Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 14:07
 

Liste des produits Monsanto à boycotter en France

1
 
 
s
 
 
 

Voir les commentaires

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 13:58
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 13:51
 
 
Alain Guillot

VIVE LE NOUVEAU CODE DU TRAVAIL: Enfin, les choses vont avancer!

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 12:05

Terre Corse

Le mardi 12 septembre à Bastia manifestons pour le progrès social. Refusons le chômage et la précarité. (CGT2B)

image

 

Ordonnances MACRON/MEDEF ; hausse de la CSG baisse des APL et des emplois aidés …

STOP  BASTA  (10H palais de justice)

 

Le Président Macron et le MEDEF prétendent préparer le monde de demain mais les mesures qu’ils entendent nous imposer nous ramèneraient plutôt à celui d’avant-hier.  Prenant pour modèle les Etats-Unis et les conseils de son président ami D TRUMP, E Macron entend priver les salariés Français de toute protection collective au travail.

Ses ordonnances organisent une précarisation sans précédent pour les salariés et n’auront aucun effet sur la baisse du chômage comme les nombreuses lois précédentes basées sur le même principe.

· Des licenciements facilités, rapides et à moindre coût. Le minimum de 6 mois de salaires pour licenciement abusif n’existe plus. Les conditions de recours aux prud’hommes pour les salariés seraient plus difficiles avec moins de garanties d’obtenir réparation.

 

· Le code du travail comme le contenu du contrat ne vaudront plus rien si « un accord » pris sous la pression le valide. Pire, dans les TPE/PME le patron pourra imposer ses décisions sans aucune contestation possible.

 

· Les conventions collectives fixant notamment les salaires et les primes seront renégociées dans chaque entreprise. Par exemple le 13eme mois obligatoire pour tous les salariés du Commerce pourrait ne plus s’appliquer dans tel ou tel magasin.

 

· Les représentants des personnels seraient moins nombreux et verraient leurs moyens et leurs prérogatives réduits (CE, DP, CHSCT, DS regroupés avec moins de réunions possibles).

 

En voulant que l’essentiel des questions sociales se discute au sein de l’entreprise sans les syndicats c’est la fin de notre modèle social d’égalité des droits et de tout socle social protecteur.

Mais Macron ne veut pas en rester là. D’autres mesures tout aussi inefficaces, mauvaises et injustes sont entrées en vigueur ou en préparation.  Baisse des APL et des emplois aidés. Gel du salaire dans la fonction publique et suppression de 120 000 postes. Remise en cause des indemnités chômage et du montant de nos retraites pourtant déjà réduit par les réformes précédentes. Pendant ce temps Macron supprime l’impôt sur la fortune et diminue les impôts des grosses entreprises tandis que leurs actionnaires se gavent sur notre dos.

La CGT refuse un tel scénario. Nous pouvons changer la donne si nous nous mobilisons nombreux. Parlez en autour de vous et le mardi 12 septembre décidez collectivement l’arrêt de travail, et votre participation à la manifestation.

C’est le moment de se faire entendre. Tutti inseme.

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 12:00

Terre Corse

Le mardi 12 septembre à Bastia manifestons pour le progrès social. Refusons le chômage et la précarité. (CGT2B)

image

 

Ordonnances MACRON/MEDEF ; hausse de la CSG baisse des APL et des emplois aidés …

STOP  BASTA  (10H palais de justice)

 

Le Président Macron et le MEDEF prétendent préparer le monde de demain mais les mesures qu’ils entendent nous imposer nous ramèneraient plutôt à celui d’avant-hier.  Prenant pour modèle les Etats-Unis et les conseils de son président ami D TRUMP, E Macron entend priver les salariés Français de toute protection collective au travail.

Ses ordonnances organisent une précarisation sans précédent pour les salariés et n’auront aucun effet sur la baisse du chômage comme les nombreuses lois précédentes basées sur le même principe.

· Des licenciements facilités, rapides et à moindre coût. Le minimum de 6 mois de salaires pour licenciement abusif n’existe plus. Les conditions de recours aux prud’hommes pour les salariés seraient plus difficiles avec moins de garanties d’obtenir réparation.

 

· Le code du travail comme le contenu du contrat ne vaudront plus rien si « un accord » pris sous la pression le valide. Pire, dans les TPE/PME le patron pourra imposer ses décisions sans aucune contestation possible.

 

· Les conventions collectives fixant notamment les salaires et les primes seront renégociées dans chaque entreprise. Par exemple le 13eme mois obligatoire pour tous les salariés du Commerce pourrait ne plus s’appliquer dans tel ou tel magasin.

 

· Les représentants des personnels seraient moins nombreux et verraient leurs moyens et leurs prérogatives réduits (CE, DP, CHSCT, DS regroupés avec moins de réunions possibles).

 

En voulant que l’essentiel des questions sociales se discute au sein de l’entreprise sans les syndicats c’est la fin de notre modèle social d’égalité des droits et de tout socle social protecteur.

