terrorisme pour un peu plus de 110 dollars. 

Avec le tir à l'arme automatique, l'attaque terroriste d'un palestinien est le gros morceau de ce stage animé par Eitan Cohen, ancien membre des forces spéciales. "Je sais qu'il y a une part de votre subconscient qui vous dit que vous êtes dans l'un des pays les plus sûrs du monde, mais que l'autre partie a eu très peur", lance-t-il aux touristes après la simulation de cette attaque terroriste. Autour de lui, il y a une vingtaine de touristes juifs, originaires du Mexique et du Venezuela, dont certains sont venus avec leurs enfants. Une partie d'entre eux recherche l'adrénaline.

Pour les enfants, c'est comme si c'était du paintball. On n'est pas là pour utiliser une arme de main

Un stagiaire

à franceinfo

D'autres veulent se reconnecter avec l'armée et la réalité d'Israël : "On se sent plus proche des dangers qui menacent Israël et on comprend comment l'armée agit dans ce genre de situations, témoigne un touriste. Je n'imaginais pas ce que c'était avant de venir ici."

L'assentiment des autorités israéliennes 

Ce stage est plus une démonstration qu'un apprentissage. Il a été monté pour les touristes il y a huit ans et a reçu l'aval des autorités israéliennes, qui ont souhaité en faire une vitrine technique et morale de l'armée israélienne. Les stagiaires viennent assez peu d'Europe et de France, malgré la multiplication des attaques terroristes. "On a le même nombre de personnes qui viennent de là-bas, mais on voit un changement dans leur perception, reconnaît Yoav Fleishman, de Caliber 3. Ils se sentent beaucoup plus impliqués parce que c'est quelque chose qui les a touchés. Ce n'était pas le cas il y a quelques années." 

Caliber 3 n'échappe pas aux critiques. Le centre est situé en territoire occupé. Selon Harry, un Israélien qui est venu tester le stage pour se faire une opinion, il témoigne de la face sombre d'Israël. "C'est du tourisme de guerre. Je trouve que ça militarise les civils et c'est perturbant de constater que tout cela constitue une partie d'Israël." Les stages pour touristes représentent 40% de l'activité de ce centre de formation, initialement monté pour les professionnels. D'après le responsable, il draine plus de 20 000 personnes par an.

 

 

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 07:23
 HISTOIRE:le 12 août 1946, il y a 71 ans, la SÉCURITÉ SOCIALE était créée !

Le 12 août 1946, Ambroise Croizat proclame la naissance de la Sécurité Sociale

Le 12 août 1946, Ambroise Croizat proclame la naissance de la Sécurité Sociale

Le 12 août 1946, il y a exactement 70 ans, (en moins de 6 mois dans un pays ruiné) la Sécurité Sociale était mise en place . tout allait changer dans le sens de la dignité pour des millions de francais...

Merci le Conseil National de la Résistance !

Bâtie sous la maitrise d'oeuvre Ambroise Croizat, elle visait « à en finir » comme le soulignait le ministre du travail « avec le rejet, l’exclusion, l’impossibilité d’accéder aux soins et surtout, disait-il en des termes très novateurs, en finir avec la souffrance et les angoisses du lendemain ».Un peu partout, elle s’organisa à l’aide de bénévoles des entreprises essentiellement des militants CGT hors leur temps de travail ou sur leurs congés. Deux tiers des français n’étaient alors couverts par aucune assurance sociale. La plupart, vivaient à l’heure de la charité ou de quelques petites mutuelles dont les caisses étaient épuisées à la moindre épidémie de grippe. La sécurité sociale donna à tous les salariés la possibilité d’accéder à l’hôpital, au médecin ou à la pharmacie sans débourser un centime dans la plupart des cas. «C’était une véritable révolution, raconte un ouvrier. Avant, on ne se soignait pas. On laissait la maladie nous affaiblir ou nous emporter ! ». « Je me souviens, surenchérit un paysan, qu’avant la fameuse « Sécu », l’intervention chirurgicale était une terreur. On n’y pensait même pas. Pour les familles, il fallait parfois vendre deux vaches, la moitié de son cheptel pour se faire opérer. »
Autre grande conquête toujours proclamée sous les auspices d’Ambroise Croizat le 12 août : la retraite. 82 % des français ne bénéficiaient d’aucune allocation vieillesse. « Il fallait alors travailler jusqu’à 70 ans ou plus, glisse un ancien, pour espérer une petite obole donnée par les municipalités. Alors, on se tuait au travail jusqu’au bout! Mon père d’ailleurs y est mort, à l’usine !» Tout change avec l’institution de ce qui fut appelée « celle qui vous doublait la vie ». On comprend le sens de cette appellation quand on se souvient que la vieillesse fut dès lors envisagée non plus comme une « antichambre de la mort » mais au contraire, dira encore Ambroise Croizat, « comme une nouvelle étape de la vie ».
Parmi les grandes conquêtes du CNR fut aussi proclamée par la loi Croizat, la généralisation des comités d’entreprises qui offrirent aux enfants d’ouvriers le droit à la lecture, aux vacances et aux bourses scolaires qui permirent à beaucoup d’envisager des carrières impensables pour des familles des cités. On vit naître également, peu de gens le savent, le CNRS, outil de recherche de premier plan qui, avec les nationalisations des banques, des mines et de l’énergie, ainsi que la mise en place de la fonction publique et de la médecine du travail furent les pierres angulaires de ce renouveau social aujourd’hui menacé.

