Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 17:25

"C'est qu'au fond, il n'y a qu'une "race" : l'humanité" Jean Jaurès
🌹

L’image contient peut-être : 2 personnes, enfant et plein air
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 17:15

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 17:07

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 17:00

JUSTICE DE CLASSE!

Christine Lagarde jugée coupable par la CJR mais dispensée de peine!

Par Michel Deléan

L'ex-ministre de l'économie a été déclarée coupable de négligence dans l'affaire de l'arbitrage Tapie par la Cour de justice de la République (CJR), ce lundi 19 décembre. Mais la Cour a choisi de la dispenser de toute peine. Une décision peu surprenante au vu de cette juridiction d'exception, conçue pour épargner aux politiques les foudres de la justice ordinaire. Le FMI se réunira « sous peu » pour examiner les suites à donner à cette condamnation.

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 16:34

Terre Corse

Disparition de Socrate Visani : l’hommage du Parti communiste

Nous publions ici l’hommage prononcé au nom du PCF par Michel Stefani

La disparition de Socrate Visani, est un moment d’une profonde tristesse. Les communistes perdent aujourd’hui un camarade de grande valeur, un dirigeant qui a marqué la vie politique, sociale et syndicale de Bastia et de la Corse.

Socrate était un homme rempli d’humanité, de dignité, de ténacité dans ce qu’il entreprenait intelligemment au service des travailleurs et des ménages populaires. Combattant du genre humain il aimait les gens humbles et était justement apprécié de tous. Ceux qui l'ont côtoyé de près perdent un ami d'une grande fraternité.

Socrate est né au tout début de la guerre en janvier 1940, il fait ses premiers pas d’enfant dans ce contexte qui aiguisera plus tard son attention sur la Résistance et le rôle des communistes dans la libération de la Corse en 1943. Mais il voyait au-delà, la nécessité d’être « un passeur de mémoire » afin que cette page horrible de l’occupation fasciste ne sombre dans l’oubli et que le sacrifice de Jean Nicoli, Danielle Casanova, Dominique Vincetti et tant d’autres camarades servent aux jeunes générations dans leur quête du bonheur.

Il n’a que 18 ans quand il adhère au PCF en juin 1958. C’est le temps des dernières convulsions de l’occupation coloniale française en Algérie. La Corse en subira les effets quand pour mettre en place un gouvernement de salut public et forcer la passation de pouvoir entre Coty et De Gaulle, les putschistes d’Alger lanceront une opération militaire sur l’ile le département le plus proche en territoire métropolitain.

Les communistes seront en première ligne pour faire obstacle à ce coup de force. Le jeune militant qu’il est se sentira alors conforté dans son engagement politique et le choix de défendre la démocratie. Plus tard il s’opposera à l’OAS et aux partisans de l’Algérie française qui viendront plastiquer les communistes jusqu’aux portes de leurs maisons notamment celle d’Albert Stefanini alors secrétaire fédéral du PCF.

Socrate aurait pu être instituteur mais il n’a pas encore 20 ans quand en poste au Maroc il est arrêté comme objecteur de conscience. Il renonce à enseigner et choisi dans la foulée aux côtés de Pierre Giudicelli de développer la Mutuelle des travailleurs de la Corse.

Dans le prolongement de la création de la Sécurité sociale, mettre en œuvre le programme du CNR, « Les jours heureux » est d’autant plus une priorité que le patronat y fait de plus en plus obstacle. Il pose ici, avec les camarades issus de la Résistance, les premières pierres de ce que l’on appelle aujourd’hui l’ESS en oubliant quelques fois d’où elle vient.

Le début des années 60 est encore celui de la reconstruction du pays au cours de laquelle le mouvement ouvrier fait ainsi la démonstration de sa capacité à gérer démocratiquement les affaires du pays dans l’intérêt commun.

Dirigeant de la mutualité, Socrate force le respect par son inventivité et le sens concret qu’il donne à la solidarité dont les plus faibles ont besoin. Protection sociale, santé, petite enfance, prise en charge des adolescents en difficulté, banque mutuelle… sont les réalisations auxquelles il a contribué de manière déterminante.

En 1964, secrétaire de cellule et de section, il suit à ce titre l’école centrale du Parti communiste à Choisy le Roi. Il deviendra ensuite membre de la direction fédérale et du secrétariat et le restera tant que la force physique le lui permettra dans les années 2000. Socrate a également été dirigeant de la CGT et sera élu secrétaire de l’Union départementale de Haute Corse en 1976 après la bi-départementalisation.

On le verra au cœur de toutes les luttes avec les dockers sur le port de Bastia pour obtenir la création du BCMO, avec les cheminots pour la sauvegarde du Chemin de fer, avec les ouvriers de Job Bastos et de Féménia pour la défense de l’emploi et l’industrialisation de la Corse. Il sera aux côtés des employées du commerce quand s’installeront les grandes surfaces, avec les agents hospitaliers pour l’hôpital…plus tard dans les grandes luttes de 1989 pour le pouvoir d’achat, 1995 et 2003 pour les retraites.

Pour lui, les deux engagements au PCF et à la CGT étaient une nécessité afin de défendre avec la plus grande efficacité les droits des travailleurs et de construire à travers le rapport de force le changement de la société. En toute occasion il s’efforçait de transmettre l’expérience acquise, dans l’action politique et syndicale ou la réalisation mutualiste. Comme il disait « le combat pour le progrès social se doit avant tout d’être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ».

