Dans un entretien à Valeurs actuelles, elle dénonce « l’idéologie des 35 heures ».

Dans son entretien à Valeurs actuelles (6 juillet), Marine Le Pen ne s’est pas contentée de louer Donald Trump et de tacler sa nièce, « un peu rigide parfois ». La candidate d’extrême droite a également rassuré l’électorat libéral et conservateur sur son programme.

 

Comme Les Républicains, elle dénonce « l’idéologie des 35 heures »

Elle assure n’avoir « jamais proposé une augmentation du Smic ». Et n’est plus sûre de rétablir la retraite à 60 ans : si « récupérer les dépenses exorbitantes de l’immigration, de la fraude sociale, de la décentralisation anarchique » ne suffit pas à « accorder un départ à 60 ans [pour] quarante ans de cotisations, alors nous nous tournerons vers les Français en leur disant la vérité », lance-t-elle, persuadée que « les Français accepteront les sacrifices qu’on leur demandera ».