Michel Etiévent

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 07:16

En hommage au CENTENAIRE de la RÉVOLUTION D'OCTOBRE : une conférence internationale de Partis COMMUNISTES et OUVRIERS à Saint - Pétersbourg (Russie)

Article et traductions NK pour « Solidarité Internationale PCF - Vivelepcf »

Une conférence internationale de partis communistes et ouvriers en l'honneur du 100ème anniversaire de la Révolution d'Octobre 1917 a commencé le vendredi 11 août à Saint-Pétersbourg (Léningrad) en Russie, et se terminera le dimanche 13 août.

Le sujet de cette conférence scientifique, organisée par le Parti des Ouvriers Communistes de Russie, est « Le Centenaire de la Grande Révolution Socialiste d'Octobre. Leçons et tâches pour les communistes contemporains ».

Une dizaine de partis communistes et ouvriers d'à travers le monde participe aux travaux de cette conférence internationale.

Le Parti communiste de Grèce (KKE) est notamment représentée par Giorgos Marinos, membre du Bureau Politique du Comité Central et par Elissaios Vagenas, membre du Comité Central et responsable de la section des relations internationales du Comité Central.

Le discours d'ouverture de la conférence a été prononcé par le Premier Secrétaire du Comité Central du POCR, Viktor Tyulkin qui, entre autres, a déclaré que « les grandes réalisations du pouvoir soviétique, de l'URSS et des autres pays socialistes parlent d'eux-mêmes. La Grande Révolution Socialiste d'Octobre a été le plus grand événement de l'histoire humaine ».

Viktor Tyulkin a souligné que, dans les conditions actuelles « la principale tâche des communistes, comme Lénine le disait, est la préservation du caractère révolutionnaire de leur Parti ». Il a également fait référence à l'analyse du POCR selon laquelle la « déviation de droite, l'opportunisme, continue à être puissant aujourd'hui dans le mouvement communiste international et se développe, comme en témoignent les exemples d'une série de partis gouvernementaux qui conservent le nom de communistes »

Au cours des travaux, George Marinos, membre du CC du KKE a remercié le POCR pour l'initiative et l'hospitalité de la conférence et a noté que le Comité Central du KKE a également célébré le 100ème anniversaire de la Grande Révolution Socialiste d'Octobre, que le capitalisme n'est pas invincible, et que nous pouvons construire une organisation supérieure de la société sans exploitation de l'homme par l'homme.

George Marinos a également fait référence aux conquêtes de la Révolution d'Octobre, au rôle irremplaçable de la politique d'avant-garde révolutionnaire du Parti Communiste, et à l'expérience des bolcheviks dans la lutte contre l'opportunisme.

En conclusion de son discours G. Marinos a déclaré : « Il y a 100 ans, presque jour pour jour, dans cette ville, le VIème congrès du Parti bolchevik, a pris une décision historique, en traçant une ligne de soulèvement armé. La mise en oeuvre de cette décision a conduit quelques mois plus tard au son du canon de « l'Aurore ». Aujourd'hui, 100 ans plus tard, les communistes du monde entier sont invités à se pencher sur l'histoire, d'en tirer les conclusions nécessaires pour élaborer une stratégie révolutionnaire moderne dans leur pays et au niveau international. C'est la réponse nécessaire pour s'attaquer à l'œuvre corrosive de l'opportunisme, pour surmonter le déclin idéologique, politique et organisationnelle du mouvement communiste, et pour mener à bien sa reconstruction révolutionnaire. »

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 14:18

PASSAGE DIFFICILE SUR LE PONT AU VILLAGE

 
 
 

 

 
  
 
 
 
 
 
 
 
1 min ·
 
 
Albore Ulmitese

Pont provisoire commune Olmeta Di Capi Corsu sur route tour du cap.Sens St Florent Négro 200m de queue ..sens inverse 2km ...du coup ,lassés d'attendre les voitures passent ensemble sur le pont. .alors qu'une seule voiture à la fois y est autorisée.Des touristes régulateur le trafic!!!sinon blocage total...ces embouteillages étaient pourtant à Prévoir. Que font les services Publics?