Socrate a toujours été bienveillant envers les femmes et les hommes qui luttent. Quant il donnait son avis, il le faisait toujours dans le respect et l'attention dus à l'autre. Fidèle à son idéal de jeunesse, il nous aidait par des conseils précieux à chercher des perspectives de rassemblement des forces à gauche sur un contenu transformateur de justice et de progrès social, de démocratie et de paix.

Humaniste et anticapitaliste, il plaçait au cœur de son combat la lutte contre le racisme, le fascisme, le repli nationaliste pour faire prévaloir la dignité humaine, l'égalité femme-homme, pour construire une société du commun, du partage des richesses et des savoirs.

Enfin on ne peut évoquer la vie militante exemplaire de Socrate sans insister sur sa discrétion et son humilité. L’une et l’autre le rendaient réfractaire aux éloges mais pas moins attachant.

A vous sa famille et ses proches, aux membres de la CGT et de la mutualité, au nom des communistes je tiens à vous exprimer toutes nos condoléances. Avec vous nous pleurons un être cher, un ami, un camarade, dont la vie restera un message d’espoir pour éclairer nos combats futurs au service de l’Humain.

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 15:49

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 15:32
non natale a tutti (bis)
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 15:23
BON NATALE A TUTTI
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 15:02
REMUE MENINGES: Syrie: les médias sont dans le champ
 

 

source:Huffington Post

Syrie: les médias sont dans le champ

Publication: Mis à jour:
 
 
 

Au courant des cinq dernières années, la Syrie a gagné en popularité. Cynique, mais vrai. Toute ma vie jusque-là, lorsque je me présentais né de parents syriens, c'est comme si je disais que je venais d'un pays mystérieux. « C'est à côté du Liban ». « Ah bon ! »

Aujourd'hui, il faut aller très loin de la ville pour qu'on ne connaisse pas la Syrie. « Ouais la Syrie, c'est quelque chose ce qu'il se passe là-bas », me dit-on quand je parle de mes origines. Tous les jours, un article sort sur le pays et la guerre qui y sévit. Dernier hôpital, dernier médecin, des enfants morts. On a pitié, avec raison.

-Advertisement-
x

Personnellement, ce qui me révolte, d'une certaine manière, ce n'est pas la guerre. Non, car la guerre, c'est normal. C'est une chicane de famille entre humains. Ça arrive. Ce qui me révolte, c'est qu'en 2016, à l'ère de l'information au bout des doigts de chacun, le mensonge et la propagande contrôlent l'opinion publique sur la situation en Syrie. Les médias traditionnels sont tous dans le champ, sans exception. D'après ce que j'entends de Syriens qui sont sur place, ils vous informent mal.

On vous ment en pleine face. Intentionnellement ? Peut-être pas. La plupart des nouvelles de nos jours sont diffusées par des agences de presse internationales, comme Associated Press et l'Agence France-Presse. Ces dernières reçoivent des communiqués de presse de ceux qui veulent faire valoir leur point de vue. Et voilà, vous avez vos nouvelles.

Des mensonges ? Commençons par les grands titres : « Les rebelles perdent du terrain », « Alep tombe aux mains du régime ». Je vous transmets ce que les gens sur le terrain voient de leurs propres yeux, que les journalistes ne savent même pas. Quand vous lisez « rebelles », remplacez par « terroristes », et ce serait bien plus proche de la réalité. ISIS, État islamique, Daech, Al-Qaeda, Al-Nusra, appelez-les comme vous voulez, ce sont eux qui se battent contre le gouvernement syrien. Ce n'est pas une guerre civile en Syrie, mais bien des terroristes armés et financés par des pays étrangers qui militent pour un changement de régime.

Il y a d'ailleurs cette utilisation du terme « régime » pour désigner péjorativement le gouvernement en place. Ce mot qu'on nous pousse si loin dans la gorge qu'on ne s'en rend même plus compte. À quel moment un gouvernement devient-il un régime ? Vous me direz, lorsqu'il devient dictatorial. Je vous répondrais : « Et l'Arabie Saoudite ? » Ah non, eux, ce sont nos amis ! Tellement qu'on leur vend des chars d'assaut.

Personne en Syrie ne prétend que tout était parfait avant la guerre. Il n'y a personne non plus dans ce pays qui voulait la guerre. Cette guerre, ce sont les pays étrangers qui l'ont amenée sur leur terrain de jeu.

Au courant de la dernière semaine, marquante dans l'histoire de cette guerre, le gouvernement syrien a repris des parties encore occupées par les forces terroristes à Alep-Est. Il y a bien malheureusement eu des morts dans cette reprise de contrôle, mais sachez que pour les Syriens, ceux qui sont là-bas, ces évènements sont célébrés comme la plus grande victoire dans les cinq dernières années. Alep est libérée.

Ce n'est pas du tout le résultat que voulaient les pays étrangers impliqués directement et indirectement en Syrie. La guerre, c'est une sale affaire. Après, chacun son interprétation.

Dire que j'aurais préféré que vous ne sachiez toujours pas ce que c'est, la Syrie.

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 09:47

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article