Mais Macron ne veut pas en rester là. D’autres mesures tout aussi inefficaces, mauvaises et injustes sont entrées en vigueur ou en préparation.  Baisse des APL et des emplois aidés. Gel du salaire dans la fonction publique et suppression de 120 000 postes. Remise en cause des indemnités chômage et du montant de nos retraites pourtant déjà réduit par les réformes précédentes. Pendant ce temps Macron supprime l’impôt sur la fortune et diminue les impôts des grosses entreprises tandis que leurs actionnaires se gavent sur notre dos.

La CGT refuse un tel scénario. Nous pouvons changer la donne si nous nous mobilisons nombreux. Parlez en autour de vous et le mardi 12 septembre décidez collectivement l’arrêt de travail, et votre participation à la manifestation.

C’est le moment de se faire entendre. Tutti inseme.

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 11:32
 
 
Jean-Claude LefortS’abonner
3 h

Enchainé comme une bête, bras et pieds menottés, mais sûr de la justesse de son combat et de son bon droit : Salah sourit.... On est là, Salah ! Avec toi... Ton courage nous donne force...

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 10:47
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 10:44
 
J’aimeAfficher plus de réactions
Commenter
 
 
Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 06:51

Terre Corse

Communiqué de presse de la FSU sur la rentrée scolaire en Corse.

 

Préserver notre modèle social dans notre Région, notre pays.

Dans notre région, la rentrée scolaire ne se présente pas sous  les meilleurs auspices: entre le devenir des personnes en contrats aidés et leurs missions laissées vacantes, un discours rétrograde du ministre sur l'éducation, comme par exemple sur la lecture, des décisions précipitées qui s'appliquent à moyens constants, par redéploiement, et risquent d'accentuer les inégalités sur le territoire…

Pour le 1er degré dans notre académie, nous constatons que de nombreux postes sont vacants ; il semblerait que le M. le recteur ne veuille pas, comme cela s’est toujours fait, avoir recours aux listes complémentaires des admis aux concours mais préfèrerait y introduire un peu plus de précarité en optant pour des emplois de vacations pour combler le manque d’enseignants : cela au détriment bien sûr des règles statutaires et de l’emploi, et des missions du service public d’éducation.

Pour le second degré, la situation semble identique et les postes vacants ne seront pas pourvus par des lauréats aux concours. La FSU demande que le rectorat mette tout en œuvre pour ouvrir davantage l’académie en ce qui concerne les disciplines techniques et professionnelles ainsi que pour augmenter le nombre des ATP. La FSU demande au rectorat de maintenir les stagiaires nommés sur le continent par le biais des ATP quand des postes sont vacants dans les disciplines qu’ils enseignent.

La rentrée remet sur le devant de la scène les préoccupations d'emploi, de conditions de travail, de pouvoir d’achat, de santé, de logement, de retraite… Et les annonces et décisions prises par le gouvernement durant l'été sont guidées par l'austérité mettant ainsi à mal les solidarités, s'attaquant brutalement aux droits sociaux: nouvelles réductions des dépenses publiques, suppressions de contrats aidés, baisse des APL, multiplication inacceptable de mesures concernant les agents publics, réforme du Code du travail sans réel débat démocratique…

Pour la FSU, il est impératif de mettre en œuvre un projet éducatif ayant pour objectif la réussite de tous les jeunes de l'école maternelle à l'enseignement supérieur. Il est pour cela urgent de conforter le service public d'éducation. La FSU demande à tous ses adhérents et sympathisants de se mobiliser à la rentrée si les autorités académiques optaient pour des choix allant à l’encontre de l’intérêt des élèves et des personnels. Le dialogue social doit être déterminant pour la bonne marche de notre système éducatif et ne doit pas dépendre de choix libéraux  contraires à l’intérêt de tous. La FSU demande également aux responsables de la CTC, aux élus de se mobiliser contre l’arrêt des contrats aidés qui mettent en difficulté de nombreuses petites communes, le fonctionnement de petits établissements et surtout  un grand nombre de personnes vivant de ces contrats aidés.

Le gouvernement poursuit une politique libérale lourde de conséquences pour les salariés du privé comme du public ainsi que pour les retraités remettant en cause notre modèle social.

Pour les agents de la fonction publique, la période est particulièrement brutale : gel du point d’indice, prévision de 120 000 suppressions d’emplois (dont 70 000 dans la seule FPT), rétablissement de la journée de carence, augmentation de la CSG sans garantie d'amélioration du pouvoir d'achat et  la menace d'une possible remise en cause du calendrier des mesures PPCR - ce qui constituerait une trahison des engagements de l’État et du dialogue social - baisse des dotations aux collectivités locales. La mobilisation sera nécessaire si les autorités académiques poursuivent dans une gestion comptable des moyens au détriment de l’intérêt des élèves, des familles, des personnels et du service public d’éducation.

Pour la FSU 2A et 2B de Corse

Pascale ORTOLI

Charles CASABIANCA

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 16:05

Plus de 48 000 élèves font leur rentrée ce mardi en Corse

Repost 0
Published by BANDERA ROSSA
commenter cet article