Voir les commentaires

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 13:27

 

 
 
 

 

La Corse est, en cette année de sécheresse aigue, la proie facile des incendiaires et d’incendies qui ravagent son patrimoine naturel notamment lors d’épisodes venteux. C’est insupportable et révoltant.

Il faut saluer les efforts remarquables des pompiers, des personnels de la sécurité civile aériens et terrestres, des renforts venus du continent dans le cadre de la solidarité nationale et de la mutualisation des moyens de lutte contre les incendies.

Grace à cela, grâce à ces hommes, les dommages -certes importants- ont pu être contenus sans déplorer de victime physique. Les communistes expriment également leur entière solidarité aux populations qui ont subis ces moments d’angoisse et d’horreur.

Si les comportements condamnables, criminels ou irresponsables, sont souvent à l’origine de ces incendies désastreux et dévastateurs, si le dérèglement climatique aggrave chaque année un peu plus la probabilité des risques, il n’en demeure pas moins que les politiques de restrictions budgétaires ont elles aussi un impact.

La France est en Europe le pays qui dispose de la flotte aérienne de lutte contre les incendies la plus fournie et la plus diversifiée mais elle est vieillissante et nécessite une maintenance d’autant plus accrue qu’elle est surutilisée. Chacun sait que sur les feux naissants leur intervention rapide est déterminante.

Depuis des années les pompiers se battent pour disposer de plus de moyens terrestres et aériens en vain, l’austérité leur a été opposée par les gouvernements Sarkozy, Hollande et maintenant Macron au détriment de ce service public indispensable à la sécurité des populations.

De même on peut souligner la politique d’abandons, pour les raisons identiques, s’agissant de l’ONF, de la gestion et de l’entretien des massifs forestiers ou de l’agriculture et de l’environnement sans les exploitations familiales indispensables à sa préservation.

Voilà ce qui pousse les élus communistes et le Parti communiste à exiger une politique gouvernementale à la hauteur des défis que la situation met en relief en cet été 2017. Il s’agit d’obtenir ainsi et en faisant appel à la nécessaire mobilisation populaire :

- Un renouvellement et un accroissement des moyens matériels et humains de lutte contre les incendies ;

- Un véritable pilotage public du parc forestier et une autre politique du personnel véritablement dédiées à une gestion durable des forêts ;

- Une politique agricole de réinstallation des exploitations familiales ;

-  Une augmentation des budgets des collectivités locales.

Enfin il faut une approche solidaire à l’échelle de l'Europe pour faire face à ces événements répétitifs et dramatiques comme ce fut le cas au Portugal ce mois de juin.

Michel Stefani

Secrétaire régional du PCF

Conseiller à l’Assemblée de Corse

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 13:09

Une conférence internationale de partis communistes et ouvriers en l'honneur du 100ème anniversaire de la Révolution d'Octobre 1917 a commencé le vendredi 11 août à Saint-Pétersbourg (Léningrad) en Russie, et se terminera le dimanche 13 août.

Le sujet de la conférence, organisée par le Parti des Ouvriers Communistes de Russie, est « Le Centenaire de la Grande Révolution Socialiste d'Octobre. Leçons et tâches pour les communistes contemporains ».

Une dizaine de partis communistes et ouvriers d'à travers le monde participe aux travaux de cette conférence internationale.

 

Voir les commentaires

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 13:01

 

100ème anniversaire de la Révolution d'Octobre 1917

Une conférence internationale de partis communistes et ouvriers en l'honneur du 100ème anniversaire de la Révolution d'Octobre 1917 a commencé le vendredi 11 août à Saint-Pétersbourg (Léningrad) en Russie, et se terminera le dimanche 13 août.

Le sujet de la conférence, organisée par le Parti des Ouvriers Communistes de Russie, est « Le Centenaire de la Grande Révolution Socialiste d'Octobre. Leçons et tâches pour les communistes contemporains ».

Une dizaine de partis communistes et ouvriers d'à travers le monde participe aux travaux de cette conférence internationale.

Voir les commentaires

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 12:56

Une conférence internationale de partis communistes et ouvriers en l'honneur du 100ème anniversaire de la Révolution d'Octobre 1917 a commencé le vendredi 11 août à Saint-Pétersbourg (Léningrad) en Russie, et se terminera le dimanche 13 août.

Le sujet de la conférence, organisée par le Parti des Ouvriers Communistes de Russie, est « Le Centenaire de la Grande Révolution Socialiste d'Octobre. Leçons et tâches pour les communistes contemporains ».

Une dizaine de partis communistes et ouvriers d'à travers le monde participe aux travaux de cette conférence internationale.

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA