Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CHANTS REVOLUTIONNAIRES

Archives

28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 08:23

 

 

Syrie, option Kosovo au Moyen-Orient
Mondialisation.ca, 27 août 2013


Un homme suspecté de vouloir accomplir un homicide, choisit pour le mettre à exécution le moment où la police entre chez lui. C'est ce qu'aurait fait le président Assad, en dégainant l'attaque chimique au moment où les inspecteurs de l'ONU arrivent pour effectuer leur enquête sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie. Les « preuves » ont été exhibées par les « rebelles », dont le centre de propagande à Istanbul, organisé par le Département d’Etat étasunien, confectionne les vidéos fournies aux médias mondiaux.  Ayant désormais « bien peu de doutes » que c'est Assad le coupable et jugeant « tardive pour être crédible » l'enquête ONU, le président Obama est en train d'évaluer une « riposte » analogue à celle du Kosovo, c'est-à-dire à la guerre aérienne lancée sans mandat ONU par l'OTAN en 1999 contre la Yougoslavie, accusée de « purification ethnique » au Kosovo.  A cette fin, le Pentagone a convoqué en Jordanie, les 25-27 août, les chefs d'état-major de Canada, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie, Turquie, Arabie Saoudite et Qatar. En Jordanie les USA ont déployé des chasseurs bombardiers F-16, des missiles terre-air Patriot et environ un millier de militaires qui entraînent des groupes armés pour la « guerre couverte » en Syrie. Selon des informations recueillies par Le Figaro, un contingent de 300 hommes, « sans doute épaulé par des commandos israéliens », a été infiltré en Syrie depuis la Jordanie le 17 août, suivi par un autre deux jours après. Ils s'ajoutent à ceux, nombreux, déjà entraînés en Turquie. En majorité des non Syriens, provenant d'Afghanistan, Bosnie, Tchétchénie, Libye et autres pays, appartenant en général à des groupes islamistes dont certains sont classés terroristes à Washington.

Approvisionnés en armes, provenant notamment de Croatie, par un réseau international organisé par la Cia. Sous la chape de la « guerre couverte » rien de plus facile que de doter quelques groupes de têtes chimiques, à lancer avec des fusées sur des civils pour ensuite filmer le massacre en l'attribuant aux forces gouvernementales.  On crée ainsi le casus belli qui justifie une escalade ultérieure, jusqu'à la guerre aérienne, étant donné que la guerre menée à l'intérieur n'arrive pas à faire tomber l'état syrien.  Cette option, motivée par l'imposition d'une « no-fly zone », prévoit un lancement massif de missiles cruise, plus de 70 dans la première nuit, joint à des vagues d'avions qui larguent des bombes à guidage satellitaire en restant hors de l'espace aérien syrien.

Les préparatifs ont commencé non pas après, mais avant la présumée attaque chimique. En juillet a été déployé le groupe d'attaque du porte-avions étasunien Harry Truman, comprenant deux croiseurs et deux contre-torpilleurs lance-missiles ayant à bord des unités des marines, qui opère dans les aires de la Sixième et de la Cinquième Flotte. Un autre contre-torpilleur lance-missiles, le Mahan, au lieu de rentrer à son port d'attache en Virginie, est resté en Méditerranée aux ordres de la Sixième Flotte. La U.S. Navy a ainsi à elle seule déjà positionné cinq unités navales, plus quelques sous-marins, en mesure de lancer sur la Syrie des centaines de missiles cruise. Les chasseurs-bombardiers sont prêts à décoller aussi des bases en Italie et au moyen-Orient. Aux forces aéronavales étasuniennes se joindraient, toujours sous commandement du Pentagone, celles des participants à la réunion en Jordanie (Italie comprise) et d'autres pays. La Syrie dispose cependant d'un potentiel militaire que n'avaient pas la Yougoslavie et la Libye, dont plus de 600 installations anti-aériennes et des missiles de portée allant jusqu'à 300Kms. La guerre s'étendrait au Liban et à d'autres pays moyen-orientaux, déjà impliqués, et compliquerait ultérieurement les rapports de Washington avec Moscou.

C'est là-dessus qu'on est en train de réfléchir à Washington, tandis qu’à Rome on attend les ordres.

Manlio Dinucci

Edition de mardi 27 août 2013 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20130827/manip2pg/14/manip2pz/345000/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 08:20

 

KKE.jpgLe PC grec (KKE) dénonce la préparation d'une nouvelle guerre impérialiste contre la Syrie



Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

Le peuple grec doit bien réfléchir et rejeter les vieilles ficelles dangereuses des impérialistes, avec l'organisation d'une campagne de propagande trompeuse visant à accuser le gouvernement syrien d'avoir utilisé des armes chimiques, afin de mieux justifier l'offensive militaire contre la Syrie.

 

Les Etars-unis, la France, la Grande-Bretagne, la Turquie, le Qatar et l'Arabie saoudite qui soutiennent les forces anti-régime, jouent un rôle important dans cette campagne, sans la moindre preuve.

 

Ces forces qui interviennent dans les affaires intérieures de la Syrie du côté des forces armées anti-régime, mercenaires de tout poil, qu'ils alimentent en armes afin de faire avancer leurs plans stratégiques pour la région, jouent en réalité un rôle de tout premier plan.

 

Il faut que les gens se souviennent que les mêmes prétextes, ou des prétextes similaires, ont été utilisés pour justifier les guerres contre la Yougoslavie, l'Irak, l'Afghanistan et la Libye.

 

Il y a quelques mois, il y avait des preuves tangibles de l'usage d'armes chimiques en Syrie de la part des groupes anti-régime, mais ce fait a été délibérément occulté.

 

 

Le KKE dénonce l'intervention étrangère dans les affaires intérieures de la Syrie et dans ceux des autres pays de la région, il dénonce les préparations d'une nouvelle guerre impérialiste et appelle notre peuple à exiger du gouvernement qu'il n'implique pas notre pays dans ces projets meurtriers.

 

 

Partager cet article
Repost0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 15:24

                                                                        MARE NOSTRUM-copie-1                                               

 

 

 

Par : Afrique Asie

« Chef de tribu bédouin, laïc mais proche des Saoudiens, il est surtout un homme de terrain. » C’est ainsi que le journal Libération présente le nouveau chef de la Coalition syrienne, Ahmad Jarba, en visite à Paris dans le portrait flatteur qu’il lui a consacré. Tout comme son confrère Le Monde. Certes il faut un sens très poussé de l’acrobatie intellectuelle pour qu’on nous présente « un bédouin, proche de l’Arabie Saoudite » comme un laïc (sic) d’autant qu’il est un polygame.
Le célèbre blog iconoclaste américain dirigé par le professeur As’ad Abu Khalil n’a pas lui, succombé aux charmes de ce wahhabite pur sucre reçu en grande pompe par le président socialiste François Hollande. Il explique dans son blog, comment s’est faite la désignation de cet illustre inconnu, polygame de son état, à la tête de la coalition de l'opposition syrienne (qui a un nom à rallonge).


Voici la traduction intégrale de cette information par Djazaïri

Exclusif : Comment l’Arabie Saoudite a sélectionné le chef de l’opposition syrienne en exil

« Voilà ce qu’on a omis de rapporter sur la manière dont l’Arabie Saoudite a choisi le chef de la Coalition nationale syrienne avec l’entier soutien du protégé (pseudo) progressiste du Prince Bandar, Michel Kilo. Ahmed Jarba, le polygame tribal qui était inconnu des cercles de l’opposition à l’intérieur comme à l’extérieur de la Syrie, a été choisi purement et simplement parce qu’il est allié par mariage au monarque Saoudien Abdullah. Le roi saoudien est marié à deux sœurs de la famille Al-Jarba [à vérifier parce que le droit musulman interdit à un homme d’épouser deux sœurs, NdT] : Tadi et Malika Jarba (ses deux autres épouses viennent des familles Sha'lan et Muhanna. Savourez votre révolution syrienne polygame. »

Partager cet article
Repost0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 15:18

                                                                    cerveau-anime.gif

 

 

 

 

 
Face-à-face Le xxie siècle sonne-t-il vraiment le grand « retour au religieux ». Pour en débattre, nous avons convié l’historien et économiste Georges Corm et le philosophe Régis Debray. Le premier démontre que la religion est instrumentalisée pour des desseins profanes, le second acquiesce, mais en précisant : instrumentaliser n’est pas inventer des clivages confessionnels. Tous deux, néanmoins, défendent l’universalisme de la laïcité comme rempart à la remontée des identités meurtrières, et particulièrement religieuses.

 

 

On assiste depuis quelques décennies à l’irruption du religieux dans des conflits essentiellement politiques, géopolitiques et économiques. Comment expliquez-vous cela ? Est-ce un phénomène nouveau dû à la défaite des idéologies, ou la reproduction d’une imposture vieille comme l’Histoire, dont on a eu un exemple flagrant avec les croisades ?

 

Georges Corm C’est le retour d’une vieille imposture, l’instrumentalisation du religieux à des fins de puissance profane pour étendre une hégémonie, de quelque nature qu’elle soit : militaire, économique, politique, sociale. La génération à laquelle Régis et moi-même appartenons a vécu des décennies qui ont été plus laïques à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais, comme je le montre dans mon dernier ouvrage, cela a duré ce que durent les roses… Puis on est revenu à l’instrumentalisation des minorités ethniques, religieuses, à la défense de valeurs religieuses et morales pour justifier l’hostilité et légitimer des conflits. C’est ainsi que l’Occident se définit aujourd’hui comme porteur d’un héritage judéo-chrétien et de ses prétendues valeurs, après des siècles où il invoquait son patrimoine gréco-romain pour définir son identité !

 

Evidemment, en face se trouve un Orient qui se définit comme arabo-musulman et dont les Etats se sont regroupés dans la création de la Conférence des États islamiques en 1969. Il s’agit d’une aberration dans l’ordre international où l’on voit les États se regrouper sur les bases d’affiliations religieuses et qui ont l’insupportable prétention de parler au nom d’une religion transnationale. La déclaration de Balfour en 1917, qui invente le concept du « foyer national juif », concept inconnu du droit international, s’inscrit dans le même ordre. Or, les quelques progrès dans la régulation de la vie internationale pour faire reculer les violences les plus repoussantes se sont faits sur les fondements même de l’esprit républicain. Celui qui affirme que tous les hommes sont égaux et doivent tous vivre dans la dignité. À partir du moment où on emprisonne à nouveau les hommes dans leur sous-identité ethnique ou religieuse, on peut tout se permettre. Et cela ne s’arrête pas. Les États-Unis de Reagan ont parlé de « l’axe du mal » pour désigner l’Union soviétique, puis Bush fils a inventé le concept « islamo-fasciste » qui menacerait militairement l’Occident et l’Otan. Cela a justifié le déploiement des armées américaines et nombre d’armées européennes de par le monde.

 

L’argument religieux et communautaire est aujourd’hui ce qu’il y a de plus simple et de plus facile à manier, amplifié par les médias et les recherches académiques. Il désarme la critique, car il est l’argument émotionnel par excellence. Les intellectuels qui veulent rester critiques ont beaucoup de mal à être entendus et se font marginaliser.

Il faut dénoncer l’imposture de cette instrumentalisation de l’émotion ethnico-religieuse, culturelle ou civilisationnelle. Je parle souvent du « fanatisme civilisationnel » qui a remplacé le fanatisme

nationaliste laïc à l’européenne né au xixe siècle. Nous avons aussi assisté à l’effondrement

complet du langage laïc du Mouvement des non-alignés mis en place durant la phase de décolonisation et de construction de ce mouvement. Il a été battu en brèche par celui de la Conférence des États islamiques, qui a véhiculé son langage de valeurs religieuses spécifiques pour résister aux progrès faits en matière de droits de l’homme et, plus particulièrement ceux en matière de l’égalité homme-femme.

 

Régis Debray Dénoncer n’est pas expliquer. Sur le diagnostic, on est d’accord. Il existe une série d’insurrections identitaires dont beaucoup sont des résurrections fantasmatiques : elles inventent ou recréent des origines mythiques. Mais c’est le rôle traditionnel de la mythologie dans l’Histoire. Il n’y a que des mytho-histoires de part et d’autre, et c’est cela qui met les peuples en mouvement.

Aujourd’hui, la Chine revient à Confucius, la Russie retrouve ses sources orthodoxes, le shintoïsme au Japon se porte plutôt bien, l’Amérique arbore son « In God we trust » sur tous les dollars. Quelle est la cause de ce phénomène universel ? Celle d’une faillite du politique et celle d’une faillite de l’homme nouveau fantasmé par saint Paul d’abord, Lénine ensuite. (Rires) Cet homme nouveau, qu’a incarné, au siècle dernier le projet communiste, s’est effondré, et comme l’Histoire tout autant que la nature a horreur du vide, chaque peuple a dû retrouver ses marques et ses repères. Chaque communauté a besoin d’un adversaire. Et puisqu’on ne se pose qu’en s’opposant, il a fallu se trouver des ennemis. Là-dessus les religions sont très bonnes, d’autant qu’elles se sont fondées les unes contre les autres : le christianisme s’est construit contre le judaïsme et le paganisme, le bouddhisme contre l’hindouisme, etc.

Le problème n’est pas Dieu : contrairement à ce que pense Georges Corm, je me passe fort bien de Dieu. Il est venu très tard dans l’histoire du monde. Dieu a 5 000 ans, Homo sapiens 50 000 ans. L’homo sapiens vit dans le symbolique depuis qu’il y a des sépultures. Pour un Chinois, Dieu ça n’a pas grand sens, pour un hindou ou un animiste non plus… Bien sûr, le monothéisme a un dossier assez lourd, mais Dieu n’est pas responsable d’une compulsion symbolique qui l’a précédée et qui lui survivra.

Je ne suis donc pas étonné par ce qui se passe ; je dirai même que je l’avais prévu. Il y a trente ans, dans un livre, Critique de la raison politique, où j’avançais l’idée qu’il n’y a pas de cohésion sans un point de transcendance qui est toujours un point de fuite logé en avant ou en arrière, un âge d’or ou un millénarisme, disons : un horizon d’attente. Toute organisation politique implique un mythe fondateur. Surtout, j’ai tenté d’expliquer comment la mondialisation techno-économique produit la balkanisation politico-culturelle. C’était très mal vu de dire cela il y a trente ans, car tout le monde prétendait que, quand tous les gars du monde auront un ordinateur, ils se donneront tous la main. Que ce serait le village global et la fin des idéologies ! Je soutenais le contraire : que plus le monde se resserrera, plus il suscitera des différences, parce que l’uniformatisation technique créera un tel vide d’appartenance, une telle perte de repères identitaires avec la prolifération de l’interchangeable que chacun aura envie de dire : moi je suis différent de vous. La mondialisation poussée à l’extrême par l’homogénéité technique et scientifique a produit ce retour fantasmatique à des marqueurs identitaires que la religion procure mieux que d’autres, vu qu’elle est plus ancienne que les idéologies. En somme : modernisation égale archaïsme. Le retour de l’archaïsme est inscrit dans la modernisation galopante : plus vous mettez de Coca-cola dans un pays, plus vous récolterez d’ayatollahs.

Je suis athée, mais j’ai fondé l’Institut européen en sciences des religions parce qu’il m’a semblé que c’est un lieu névralgique et qu’on ne peut penser le monde sans aborder l’univers des croyances. Reste à définir ce qui est religieux et ce qui ne l’est pas. Le mot religion est un latinisme que les chrétiens ont exporté dans le monde entier, mais vous pouvez lire aussi bien l’Ancien que le Nouveau Testament, vous ne trouverez pas ce mot. Dans la littérature grecque, il n’existe pas, pas plus que dans la littérature hébraïque et islamique. Un clergé, des dogmes sacrés, une théologie, tout ça ne concerne ni l’Afrique ni l’Asie. Ne soyons pas obnubilés par ce terme ethnocentrique. Pour ma part, je parle de communion, de ce qui fait qu’une communauté doit s’inscrire dans une lignée pour concevoir un projet. Je ne crois donc pas qu’il faille être paniqué par ce que vous appelez l’« irruption du religieux ».

 

Les djihadistes les plus extrémistes sont souvent des scientifiques, travaillant dans les domaines de pointe…

R. D. J’avais noté ce point quand j’étais dans les pays du Sud : on y trouvait beaucoup plus de fondamentalistes du côté des universités scientifiques et techniques que du côté des universités des lettres. On caricature toujours les islamistes avec des galoches, des abayas comme si c’étaient des bouseux, alors que ce sont des informaticiens, des matheux, des ingénieurs… Aujourd’hui, quel est le centre de l’hindouisme ? Bombay, la capitale de l’informatique en Inde. Quel est le lieu des mystiques les plus folles ? La Silicon Valley. Les scientifiques et techniciens ont besoin de se donner une appartenance, une personnalité, une singularité ethnique dont la science objective les dépossède.

Encore une fois, je me sentais beaucoup mieux dans l’universalisme rationaliste. Toutefois je constate qu’il n’a pas tenu ses promesses et nous vivons le contrecoup, non de sa faillite, mais d’une promesse non tenue.

 

G. C. Je partage le diagnostic sur les effets de la mondialisation et de la globalisation qui se sont développées à partir des échecs des grands nationalismes laïcs à l’européenne exportés dans le monde entier, ce qui a produit des guerres. Je l’avais déjà analysé dans des ouvrages antérieurs. Les rétractations identitaires peuvent aussi venir de l’appel du vide. Mais là où je différerais un peu de l’analyse de Régis Debray, c’est quand je parle d’instrumentalisation. Car il s’agit bien d’un mouvement qui n’avait rien de spontané dans la mesure où il a été très « aidé » par l’action des Etats-Unis et de ses alliés religieux ou communautaires (Arabie saoudite, Pakistan, Israël). Le néolibéralisme lui-même a amplifié ces rétractations identitaires en décrivant ce que certains théoriciens anglo-saxons ont appelé un marché mondial des religions et des ethnismes. Il s’est ainsi créé le spectacle permanent de l’exhibitionnisme religieux ou ethnique, qui se vend très bien auprès des médias. De même s’est créé l’« ethnic business » (viande halal ou casher par exemple) qui est un énorme marché. Dans les universités, le thème est devenu un business académique. On y est sur-spécialisé sur les maronites, les druzes, les tatares, les chiites… etc. C’est un fonds de commerce pour les chercheurs et ça marche très bien dans ce nouveau cadre néolibéral dans lequel nous vivons. Le retour aux archaïsmes décrit par Régis Debray est savamment entretenu par les systèmes de pouvoir en place. Tout cela a commencé par la lutte contre le communisme, où l’islam et le judaïsme ont été fortement mobilisés, de même que le catholicisme.

 

Avant le communisme, c’est peut-être pour lutter contre les « nationalismes arabes » que les pouvoirs ont mobilisé la religion…

G. C. Bien sûr, si le nationalisme arabe était resté dans le giron de la France ou de la Grande-Bretagne, on n’aurait pas eu l’expédition de Suez en 1956, et on n’aurait pas eu une Égypte qui se serait rapprochée de l’Union soviétique. Le nationalisme laïc tiers-mondiste, celui de Tito en Yougoslavie, de Nehru en Inde, de Mossadegh en Iran, a été vu comme une menace par les intérêts occidentaux. C’est pourquoi, les Etats européens ont fait feu de tout bois pour le contrer, notamment dans une alliance contre nature entre démocraties dites occidentales, qui ont produit l’universalisme de type républicain, mais qui entrent en connivence avec les éléments les plus conservateurs des sociétés arabes et, de façon plus générale, des sociétés musulmanes, et tout cela dans une débauche de moyens financiers et culturels.

Il faut lire l’ouvrage Qui mène la danse. La CIA et la guerre froide culturelle, écrit par Frances Stonor Saunders (Denoël, 2003), qui décrit comment la plupart des prix littéraires, décorations qu’on a donnés à des écrivains, des chefs d’orchestre… ont été attribués pour lutter contre le communisme, et comment la vie culturelle a totalement été investie par des réseaux qui se sont constitués dans l’antisoviétisme. Il y a bel et bien eu une instrumentalisation, c’est pour cela que je me méfie toujours quand on dit qu’il faut étudier le phénomène religieux. Parce qu’à ce moment-là, on oublie l’instrumentalisation et l’on est amené à penser qu’il s’agit d’un phénomène sui generis de nature essentialiste …

Est-ce un hasard si les plus solides alliés de l’Occident au Moyen-Orient se recrutent parmi les régimes les plus théocratiques au monde – à part l’Iran qui est devenu « le grand Satan » ? Du coup, les ennemis ciblés par l’Occident sont les chefs d’État qui se définissent, à tort ou à raison, comme républicains et souverainistes : Mossadegh, Nasser, Saddam et bien d’autres.

G. C. Il y a beaucoup de différence entre les personnes que vous citez, on ne peut pas les mettre sur le même plan, Nasser n’est pas Saddam Hussein. Mais réglons votre question implicite : celle du prix des dictatures. Celles-ci ont toujours un prix politique élevé lorsqu’elles durent longtemps, ainsi que le montre les leçons de l’effondrement du régime soviétique ou celles du nazisme, spécifique dans sa cruauté criminelle. Le régime syrien – même s’il y a de nombreuses nuances à apporter - a été une dictature installée depuis plus de trente ans qui s’est transformée de plus en république monarchique où le fils a hérité du pouvoir du père à son décès. Moubarak en Egypte a tenté de faire de même, ainsi que Saddam Hussein. Il y a évidemment quelque chose de choquant dans ces évolutions, et on est contraint d’en payer un prix…

 

Mais l’animosité contre ces monarchies dans le monde arabe n’est pas la même…

G. C. On peut faire le même constat dans les années 1950 et 1960 : pour faire échec au nationalisme arabe laïque incarné dans le nassérisme et le baasisme et qui enflammaient une grande partie du monde arabe, les grandes démocraties dites occidentales se sont alliées avec les éléments les plus réactionnaires de la péninsule arabique. On a tendance à oublier que cette période révolutionnaire a été déclenchée suite à la première guerre israélo-arabe de 1948 et surtout suite à l’attaque franco-israélienne et britannique de 1956 contre l’Egypte nassérienne. Par la suite, les pétromonarchies de la péninsule Arabique ont soutenu et financé les éléments les plus réactionnaires de la société égyptienne, dénoncés déjà à l’époque comme hostiles à la révolution. Il s’agissait de l’alliance entre les anciens féodaux gros propriétaires terriens, la très grande bourgeoisie liée par des intérêts commerciaux avec l’Occident, et les éléments religieux conservateurs du style Frères musulmans. Ils se sont tous opposés à la vague de fond du nationalisme arabe, qui a été aussi puissante que la vague récente de protestations socio-économiques et politiques à partir de fin 2010, début 2011. On y retrouve exactement la même constellation…

J’ai vu à la télévision (Arte, chaîne franco-allemande) des reportages très détaillés où l’on interviewait d’anciens agents de la CIA sur cette alliance contre nature avec des éléments islamiques radicaux. Leur avis est unanime, comme celui de Zbigniew Brzezinski (artisan majeur de la politique étrangère étasunienne sous Carter, de 1977-1981, ndlr). Il affirme que « notre alliance avec les Modjahedine », notamment dans la guerre en Afghanistan, a été un élément clé de l’effondrement de l’URSS, malgré toutes ces retombées négatives. Nous n’avons pas à le regretter, dit-il, même s’il y a des dommages collatéraux, comme l’apparition d’Al-Qaïda. Des « détails » selon lui.

D’un autre côté, je rejoins l’analyse de Régis Debray lorsque je considère les facteurs internes à la région. Ces éléments ultra-conservateurs et religieux, nostalgiques de la suppression du califat par la Turquie kémaliste, ont trouvé un point de ralliement avec la prise de pouvoir de la famille des Saoud, alliée à la famille des descendants de Mohammad Abdel Wahab qui ont créé un nouvel islam très rigoriste… C’est une autre religion, ce n’est pas l’islam. Chaque fois que j’écoute les prêches wahhabites, je me demande si ces prédicateurs ont bien lu le Coran où Dieu est toujours qualifié de miséricordieux. L’Arabie saoudite est en fait un État surpuissant qui appuie partout dans le monde arabe et musulman les mouvances islamiques fondamentalistes, avec des moyens financiers extraordinaires. Ceci s’accompagne de la bénédiction de la « communauté internationale » qui ne conçoit pas que l’allié saoudien puisse nuire. Pourtant, les nombreux prédicateurs wahhabistes qui viennent prôner leur idéologie en Europe déstabilisent les communautés musulmanes d’Europe qui sont dans la marginalité économique, sociale.

C’est un mélange explosif et pourtant, il est très difficile de sensibiliser les décideurs, ou même les médias, sur cette question. Du coup, on préfère diaboliser l’Iran, on a tendance à lui coller tout événement violent sur le dos, c’est tellement facile ! Comme vous l’avez mentionné, l’« empire du mal » aujourd’hui, c’est le régime iranien et ses alliés du régime syrien et du Hezbollah, et la victime expiatoire, la communauté chiite partout où elle existe ! On a mis en place des analyses tout à fait superficielles, hors de toute la complexité des réalités, selon lesquelles il y aurait un axe chiite voulant absolument abattre les sunnites et leurs alliés occidentaux. On est dans le délire total !

On est dans un monde de l’instrumentalité qui, c’est vrai, résulte d’un vide identitaire. Régis Debray a raison quand il dit que tout est métahistoire et histoire mythologique, en parlant du temps très long. Mais cela est un peu facile. Il faut contextualiser dans le contemporain. Souvent, en réponse à l’idéologie huntingtonienne du choc des civilisations, je dis qu’il y a des chocs de mémoires historiques, et je dis les mémoires historiques sont aussi des mémoires instrumentalisées et ne sont guère des phénomènes spontanés.

R. D. Je donne raison à Georges Corm : le religieux a été instrumentalisé par les puissances coloniales, mais cela fait 2 500 ans que ça dure. Quand Jules César arrive en Gaule, il dresse les Arvernes contre d’autres tribus gauloises. Que fait l’Angleterre en Inde ? Elle oppose les hindouistes et les musulmans. Qu’a fait la France en Algérie ? En Syrie ? Au Liban ? Cela s’appelle diviser pour régner, et il se trouve que les lignes de découpage ethno-confessionnelles sont ce qui s’offre à première vue comme étant le plus rentable. C’est lié à la constante impériale qui dit que le fort cherche à diviser le faible. Mais attention : instrumentaliser n’est pas inventer. Il y avait des clivages confessionnels bien antérieurs à l’arrivée de la France au Proche-Orient ou de l’Angleterre en Inde. Instrumentaliser n’est pas faire naître ex nihilo des découpages baroques, artificiels, c’est accentuer des clivages qui existaient déjà.

Et si vous reprenez les choses d’un peu plus loin, sur les millénaires, qui instrumentalise qui ? On peut se demander si ce n’est pas les religions qui instrumentalisent les politiques. Si les modes premiers d’organisation de groupes humains, qui sont de types religieux, ne sont pas en train d’instrumentaliser les rivalités inter-impérialistes d’une façon très cynique ou très politique pour faire avancer chacun ses pions. Et ce qui vaut pour un individu vaut pour les sociétés. En période de crise psychique, toutes les structures les plus récentes développées dans le cortex s’effondrent et les instincts liés au cerveau reptilien réapparaissent. Quand disparaissent les structures superficielles à l’occasion d’une guerre civile, d’une crise économique, etc., les structures les plus archaïques prennent le commandement.

Je me demande comment George Corm peut expliquer aujourd’hui ce qui se passe dans tout le Proche et le Moyen-Orient indépendamment du clivage entre les chiites et les sunnites… Il n’y a certes pas des bons et des méchants, ni de définition essentialiste des civilisations, mais les civilisations, cela existe. Elles évoluent, elles se métamorphosent en se frottant l’une contre l’autre. Mais enfin, la rivalité entre les Perses et les Arabes, ce n’est pas d’aujourd’hui…

 

 

 

 

G. C. C’était l’argument de Saddam Hussein.

R. D. Ce n’est pas parce que Saddam Hussein l’a dit que c’est faux… Entre 1540 à 1640, nous avons connu 100 ans de guerres civiles religieuses terribles en Europe entre les protestants et les catholiques.

G. C. il y avait des enjeux très profanes à cette guerre.

R. D. Pourquoi n’y aurait-il pas aujourd’hui des guerres de religion avec ces enjeux profanes entre les chiites et les sunnites ?

Dans les années 1950-1960, le régime du shah, qui est chiite, avait signé avec les wahhabites ce qu’on a appelé le pacte islamique. Il était dirigé contre Nasser et tous les autres régimes de la région.

R. D. Le shah mélangeait le mazdéisme, le modernisme et le pétrole…

G. C. Mais non…

R. D. Aujourd’hui chacun a retrouvé ses marques et vous n’allez pas me dire que les chiites et les sunnites n’ont pas de contentieux historique, ça remonte à loin me semble-t-il. Prenons l’exemple syrien : au lieu de dire, comme on fait en France, qu’il y a d’un côté l’horrible dictateur et de l’autre de sublimes démocrates, on devrait constater des partages ethno-confessionnels. Cela me paraît donner une certaine logique à cette guerre civile apparemment folle. Je ne dis pas que c’est la seule explication, mais c’est une clé de compréhension qui semble beaucoup plus opérationnelle que la lecture de nos intellectuels d’ici qui ne voient que deux camps : les bons partisans des droits de l'homme et les horribles répresseurs du peuple.

Inutile de préciser que tout cela est très déplaisant pour un laïc, car je serais furieux si, un jour, il fallait mettre sa religion sur sa carte d’identité en France.

 

 

Dans l’Histoire, l’Égypte a été chiite convertie au sunnisme, l’Iran n’est chiite que depuis trois siècles… Est-ce que ces communautés sont bien fondées ?

R. D. Je ne dis pas que les cultures sont des monoblocs, installées dans l’éternité. Tout cela est un matériau très fluide. Cependant, il y a quand même des lignes de partage. La tribu, ça nous déplaît, d’accord, mais je constate qu’elle est une formation d’avenir, on va le découvrir bientôt. La tribu est très rétrograde par rapport à la nation, et ce n’est pas rassurant du tout. Mais écoutez Maurice Godelier, qui est très bon sur cette question.

Si vous me demandez de refaire le monde, je serais pour l’effacement des tribus et le remplacement par la nation universaliste et laïque inventée par les Français dans les conditions historiques bien précises en 1789 et 1792. Seulement, même si le monde réel ne me plaît pas, et si je ne veux pas faire de la magie verbale ou de l’exorcisme, je suis bien forcé d’analyser ce qui existe.

 

G. C. C’est la différence entre un intellectuel parisien de très haut vol et l’enfant que je suis de la diversité des communautés, vécue de l’intérieur, et qui donc a une autre vision de ces « tribus » et communautés religieuses. À partir de ce vécu, il y a beaucoup de séquences que je ne trouve pas opératoires dans l’analyse que vous faites de l’importance du fait religieux et que vous faites remonter à 50 000 ans en arrière. En revanche, il est intéressant de voir qu’on ne peut pas mettre toutes les religions dans le même sac. Le monothéisme est le plus dangereux, car on l’instrumentalise plus facilement avec ce paradoxe que l’islam est la religion de la compassion et de la miséricorde, le christianisme de l’amour, du pacifisme et de l’universalisme.

Vous parlez des religions comme si c’était des entités vivant par elles-mêmes. Ce sont les hommes qui font les religions. La pratique des premiers siècles du christianisme est complètement différente de celle de l’Empire byzantin, laquelle est différente du christianisme des xviiie et xixe siècles en Europe. Pareil pour l’islam. Ce que je vis et j’observe dans les milieux communautaire, c’est la grande diversité d’opinion et de comportement à l’intérieur de chacune d’elle … C’est pourquoi je trouve peu opératoire le concept de communauté comme entité compacte, dont tous les membres auraient la même psychologie et le même comportement. Aussi parler aujourd’hui dans l’abstrait de « sunnites » et de « chiites » comme clé d’explication des conflits ne me paraît guère pertinent. Ce sont les Turcs et les Perses qui ont un énorme contentieux et non pas les Arabes et les Perses. Car ce qui a épuisé ces deux grands empires musulmans (l’Ottoman et le Séfévide), ce sont les guerres qu’ils se sont faites entre eux. L’Empire séfévide a fait venir au XVIè siècle des hommes de religion chiites du Liban pour aider à développer le chiisme afin d’essayer d’arrêter l’expansion de l’Empire ottoman. Les Arabes – toutes tribus et toutes confessions religieuses confondues - n’ont rien à voir là-dedans : ils sont sortis de l’Histoire à peu près au xe siècle et sont toujours dehors. Aussi analyser la politique de l’Iran à travers le prisme sunnite-chiite ou le prisme Arabes et perses ne fait guère de sens.

 

 

R. D. Vous avez eu le malheur d’avoir mis votre Renaissance avant le Moyen Âge, nous avons fait l’inverse.

G. C. Mais l’Europe, et même le christianisme européen, a pu effectuer cette renaissance parce qu’elle avait importé la philosophie arabo-grecque… Par contre, des constantes historiques et géographiques ont fait que les hauts plateaux anatoliens et iraniens ont toujours produit des empires. La politique de Khomeiny n’a pas changé d’un iota par rapport à la politique du shah. Il mène une même politique de puissance régionale avec des instruments idéologiques nouveaux.

Par contre, j’ai beaucoup aimé ce que vous avez écrit sur le cérémonial soviétique qui reproduisait le cérémonial de l’Église chrétienne. Il y a un archétype biblique dont on n’arrive pas à se débarrasser et qui revit aujourd’hui. Même les grands nationalismes européens laïques fonctionnaient à l’archétype biblique, avec l’idée d’un « peuple élu » parce que supérieur aux autres, des prophètes que sont ses grands hommes de lettres et ses théoriciens, et sa mission civilisatrice pour le reste de l’humanité. Nos sociétés monothéistes sont en permanence menacées par cet archétype. Je pense qu’il faut réagir, ne pas se taire.

 

On a parfois le sentiment que votre génération de républicains convaincus est en voie de disparition Les idéaux laïcs sont-ils à mettre à la poubelle de l’Histoire ou ont-ils un avenir ? Quel est le projet républicain ?

R. D. la France républicaine est-elle exportable ? La laïcité n’est-elle pas une idée catho-laïque reposant sur le fameux « Rendons à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », fondé sur la constitution d’un clergé autonome par rapport au pouvoir civil ? Cela a engendré une tradition d’un pouvoir, non pas séculier, mais dont la légitimité était divine… Est-ce que cette formule, qui coupe l’idée de citoyenneté de l’idée d’origine, d’ethnie, de race, de nationalité, est transposable ?

Je constate une chose : là où l’État central s’affaiblit, les clergés, les banquiers, les mafias se renforcent. Donc les Occidentaux ont joué contre leur camp en affaiblissant systématiquement les États-nations du Tiers-Monde, en combattant Nasser et le nassérisme, Mossadegh et tout ce qui tendait à constituer un pouvoir régulateur central fort. La disparition d’un pouvoir national séculier a suscité un contrecoup, la remontée de tous les ethnicismes, les séparatismes, et les cléricalismes qu’on a eus ici et là.

Pour moi, l’État-nation reste le principal barrage contre la remontée des identités meurtrières, d’où l’éloge des frontières. C’est pourquoi je suis contre les interventions militaires occidentales dans les pays du Tiers-Monde, car l’enfer est pavé de bonnes intentions – à supposer qu’elles puissent être bonnes.

 

 

G. C. Nous sommes d’accord sur l’effondrement de la structure mentale laïque. Mais je pense qu’il n’y aurait pas eu la résurgence des ethnismes et des communautarismes si les États issus de la décolonisation, et même les États développés, avaient su assurer l’avenir socio-économique de façon à peu près égalitaire, ou donner à tout le monde sa chance. Cette résurgence est liée aux échecs des États à bien intégrer leurs populations, dans un processus de modernisation économique et sociale.

Au Liban ou en Yougoslavie, que je connais bien, j’ai assisté au fait que certaines régions plus riches que les autres disaient : « On en a assez de payer des impôts pour qu’ils soient dépensés par les régions pauvres. S’ils sont pauvres, c’est parce que leurs communautés sont paresseuses. », Bref, on a eu droit à tous les clichés de type raciste, ce que l’on redit aujourd’hui pour la Grèce. Il faut rétablir de nouveau l’analyse de l’évolution des facteurs socio-économiques pour comprendre toutes ces évolutions identitaires. À Bahreïn, les gens se sont révoltés non pas parce qu’ils sont chiites, mais parce qu’ils sont pauvres et marginalisés dans la gestion du pays.

 

Comment peut-on réactiver l’idéologie républicaine universaliste ?

 

R. D. En sauvegardant le principe de puissance publique responsable de l’intérêt général sans rentrer dans les clivages ethnicistes. C’est fondamental d’essayer d’établir un pouvoir démocratique fort. Regardons les guerres de religion du passé pour éclairer le présent : qu’est-ce qui a mis fin à la terrible guerre exterminatrice entre catholiques et protestants en France ? Henri IV, c’est-à-dire l’établissement d’une monarchie rigoureuse, dite absolue, autrement dit l’affirmation de l’État. C’est vrai, on est allé trop loin avec « l’État c’est moi », il a fallu en finir avec la féodalité. On est alors au xvie siècle et on en finit avec les moines assassins, la commande épiscopale, l’ingérence du pape dans les affaires nationales en créant un État de droit – autant que possible à l’époque. Et je rappelle cela car, aujourd’hui, tout le néo-libéralisme milite pour la destruction des autorités politiques.

 

Au nom des droits de l’homme et de la démocratie…

R. D. Restituer à l’autorité politique sa capacité d’arbitrage me semble fondamental. Après, il faudrait aller pays par pays, mais je ne suis ni médecin ni pharmacien, je n’ai pas de recette.

 

G. C. Vous avez tout à fait raison. Comme Libanais, arabe, musulman ou méditerranéen, il faut revenir à cette lecture étonnante des Lumières initiée par Tahtawi quand il est venu en France en 1826. Il a établi une longue tradition de ce qui s’est appelé l’« islam des Lumières », mais cela a été enterré. Toute une culture a été chassée par le déferlement du wahhabisme. C’est donc aux intellectuels arabes, méditerranéens, musulmans de faire leur travail. Mais beaucoup ont une fascination du pouvoir et de l’Empire américain et s’inscrivent dans la politique que nous avons décrite.

 

Cette fascination n’est pas spécifique aux intellectuels du Sud, c’est aussi le cas en Europe…

G. C. Oui, mais chacun doit faire son travail. Je ne vais pas dicter aux intellectuels européens ce qu’ils doivent faire. De nombreux intellectuels arabes musulmans restent dans le sillage de la pensée critique, de l’esprit de la religion musulmane qui se définit comme une religion du juste milieu, mais ils sont totalement ignorés par les courants académiques et médiatiques, au profit des auteurs fondamentalistes, tel Sayyed Qotb. Malgré tout, ils sont très lus. Les ouvrages de l’auteur syrien Mohammad Chahrour, qui mènent à des relectures révolutionnaires du Coran, ont fait des tirages inimaginables pour le monde arabe : 100 000, 200 000 exemplaires. Signalons aussi La Pensée religieuse en islam contemporain, de Ziad Hafez, paru aux Éditions Geuthner cette année.

Il est intéressant de noter que dans l’évolution des révoltes arabes, le public a été intimidé par le raz-de-marée des forces islamiques. Aujourd’hui néanmoins, il a tendance à vouloir se défendre, à ne pas se taire et nous allons assister à des batailles à la fois d’idées et d’influences politiques tout à fait passionnantes.

 

Adonis, le grand poète et intellectuel du monde arabe menacé de mort par une fatwa, a aussi lancé un manifeste pour la laïcité.

G. C. Oui, mais cela n’empêche pas Adonis d’être un intellectuel de poids dans le monde arabe. Je suis moi-même parfois étonné de constater que mes livres ont un large public qui a un fort potentiel républicain et universaliste laïc. Mais évidemment il est étouffé par le système actuel des alliances entre l’Occident et les pétromonarchies, Arabie saoudite en tête.

L’ex-président Sarkozy avait fait comprendre au chef de l’Église maronite que la nouvelle doctrine de la France ne se fondait plus sur la protection supposée des communautés chrétiennes, mais sur des droits individuels, la démocratie, etc. Il avait reproché aux chrétiens d’Orient leur loyalisme au régime syrien…

R. D. L’ironie de l’Histoire, c’est que G. W. Bush, leader d’un pays chrétien, a vidé l’Irak de sa population chrétienne et a mis en très mauvaise situation partout ailleurs les populations chrétiennes de la région. Cela prouve à quel point il faut se méfier des croisés. Les chrétiens d’Orient sont une minorité ambivalente à la fois à la pointe de la modernité et très conservatrice, relevant hélas d’une vision beaucoup plus communautariste qu’évangélique. On est partagé devant eux entre l’estime et l’effroi.

 

Que faut-il comprendre de l’invitation du président français François Hollande au premier ministre israélien Netanyahou pour participer à l’hommage de la France aux victimes françaises juives assassinées à Toulouse?

 

RD Cela signale un phénomène consternant, qui est l’aval donné par la République française au communautarisme le moins républicain.

Partager cet article
Repost0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 14:46

                                                                         MARE NOSTRUM-copie-1 

 

 

           Certain s pays, dont la France, dit-on, et volontiers donneurs de leçons en matière de droits de l'homme, se prépareraient à intervenir en Syrie, dont le gouvernement, nous l'avons déja dit, n'est pas particulièrement démocratique: 

ceci à cause des bombardements chimiques qui auraient été perpétrés par l'armée syrienne.  

 

       Que ne l'ont-ils fait à Gaza quand le régime israélien gazait la ville martyre ?

 

  Israël a utilisé pendant la Guerre de Gaza 2008-2009, en 2009, des obus à fragmentation, incendiaires (et éclairants) au phosphore blanc sur les zones urbaines de la bande de Gaza, la soi-disant communauté internationale était où ?( source: "Afrique-Asie")

 

 rabins--et-gaza.jpg

 

                            bombardement au phiosphore blanc de Gaza:

                           rabbins israéliens au spectacle.

Partager cet article
Repost0
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 16:23

 

                                                                       MARE NOSTRUM-copie-1 

 

 

 

 

                                                                       

Partager cet article
Repost0
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 09:48

                                                                    MARE NOSTRUM-copie-1                       

 

                                                                   Tripoli,Liban

samedi 24 août 2013

 Tripoli, Liban: voitures piégées contre deux mosquées sunnites:

  Bilan de l’attentat, non revendiqué: 45 morts et quelque 280 blessés.

L’attaque est la plus meurtrière depuis la fin de la guerre civile au Liban (1975-1990).
(Photo prise le samedi 24 août 2013 par Jamal Saidi)

Partager cet article
Repost0
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 16:29

                                           De quoi les « Ghjurnate » sont-elles le nom ?

 


Elles sont une tribune politique…

A l’évidence ; mais pour qui ? D’abord, naturellement pour ceux qui les organisent : les nationalistes. Et pour ceux qui en sont les premiers bénéficiaires : les clandestins du FLNC. Ces derniers utilisent ces rencontres internationales, selon les circonstances, comme une tribune pour revendiquer telle ou telle action violente (l’assassinat de Robert Sozzi, il y a juste vingt ans, par exemple) ; pour faire passer un message relatif à la ligne du moment ; ou bien en laissant les porte parole de Corsica Libera « faire le job » à leur place… Affirmer cela, ce n’est pas verser dans un antinationalisme primaire ; c’est rappeler, simplement et clairement, la solidarité sans faille de Corsica Libera (ou de A Cuncolta autrefois) à l’égard d’une organisation clandestine qui détruit des maisons et des bâtiments publics, décide de la vie ou de la mort de tel ou tel, prétend dicter ses choix au peuple corse sans avoir de comptes à rendre à personne…. Toute l’ambiguïté du nationalisme est là, et il en va de même pour ces « Ghjunate».

Mais ces rencontres internationales n’ont-elles pas un intérêt par elles-mêmes ?

Certainement ! S’il s’agit de dialoguer avec des mouvements de différents pays (pour peu qu’ils soient porteurs d’aspirations démocratiques) et de confronter les points de vue, nul ne pourra nier l’intérêt de tels échanges ! Mais s’agit-il vraiment de cela ? On a l’impression – et c’est une impression durable – que les invités ne communiquent qu’avec quelques responsables nationalistes et avec la presse ; ils semblent avoir été invités autant pour faire connaître leurs propres causes que pour soutenir le discours nationaliste corse…

 Quant au « dialogue » et à la recherche de « la paix », l’impression est tout aussi forte. Il y a longtemps - en réalité, dès sa naissance, en 1982 - que l’Assemblée de Corse remplit cette fonction de « matrice » du débat et de la construction politiques. C’est en son sein, où toutes les tendances sont représentées, et où la seule puissance invitante est le suffrage universel, que se déroulent les grandes confrontations, voire les grandes controverses autour des enjeux et des défis de l’avenir. Nul ne peut s’y sentir « faire valoir » de personne, et chacun compte pour ce qu’il est, un élu du peuple. Il peut certes se créer d’autres lieux pour débattre, mais le seul qui ne sera pas suspecté d’être une instance de récupération, c’est bien l’institution territoriale.

Faut-il se montrer aux « Ghjurnate » ?

On comprend bien que ceux qui ont accepté de se montrer à cette tribune aient un point de vue différent, et n’acceptent pas le statut de « faire valoir » du nationalisme, voire de caution indirecte du FLNC. On se souvient des explications embarrassées du député UMP présent aux Ghjurnate 2012….On le sait bien, ce qui reste d’un passage à cette tribune, ce n’est pas ce qu’on a pu y déclarer, mais uniquement le fait de s’y être trouvé ! La puissance invitante est très heureuse d’y accueillir certains membres de l’Exécutif; elle est prête à tout entendre de leur part, pourvu que cela soit dit chez elle, et à son initiative ; pourvu qu’elle puisse entretenir ainsi le mythe qu’elle est toujours au centre de la vie politique corse… La presse locale ne s’est pas vraiment trompée en titrant « Les Ghjurnate mettent l’Exécutif au pied du mur ». Plus encore qu’en 2012, le discours « officiel » de Corsica Libera a tenu compte de la présence de plusieurs conseillers exécutifs à Corte : utilisée comme une concession sans contrepartie, cette présence était précieuse pour la propagande et… inutile pour le débat.

De quoi ces journées sont-elles donc le nom ?

Il paraît impossible de répondre en un seul mot ; comme leur nom officiel l’indique, les Ghjurnate di Corti sont d’abord un lieu et un moment de visibilité pour le nationalisme corse, qu’il soit légal ou clandestin ; et c’est une ouverture internationale au service de cette visibilité. Les chefs nationalistes renvoient systématiquement vers « l’Etat français » la responsabilité des dérives de la clandestinité ; ils l’ont redit à Corte. Ils recherchent tout ce qui peut donner une image positive de leur cause, car ils veulent se défaire de cette tunique de radicalité dont les ont affublés leurs propres pratiques, et la propagande du nationalisme dit modéré. Les invitations qu’ils adressent pour leurs Ghjurnate visent cet objectif, un objectif qui tient compte également (il faut le souligner) du climat moins tendu qui règne à l’Assemblée de Corse. Dans les circonstances présentes, ces journées servent donc aussi à redorer un blason terni par des années de violence et de tragédies. Y parviendront-elles ? On peut en douter pour le moment. Car l’apaisement recherché passe par une épreuve de vérité. Toute société est conflictuelle et toute société a besoin de résoudre ses conflits. Mais on n’a jamais rien construit de durable sur l’injustice et la dissimulation. La société corse et le nationalisme, qui en est partie intégrante, devront, tôt ou tard, affronter leurs propres démons, les démasquer, et construire sur de nouvelles bases de nouveaux rapports sociaux. Les autres forces politiques ont, elles aussi, une part du chemin à faire ; elles y sont disposées et elles l’ont prouvé. Mais il faut bien le constater et en tirer des enseignements : tous les efforts consentis (y compris les demandes d’amnistie) ont été interprétés comme des faiblesses que l’on s’est empressé d’exploiter ! Le dialogue, s’il est vraiment recherché, exige de la réciprocité et non de l’unilatéral. Il n’a rien à voir avec une entreprise de séduction électoraliste. Il exige un cadre et des conditions concrètes qui ne donnent à personne le sentiment d’être otage d’une logique qu’il n’a pas choisie… Chaque partie doit en sortir sans perdre la face. Référons-nous, pour avancer dans la réflexion, à tous les processus de réconciliation que les peuples tentent de mettre en place un peu partout dans le monde, malgré des rapports de force autrement plus durs et plus sanglants. Quand on veut vraiment parvenir à un accord de paix, on discute même de la forme de la table des négociations – autour d’une table ronde, il n’y a pas de président ! Créons donc les conditions de ce dialogue sans double-fond. Et Les Ghjurnate, celles que nous ferons ensemble, ne seront plus celles de l’ambiguïté mais celles de la fraternité véritable.

Etienne Bastelica, Paul Antoine Luciani. Ajaccio le 7 août 2013

 

                                      source:U Rossu

Partager cet article
Repost0
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 13:45

 

  Clio

 Clio, la muse de l'Histoire 

 

 

 

 

 

                                                   

Partager cet article
Repost0
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 13:37

 

  cerveau-anime.gif

                                                                     

 

 

prodibertinotti.jpgLa participation des partis communistes au gouvernement : une façon de sortir de la crise capitaliste?

 

Par Herwig Lerouge, pour le numéro 100 d'Etudes marxistes (revue théorique du Parti du travail de Belgique) repris par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Au cours des dernières années, la possibilité de participation au gouvernement de certains partis communistes (ou ex-communistes) a été à l’ordre du jour. En Allemagne, Die Linke a participé à certains gouvernements régionaux et y participe d’ailleurs toujours. Le parti a débattu d’une participation possible à un gouvernement fédéral. En Grèce et aux Pays-Bas, la coalition de gauche Syriza et le Socialistische Partij ont clairement annoncé leur volonté d’entrer au gouvernement. La majorité suffisante du Parti socialiste français lors des récentes élections parlementaires de 2012 a éliminé la question d’une nouvelle participation au gouvernement du Parti communiste français. Le PCF et, en Italie, Rifondazione Comunista et le Parti des communistes italiens ont participé à plusieurs gouvernements au cours des dernières décennies.

En 2008, les succès électoraux de certains de ces partis ont amené le magazine britannique de gauche, The New Statesman, à conclure : « Le socialisme — le socialisme pur, inaltéré, une idéologie considérée comme morte par les capitalistes libéraux — effectue un retour en force. À travers le continent, on assiste à une tendance bien nette dans laquelle les partis du centre gauche établis depuis longtemps sont défiés par des partis indubitablement socialistes. Ils défient un système économique dans lequel les intérêts des simples travailleurs sont subordonnés à ceux du capital[1]. »

Malheureusement, ces visions d’un brillant avenir socialiste pour l’Europe par le moyen des élections ont été dépassées par les derniers résultats électoraux et, fait plus important encore, par l’évolution politique de ces partis.

La tragédie italienne

La plupart des ces partis ont été créés après que Gorbatchev eut réalisé sa contre-révolution de velours. En Italie, lors de son congrès de Rimini, en 1991, le Parti communiste italien historique (PCI) se transforme en un parti social-démocrate ordinaire. La même année, les communistes italiens fondent le Partito della Rifondazione Comunista (parti de la refondation communiste). Au sein de Rifondazione, le débat sur le cours stratégique du parti reste longtemps ouvert… Une fois que Bertinotti accède à la présidence, le débat s’accélère. Lors du 5e congrès de Rifondazione, en février 2002, Bertinotti présente ses 63 thèses comme une collection d’« innovations ». Il a découvert une « nouvelle classe ouvrière », née à Gênes, en 2001 ; un « nouveau concept de parti ». Il rejette le parti d’avant-garde, devenu « obsolète », et le remplace par le parti conçu comme une composante du « mouvement des mouvements ». Il découvre également une « nouvelle définition de l’impérialisme », selon laquelle le monde n’est plus divisé entre blocs capitalistes rivaux et la guerre n’est plus un moyen de le partager périodiquement. L’ancien centralisme démocratique est remplacé par le droit de tendance…[2] »

Après trente-six mois d’innovation, la direction de Rifondazione Comunista se déclare prête à participer au gouvernement, en compagnie des démocrates chrétiens de Romano Prodi et de la social-démocratie de D’Alema. Lors du 6e congrès du PRC, en mars 2005, Bertinotti affirme que son parti devrait être la force motrice d’un processus de réforme. Et la participation au gouvernement est devenue un passage nécessaire dans cette direction. Dans le discours de clôture du congrès, il dit : « Le gouvernement, même le meilleur, n’est qu’un passage, un passage de compromis. Le parti doit être placé dans une position telle qu’il pourra faire voir sa stratégie, afin de bien montrer qu’il veut aller plus loin […][3]. » Pour prévenir des critiques contre le PRC qui entre dans une coalition favorable à l’UE avec l’ancien président de la Commission européenne, Romano Prodi, Bertinotti ne trouve pas de meilleure excuse que la pirouette éculée de la social-démocratie : « Nous devons répandre l’idée que les mouvements et le parti doivent garder leur autonomie par rapport au gouvernement. Le parti ne devrait pas être identifié au gouvernement. Il devrait garder sa propre ligne et une stratégie allant bien au-delà de celle du gouvernement[4]. »

Le membre bien connu du groupe Bilderberg, Romano Prodi, était présent au congrès et il perçut très bien la volte-face du dirigeant de Rifondazione : « Voilà un parti socialiste de gauche qui accepte le défi du gouvernement[5]. »

En moins de dix ans, Bertinotti est parvenu à mettre un important potentiel révolutionnaire sous le contrôle du système. En 2007, le PRC ralliait la coalition de l’ « Olivier ». Sans opposition de gauche anticapitaliste claire à la participation à la guerre en Afghanistan et aux mesures d’austérité du gouvernement Prodi, la droite combla le vide politique et Berlusconi fut remis en selle. Le PRC perdit toute sa représentation parlementaire dans la débâcle de la gauche électorale. Il s’agit de l’expérience la plus récente des dégâts que le révisionnisme peut occasionner. Aujourd’hui, le mouvement communiste italien traverse une crise profonde.

France : des communistes au gouvernement en 1981 et 1997

Le vingtième siècle avait déjà prouvé l’échec de ceux qui prétendent modifier l’équilibre du pouvoir en faveur de la classe ouvrière par des majorités au sein des parlements bourgeois.

Dans l’euphorie de la victoire électorale de Mitterrand en 1981, le secrétaire général du PCF, Georges Marchais, envoya quatre communistes au gouvernement, afin de modifier l’ « équilibre du pouvoir ». Le dirigeant du PCF, Roland Leroy, expliqua : « Notre présence concorde bien avec notre mission et notre stratégie : utiliser chaque opportunité, même le plus petit pas en avant, pour bâtir un socialisme original par des moyens démocratiques[6]. »

Au lieu d’obtenir un socialisme original, la classe ouvrière française a dû subir un Code du travail dérégulé, une sécurité sociale réduite et des salaires déconnectés de l’index des prix. Seize ans plus tard, en juillet 1997, la direction du PCF remettait le couvert. Trois ministres communistes ralliaient le gouvernement de la « Gauche plurielle » (PS-PCF-Verts-MDC) venu au pouvoir après les grandes luttes de 1995. Le résultat ? Il y a eu plus de privatisations sous ce gouvernement que sous les administrations de droite Juppé et Balladur mises ensemble. La privatisation d’Air France fut supervisée par le ministre communiste des Transports, Jean-Claude Gayssot. Thomson, Air France, France Télécom, les compagnies d’assurance GAN et CIC, la Société marseillaise de crédit, CNP, Aérospatiale ont été « ouvertes au capital ». La direction du PCF resta au gouvernement de « Jospin-la-guerre » lorsque, en 1999, la France soutint le bombardement de la Yougoslavie par l’Otan.

Bien sûr, certaines concessions ont été faites aux exigences syndicales, mais, comme ce fut le cas en 1936 avec le gouvernement de Front populaire, elles ont été en premier lieu le résultat des grandes luttes qui avaient précédé ou accompagné la victoire électorale de la gauche.

Prétendre modifier dans l’hémicycle parlementaire l’équilibre du pouvoir en faveur de la population laborieuse est absurde aux yeux de tous ceux qui observent le cirque électoral, qui voient les milliers de groupes de pression et autres commissions d’experts payés par les groupes d’affaires afin d’influencer directement les décisions politiques. Comment « la richesse exerce son pouvoir indirectement, mais avec plus d’efficacité » (pour reprendre les termes d’Engels) n’est nulle part plus évident qu’aux États-Unis. En 2000, les 429 candidats dont les finances de campagne étaient les mieux alimentées occupaient les 429 premières places au Congrès américain. Seuls les sièges 430-469 sont allés aux candidats moins « fortunés »[7].

S’il y a un seul avantage à toute la saga du néolibéralisme, c’est celui-ci : l’évidence de l’emprise des plus puissants groupes du capital sur les États nationaux, les institutions européennes et les institutions financières internationales n’a jamais été aussi ouverte et éhontée. Les décisions réelles sont la prérogative de l’exécutif depuis de nombreuses décennies et le Parlement n’est qu’une machine à ratifier les décisions déjà prises au niveau du gouvernement. De plus en plus, les lois sont préparées par des cabinets ministériels et même, aujourd’hui, par les groupes de pression des firmes importantes. Une paix durable et le progrès social requièrent une société socialiste et une transformation radicale de la société. La voie parlementaire vers le socialisme repose sur l’illusion que le grand capital va accepter de se mettre en retrait et qu’il va céder sans coup férir sa machine d’État à la classe ouvrière lorsque celle-ci sera suffisamment représentée au Parlement.

Naturellement, nous devons être conscients de ce que la majorité des gens en Europe, aujourd’hui, reconnaît l’ordre social actuel comme le seul possible.

Un processus révolutionnaire requiert de la flexibilité tactique, une adaptation à la réalité politique, une évaluation adéquate de l’objectif de chaque bataille, une connaissance exacte des contradictions de classe et des rapports de pouvoir, et de larges alliances.

Nous luttons pour des réformes, nous luttons pour renforcer la force politique et organisationnelle des travailleurs. À la population, nous ne disons pas : « Nous allons résoudre ça pour vous », mais nous leur disons : « Prenez vous-mêmes votre destinée en mains. » Dans la bataille, les travailleurs acquièrent de l’expérience et notre devoir est d’introduire la perspective socialiste à terme. Même pour les réformes, ce n’est pas le parlement ou les élections qui sont décisifs, mais les luttes. Tout ce que le mouvement ouvrier a obtenu résulte d’un combat organisé, en faisant campagne et en créant un rapport de forces dans la rue.

La Gauche européenne

Les 8 et 9 mai 2004, les deux partis susmentionnés, le PRC et le PCF, ont été parmi les fondateurs du Parti de la Gauche européenne. Bertinotti en est devenu le président.

Le Parti de la Gauche européenne est un bond qualitatif de l’évolution vers le réformisme (de gauche), a déclaré l’un de ses fondateurs, le président du Parti du socialisme démocratique (PDS), Lothar Bisky. Dans une interview réalisée par le journal Freitag, il explique : « Pour les forces politiques de l’Union européenne qui tirent leur origine du mouvement ouvrier révolutionnaire, le Parti de la Gauche européenne signifie un nouveau pas qualitatif dans le processus d’adaptation du socialisme de gauche[8]. »

Ni dans le Manifeste de la Gauche européenne ni dans ses statuts, il n’est fait référence à la propriété privée des moyens de production, aux crises économiques inhérentes au système, à la concurrence meurtrière que se livrent les sociétés monopolistes ou au partage du monde par les principales puissances impérialistes. Le Parti de la Gauche européenne promet « une alternative progressiste », la « paix », la « justice sociale », un « développement durable » et bien d’autres belles choses que personne ne songerait à rejeter[9].

Tout cela reste vague et entièrement dans les limites du système et de ses rapports de propriété. L’on cherchera en vain la moindre référence à une stratégie de la révolution sociale. Au contraire, le Parti se concentre entièrement sur la « réforme en profondeur » des institutions du système. « Nous voulons faire en sorte que les institutions élues — le Parlement européen et les parlements nationaux — aient plus de pouvoir et de possibilités de contrôle[10]. »

Die Linke

Un parti important au sein de la Gauche européenne est le parti allemand de la gauche, Die Linke. Il résulte de l’unification, en 2007, du Parti du socialisme démocratique (PDS, le parti qui a succédé au principal parti en RDA, le SED) et le WASG (des sociaux-démocrates de gauche déçus, des responsables de syndicats et des groupes trotskistes de l’Allemagne de l’Ouest).

Le WASG est né en 2005 des protestations suscitées par le gouvernement de Gehrard Schröder composé du Parti social-démocrate (SPD) et des Verts. Sa réforme Hartz IV, qui supprimait aux chômeurs leurs allocations au bout d’un an et les plongeait dans un système d’assistance sociale, avait créé un énorme secteur à bas salaires. Les conséquences de la réforme Hartz IV ont été désastreuses. Un rapport des Nations unies[11] sur la situation sociale en Allemagne explique qu’aujourd’hui, 13 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et que 1,3 million de personnes, bien qu’ayant du travail, ont besoin d’une aide supplémentaire parce que leurs revenus ne leur suffisent pas pour subsister. La pauvreté infantile affecte 2,5 millions d’enfants. Des études ont montré que 25 % des écoliers se rendent en classe sans avoir eu un petit déjeuner.

On constate une pauvreté en hausse parmi les personnes âgées en raison des pensions très modestes et revues à la baisse avec les réductions de salaire. Aujourd’hui, 8,2 millions de personnes ont des emplois temporaires ou des « mini-jobs » — à moins de 400 euros par mois. 75 % de tous les nouveaux emplois sont précaires. Tout ceci fait les choux gras des super-riches. En Allemagne, en 2010, il y avait 924 000 millionnaires, soit une augmentation de 7,2 % en trois ans.

Cette « réforme » divisa le parti social-démocrate et poussa l’ancien ministre social-démocrate Lafontaine à claquer la porte du parti. Il fut suivi par des sections entières du mouvement syndical allemand. Ces transfuges allaient créer le WASG. Le parti unifié WASG-PDS devenait « Die Linke » et, en 2009, il remportait 11,9 % des suffrages aux élections fédérales, gagnant ainsi 78 sièges. Son nombre de membres frisait les 80 000.

Mais, trois ans plus tard, selon les sondages les plus récents, Die Linke a des problèmes pour franchir l’antidémocratique seuil de 5 %, qui s’applique à toutes les élections, tant nationales que régionales. En mai 2012, il perdait ses sièges dans les deux Parlements régionaux allemands du Schleswig-Holstein (de 6 %, les votes retombaient à 2,2 %) et de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (de 5,6 %, à 2,5 %). Le nombre de ses membres est redescendu à moins de 70 000.

La nouvelle social-démocratie

Die Linke a adopté un programme lors de son congrès d’Erfurt, en 2011. Il est présenté comme une synthèse entre les tendances marxistes et les réalistes très réformistes[12].

« Die Linke, en tant que parti socialiste, est pour des alternatives, pour un avenir meilleur (p. 4). » Cet avenir englobe très justement « une existence dans la sécurité sociale, avec un revenu minimal garanti exempt de sanctions et à l’abri de la pauvreté, ainsi qu’une protection totale contre la dépendance, avec une pension statutaire pour tous, s’appuyant sur la solidarité à l’abri de la pauvreté, avec une assurance santé et des soins pour tous les citoyens et reposant sur la solidarité, avec un enseignement convenable, gratuit, accessible à tous, avec une diversité culturelle et la participation de tous à la richesse culturelle de la société, avec un système de taxation juste réduisant les charges imposées aux bas et moyens revenus, les augmentant pour les hauts revenus et tirant substantiellement plus des grosses fortunes pour réaliser la démocratie et faire régner la loi contre le pouvoir exorbitant des grosses sociétés, avec l’abolition de toute forme de discrimination basée sur le sexe, l’âge, le statut social, la philosophie, la religion, l’origine ethnique, l’orientation sexuelle et l’identité ou basée sur des incapacités en tous genres ». 

Mais on ne sait pas avec certitude si ces bonnes intentions seront concrétisées dans ce système capitaliste ou si ce système devra être aboli. À un endroit, on peut lire : « Nous avons besoin d’un système économique et social différent : le socialisme démocratique (p. 4). » L’ « économie sociale de marché » est critiquée comme « un compromis entre le travail salarial et le capital qui n’a jamais éliminé ni l’exploitation prédatrice de la nature ni les relations patriarcales dans les sphères publiques et privées ». Dans d’autres passages, le problème n’est pas le système, mais le « capitalisme sans restriction » (p. 58), le « modèle politique néolibéral » (p. 56) et les « marchés financiers dérégulés » (p. 15).

Le texte évoque un « long processus d’émancipation dans lequel la dominance du capital est renversée par le biais des forces démocratiques, sociales et écologiques », menant à une « société de socialisme démocratique (p. 5) ». À un autre endroit, la question décisive du changement social est la question de la propriété. « Aussi longtemps que les décisions prises par les grosses sociétés seront orientées vers les rendements désirés plutôt que vers le bien public, la politique sera sujette au chantage et la démocratie s’en trouvera minée. »

Ailleurs, « la propriété publique » est limitée « aux services d’intérêt général, d’infrastructure sociale, aux industries de l’énergie et au secteur financier » (p. 5). Et le programme copie la vieille thèse sociale-démocrate de « la démocratie qui s’étend à la prise des décisions économiques et soumet toutes les formes de propriété aux normes émancipatrices, sociales et écologiques. Sans la démocratie dans l’économie, la démocratie demeure imparfaite […]. » Ainsi, là, cet « ordre économique démocratique différent » sera donc une économie de marché régulée. Nous « soumettrons la régulation du marché de la production et de la distribution à un encadrement et à un contrôle démocratique, social et écologique ». « Le monde des affaires doit être soumis à un sévère contrôle de la concurrence (p. 5). »

La classe ouvrière n’a aucun rôle dans la conquête du pouvoir politique. Il est question de « majorités gagnantes (p. 20) » et le « socialisme démocratique » pourra être réalisé au sein des structures « démocratiques » de la constitution allemande et d’un « État social de droit ».

Les services de renseignement devraient être abolis, mais un « contrôle démocratique » de l’armée et de la police sera suffisant pour les transformer en outils du socialisme.

La participation au gouvernement

Selon le programme, la participation au gouvernement n’a de sens que si elle s’appuie sur un « rejet du modèle néolibéral de politique », si elle entraîne un changement « socio-écologique » et si elle peut réaliser une amélioration du niveau de vie de la population. Si tel est le cas, le « pouvoir politique de Die Linke et des mouvements sociaux peut être renforcé » et « le sentiment d’impuissance politique qui existe chez de nombreuses personnes peut être refoulé (p. 56) ».

On se demande comment cette position a pu être adoptée quelque temps seulement après la débâcle de ce qui avait toujours été présenté comme un exemple d’avant-garde de la stratégie du parti : le désastre de Berlin. En août 2010, Die Linke s’est effondré aux élections du Sénat de Berlin. En dix ans de participation au gouvernement de Berlin, le parti chuta, passant de 22,3 % à 11,5 %.

Pendant dix longues années, une coalition gouvernementale SPD-Die Linke géra la capitale allemande. Elle ferma de nombreuses crèches, sabra les indemnités sociales et privatisa 122 000 appartements sociaux. Die Linke vota la privatisation partielle du système berlinois de tramways, fit campagne contre la parité nationale des salaires pour les travailleurs du secteur public (qui gagnent toujours considérablement moins à l’est) et s’exprima contre les efforts pour ramener à la propriété publique la société approvisionnant Berlin en eau. Elle contribua également à privatiser une partie du principal hôpital de Berlin — ce qui allait se traduire par une dégradation des conditions de travail et une diminution des salaires.

Mathias Behnis, politologue et porte-parole du Front de résistance contre la privatisation de la société berlinoise de distribution d’eau, et Benedict Ugarte Chacón, politologue et porte-parole de l’Initiative berlinoise contre le scandale bancaire, établirent un bilan particulièrement noir dans le journal Junge Welt du 20 août 2011[13]. La coalition SPD-PDS (à l’époque, il s’agissait encore du PDS qui, plus tard, allait participer à la création de Die Linke) fit savoir clairement dès le début en 2002 quelle voie elle emprunterait, en approuvant une garantie de risque pour la Bankgesellschaft Berlin. Elle reprit les risques d’un fonds immobilier créé par la banque pour un montant de 21,6 milliards d’euros. Depuis, la Région de Berlin gère les pertes annuelles de cette banque. Le PDS était d’accord pour garantir les gains des actionnaires de ce fonds à l’aide d’argent public.

Dans un même temps, il mena une politique budgétaire stricte au détriment, par exemple, des allocations aux aveugles en 2003, ou du billet social pour les transports publics urbains en 2004, après que le gouvernement fédéral eut supprimé les subsides. D’énormes protestations sociales furent nécessaires pour réintroduire ce billet social, mais à un prix bien plus élevé.

Les crèches et les universités ne furent pas épargnées. Ceci déclencha de véhémentes protestations parmi les étudiants et le congrès de parti du PDS, le 6 décembre 2003, dans le luxueux hôtel Maritim dans le centre de Berlin, dut être protégé des étudiants par la police anti-émeute, qui fit évacuer la rue avec brutalité.

En mai 2003, les parents furent obligés de participer jusqu’à concurrence de 100 euros dans l’achat des manuels scolaires.

Die Linke à Berlin est également responsable de la détérioration de la situation de milliers de locataires. En mai 2004, le gouvernement régional de Berlin a vendu, au prix avantageux de 405 millions d’euros, 65 700 maisons de la société publique de logement GSW à un consortium auquel appartenaient le Whitehall-Fund de la banque d’investissement Goldman Sachs et la société d’investissement Cerberus. En 2010, il permit à ces sociétés d’entrer en Bourse et de transformer des milliers de logements berlinois en objets de spéculation.

Il supprima également les allocations aux propriétaires qui louaient leur maison à un loyer social, sans se soucier le moins du monde de ce qui allait advenir des locataires. Dans les anciens appartements naguère bon marché, occupés surtout par des travailleurs à bas salaires et des chômeurs, les loyers augmentèrent de 17 %.

L’eau se mue en marchandise

En 1999, l’ancien gouvernement avait vendu 49,9 % de l’ancienne société de distribution d’eau berlinoise à RWE et à Vivendi (Veolia). Le PDS obtint le poste de ministre de l’Économie en 2002, mais n’apporta aucun changement. Le prix de l’eau augmenta de 33 %. Sous l’ancien gouvernement, le PDS avait fait campagne contre la privatisation partielle de l’eau. Mais le ministre PDS, Wolf, fit exactement ce contre quoi il s’était battu : il garantit les bénéfices des actionnaires privés et tira lui-même profit des prix élevés de l’eau.

Dans l’accord de coalition de 2006, Die Linke et le SPD avaient parlé de s’atteler au retour de la société de distribution d’eau à l’autorité municipale. Mais rien ne fut fait. Pire encore, ils s’opposèrent par tous les moyens à un large mouvement extraparlementaire en faveur de la publication de l’accord secret de privatisation de la société de distribution d’eau. Plus de 666 000 personnes réclamèrent que cela fasse l’objet d’un référendum. La coalition fit campagne contre ce référendum. Le référendum obtenu, force leur fut de l’accepter, mais ils continuèrent à s’opposer à toute initiative légale de la population.

Tout ce qu’ils purent dire pour leur défense, ce fut l’éternelle rengaine des sociaux-démocrates : « Sans nous, c’eût été pire. » Non, cela aurait été exactement pareil, ou même mieux, parce que leur participation paralysa une partie du potentiel de résistance.

Après avoir été évincés aux élections, ils se plaignirent de n’avoir pas été en mesure d’imposer leurs points de vue au SPD. Il y eut des « restrictions à la liberté de mouvement », dit le dirigeant du parti, Klaus Lederer. Naturellement, mais quand vous promettez d’entrer dans un gouvernement pour changer les choses, vous ne devez pas être surpris si les gens vous demandent ce que vous avez changé, en fin de compte.

Dans les gouvernements régionaux du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale et du Brandebourg, tout comme à Berlin, le parti participa aux restrictions et aux fermetures.

Néanmoins, le congrès d’Erfurt conclut que la participation au gouvernement avait du sens.

C’est à peine si la participation à des gouvernements locaux et même fédéraux est encore aujourd’hui mise en question au sein du parti. L’aile droite de la direction a même tiré parti des mauvais résultats récents pour réclamer que le parti renonce à son « désir de rester dans l’opposition ». Il devrait déclarer ouvertement son intention de chercher à participer à tous les niveaux de gouvernement, particulièrement avec son « partenaire naturel de coalition », le SPD. Dietmar Bartsch, l’un de ses principaux porte-parole, est soutenu par le parti dans la totalité des cinq Länder de l’est, où l’organisation a beaucoup plus de membres. À l’Est, la participation au gouvernement est aujourd’hui devenue la norme.

Oskar Lafontaine, qui est considéré comme représentant la gauche du parti, ne s’est jamais opposé à ce que le parti s’embarque dans des coalitions au pouvoir — que du contraire. C’est un keynésien et il rêve d’un genre d’État providence socialement limité au niveau national. Retour aux années 70. Lui et ses partisans ne cessent de formuler les « principes » ou des « conditions » qu’il faudrait remplir pour participer au gouvernement.

 « Nous ne pouvons laisser le SPD et les Verts gouverner seuls. Le social n’est possible qu’avec nous », tel était l’intitulé du principal texte de la direction du parti lors de son congrès de Rostock en 2010. « Die Linke peut gouverner, même mieux que les autres. Et nous, dans le Mecklenburg-Vorpommern, nous avons des idées très claires sur ce qui devrait s’améliorer et comment le réaliser », a déclaré Steffen Bockhahn, président régional de Die Linke dans le Land Mecklenburg-Vorpommern, à ce congrès[14]. « Nous devons avoir des alternatives à la coalition CDU-FDP », ont dit les dirigeants du parti. Comme si le SPD et les Verts n’étaient pas d’accord pour faire payer la crise aux travailleurs ! Il n’y a plus aujourd’hui de critique acerbe à l’encontre de ces partis.

Die Linke affirme qu’elle combine les protestations sociales et politiques, élaborant des alternatives possibles et des réalisations politiques dans le cadre du gouvernement. Mais il est clair qu’il n’y a pas aujourd’hui de rapport de forces rendant possible d’exercer sur les gouvernements une pression telle qu’ils seraient forcés de réaliser d’importantes réformes en faveur du peuple. La seule conséquence de la participation gouvernementale, c’est qu’elle paralyse les mouvements de masse et qu’elle les intègre au système, comme nous l’avons vu à Berlin.

Les expériences de la participation communiste dans les gouvernements européens ont prouvé que cette participation n’arrêtait pas les privatisations, la régression sociale, ni même la participation à des guerres impérialistes. Ces expériences ont ébranlé la confiance dans les partis qui ont participé à ces gouvernements et elles les ont amenés à montrer qu’ils n’étaient guère différents de n’importe quel autre parti. La participation à un gouvernement bourgeois où les monopoles capitalistes dominent affaiblit les forces anticapitalistes.

En Grèce

Néanmoins, certains partis refusent de tirer les leçons de telles expériences. Ils prouvent qu’ils sont devenus de véritables partis sociaux-démocrates, prêts à remplacer les anciens, aujourd’hui discrédités.

En Grèce, plus la possibilité d’une victoire électorale semblait réaliste, plus la section locale du Parti de la Gauche européenne, Syriza, a rendu son programme le plus acceptable possible pour la direction de l’UE et la bourgeoisie grecque. Son programme gouvernemental[15] fut présenté comme un « plan pour mettre fin à la crise ». « Il s’agit d’unir le peuple autour du programme gouvernemental de Syriza visant à libérer la Grèce de la crise, de la pauvreté et de sa mauvaise réputation. » Nulle part, le système capitaliste n’est mentionné comme cause de la crise : il n’est fait état que de la gestion « néolibérale ». Le programme est présenté comme socialement et fiscalement équitable. Il promet l’annulation des mesures les plus insupportables et antisociales, la hausse du salaire minimal, la restauration de l’ancien niveau de protection contre le chômage et la maladie. Il promet de supprimer les taxes spéciales sur les bas et moyens revenus. Mais ce plan n’appelle qu’à la « stabilisation des dépenses primaires autour d’un minimum de 43 % du PIB, contre les 36 % du mémorandum, et d’un maximum de 46 % du PIB ». Ceci ne fera que ramener la Grèce dans « l’actuelle moyenne au sein de la zone euro ». C’est un programme qui ne va jamais au-delà du cadre capitaliste. « Nous organiserons la relance de la production du pays avec d’importantes impulsions visant à soutenir le développement d’industries compétitives. » Il ne promet que de geler la privatisation des entités publiques d’importance stratégique qui étaient encore publiques en 2010, quand la crise a éclaté. Sur la question de la dette, le programme cherche un compromis avec la bourgeoisie de l’UE au pouvoir. Il est loin en dessous du programme en dix points de Syriza pour les élections du 6 mai, qui appelait à « un moratoire sur le service de la dette, des négociations en vue d’annuler certaines dettes (pas la dette, comme le KKE le demandait) et la régulation de la dette restante pour inclure des provisions pour le développement économique et l’emploi[16] ». Le 8 mai, après les premières élections, Alexis Tsipras, le dirigeant de Syriza, a présenté un programme en cinq points comme base pour la formation d’un « gouvernement de gauche ». Là nous ne trouvons plus que « la création d’une commission d’audit internationale pour enquêter sur les causes du déficit en Grèce, avec un moratoire sur le service de la dette en attente de la publication des résultats de l’audit »[17].

Avant les nouvelles élections du 17 juin, son « programme de gouvernement » se limite à dénoncer des emprunts (négociés avec la Troïka) afin de remplacer leurs conditions par « d’autres qui ne mettront pas en question la souveraineté nationale de la Grèce et la survie économique de notre pays. Des conditions telles que la priorité dans le remboursement des prêts ou la saisie de la propriété de l’État, accordée aux créditeurs par le mémorandum, ne seront pas acceptées sans condition… » Il n’y a pas de revendication radicale visant à faire payer les responsables de la crise (les bourgeois grecs et européens et autres banques…), ni de moyen d’imposer ces mesures. Tout sera négocié. Le programme n’entend pas imposer « l’annulation du régime fiscal zéro pour les armateurs et l’Église », mais « chercher un accord » avec le secteur de l’industrie maritime afin de supprimer les 58 exemptions. Rien n’est dit sur la création d’un gouvernement capable d’imposer ces mêmes mesures. Il veut « amener le niveau des taxes au niveau du reste de l’UE », où la totalité du fardeau repose sur les épaules de la population laborieuse. Nulle part il n’est question du contrôle de l’administration ou du système économique par les travailleurs. Qui va contrôler les patrons, les banquiers ? Rien sur la police, sur l’armée. Syriza reste au sein de l’Otan, de l’UE.

Les dures leçons du passé

Les expériences confirment les positions de Marx, de Lénine et de la Troisième Internationale à ce propos. Ils rejettent tous la participation, à l’exception d’une situation où le fascisme constitue une réelle menace, dans le cas d’une situation où il peut s’agir d’une transition vers un gouvernement réellement révolutionnaire, c’est-à-dire dans des situations prérévolutionnaires avec de très importantes luttes de classe et un équilibre du pouvoir favorable (comme le Chili au début des années 1970, le Portugal en 1975…). Dans ces situations, il est possible que nous devions sceller des alliances avec des forces qui représentent les couches non prolétariennes, mais qui sont également opprimées par les monopoles ou menacées par le fascisme ou des belligérants extérieurs. Mais cela uniquement à condition que ce pouvoir évolue ou veuille évoluer vers la démocratie populaire et le socialisme, vers un État différent contrôlé par les travailleurs. Ce n’était pas le cas au Chili, où la réaction massacra socialistes et communistes en les mettant dans le même sac.

Le gouvernement des travailleurs, tel qu’il est proposé par la Troisième Internationale, est compris comme « le front uni de tous les travailleurs et une coalition de tous les partis des travailleurs, tant dans l’arène économique que politique, pour lutter contre le pouvoir de la bourgeoisie et, finalement, pour la renverser ». « Les tâches les plus fondamentales d’un tel gouvernement de travailleurs doivent consister à armer les travailleurs, à désarmer les organisations contre-révolutionnaires bourgeoises, à introduire le contrôle de la production (par les travailleurs), à faire passer le principal fardeau de la taxation sur les épaules des riches, et à briser la résistance de la bourgeoisie contre-révolutionnaire[18]. »

Un tel gouvernement des travailleurs n’est possible que s’il naît des luttes des masses elles-mêmes et s’il est soutenu par les organisations militantes des travailleurs[19].

Ceux qui justifient une coalition avec les partis politiques bourgeois dans les institutions parlementaires utilisent souvent les écrits de Dimitrov sur le front uni contre le fascisme. Il est vrai que Dimitrov critiqua les gens qui refusaient la politique de front uni contre le fascisme, mais selon Dimitrov, le front populaire antifasciste doit se créer sur base d’un front uni des travailleurs. Il demande qu’un gouvernement de front populaire prenne des mesures révolutionnaires, anticapitalistes : il peut surgir « une situation telle que la formation d’un gouvernement de front unique prolétarien ou de front populaire antifasciste devienne non seulement possible, mais indispensable dans l’intérêt du prolétariat. […] Nous exigeons de lui qu’il mette en pratique des revendications révolutionnaires radicales, déterminées, répondant à la situation. Par exemple, le contrôle de la production, le contrôle des banques, la dissolution de la police, son remplacement par la milice ouvrière armée, etc.[20] »

Dimitrov mettait en garde contre le fait que « maintenir un front populaire en France ne signifie pas, et de loin, que la classe ouvrière va soutenir l’actuel gouvernement[21] à tout prix […]. Si, pour une raison ou une autre, le gouvernement existant se montre incapable de faire passer le programme du Front populaire, s’il adopte la ligne de la retraite devant l’ennemi, chez soi et à l’étranger, si sa politique affaiblit la résistance à l’offensive fasciste, alors, la classe ouvrière, tout en continuant à resserrer les liens du Front populaire, tendra à provoquer la substitution d’un autre gouvernement à l’actuel […][22]. »

C’est ce qui arriva, et le PCF mit trop de temps à le comprendre. En 1936, après une victoire électorale des partis de gauche, le gouvernement Blum des socialistes et des radicaux fut formé, soutenu de l’extérieur par le PCF. Une énorme vague de grèves exerça une pression sur le gouvernement afin de le forcer à satisfaire les revendications que l’on retrouvait dans le programme du Front populaire. Mais, pour reprendre les termes de son chef, ce gouvernement ne se fixa comme objectif que de trouver une façon de « procurer un soulagement suffisant à ceux qui souffrent » dans le cadre de la société telle qu’elle existait. Pour Blum, la mission du Front populaire consistait à « ménager la société bourgeoise » et d’en extraire « un maximum d’ordre, de bien-être, de sécurité et de justice ». Dans ces conditions, l’impact négatif de la participation au gouvernement a considérablement augmenté. Les administrations « de gauche » présidant au système capitaliste ont historiquement démoralisé et démobilisé la classe ouvrière, et ouvert la voie à des partis et des gouvernements conservateurs et même d’extrême droite.

Le gouvernement Blum fut déboulonné deux ans après et deux ans supplémentaires allaient suffire pour que les capitalistes français prennent leur revanche et reviennent sur les concessions qu’ils avaient faites. À l’initiative du Parti socialiste, le gouvernement dirigé par le leader du Parti radical, Daladier, déclara le PC illégal le 21 novembre 1939 et les représentants de ce dernier passèrent en jugement. Le 7 juillet 1940, les mêmes représentants radicaux et socialistes votèrent la confiance au gouvernement traître de Pétain.

Même dans les périodes où une participation au gouvernement peut mener à la phase de la lutte ouverte pour le socialisme, la plus grande vigilance est de mise.

En septembre 1947, lors d’une réunion où étaient présents des membres du nouvel organe de coordination des partis communistes après la Seconde Guerre mondiale — le Kominform[23] — les participants critiquèrent la ligne opportuniste du PCF et du PCI dans leur politique de front uni durant l’occupation et leur participation au gouvernement par la suite.

Il était dans l’intérêt de la bourgeoisie de coopérer avec les communistes pendant et après la guerre, parce qu’elle était faible. Les communistes auraient dû tirer avantage de cette situation pour occuper des positions clés, mais ils ne le firent pas. Au lieu de conquérir un soutien de masse afin de prendre le pouvoir, ils désarmèrent les masses et semèrent des illusions à propos de la démocratie bourgeoise et du parlementarisme.

Au lieu de créer une unité antifasciste à partir de la base, avec la création d’instruments émanant des masses, rassemblant toutes les tendances qui étaient réellement prêtes à suivre la voie de la lutte pour un pouvoir révolutionnaire, les dirigeants du PCF et du PCI ont commis l’erreur de construire un front au sommet, sur la base d’une représentation égale de différents partis, alors que l’objectif des partis bourgeois était d’empêcher la transformation réelle du pays. Pour mener cette politique, les dirigeants du PCF et du PCI ont prétexté que toute revendication autre que celle de la libération nationale, toute revendication de changements démocratiques radicaux et révolutionnaires aliènerait au front antifasciste un certain nombre de groupes sociaux et de forces politiques.

La réunion critiqua le PCF pour avoir permis et même facilité le désarmement et la dissolution des forces de la Résistance sous le prétexte que la guerre n’était pas terminée et qu’une action contre la politique de De Gaulle aurait abouti à une confrontation avec les Alliés. Cette conception facilita la tâche des impérialistes soucieux de reconquérir leurs positions d’avant la guerre. Cela créa des illusions à propos de la « démocratie » des impérialistes et de leur capacité à aider à la reconstruction, sans autres objectifs, des nations qui avaient été libérées du fascisme.

Globalement, les délégués à la Conférence leur reprochèrent de persévérer dans les illusions d’une voie parlementaire vers le socialisme et de les propager parmi les masses au lieu de mobiliser ces dernières contre la politique proaméricaine de leurs gouvernements et pour une alternative vraiment révolutionnaire[24].

Aujourd’hui moins que jamais

La première question reste : quel est le caractère de la société dans laquelle un parti communiste veut participer à un gouvernement ? C’est un État capitaliste. Sa base économique est le capitalisme et sa tâche est par conséquent de gérer le capitalisme, de protéger et de créer des conditions favorables à la réussite du développement du capitalisme. Cet État a adopté une constitution et des lois, des règles et des réglementations qui servent l’objectif qui vise à garantir l’ordre constitutionnel, à créer les conditions pour le développement du capital et pour empêcher les conflits au sein même de la société.

La politique hostile aux travailleurs dans ces États ne relève pas de mauvais politiciens ni de mauvais partis avec de mauvais programmes. Aussi longtemps que la propriété privée des moyens de production règnera, que les entreprises devront se faire concurrence pour survivre, elles vont devoir accumuler, accroître leurs bénéfices, réduire les salaires, refuser les revendications sociales. À cette loi ne peuvent s’opposer de « bons » politiciens au gouvernement avec des idées et des programmes « corrects ».

Le capitalisme d’aujourd’hui ne peut plus, comme l’espère Lafontaine, revenir à l’époque de ce qu’on a appelé l’« économie sociale de marché » avec partenariat social. Ce fut un épisode qui doit être replacé dans le contexte de la rivalité idéologique entre le socialisme et le capitalisme, de la force des partis communistes après la période de la Résistance, quand les revendications pouvaient être prises en compte à partir des profits de la phase de reconstruction de l’après-guerre.

Cela n’est plus possible et cela n’est d’ailleurs plus nécessaire dans la logique capitaliste. Les vingt-cinq millions de chômeurs officiels dans l’UE qui exercent une pression sur les salaires et les marchés de l’emploi aujourd’hui mondialement accessibles réduisent le prix de la main-d’œuvre. Le chômage de masse grève deux fois le budget social : les salaires en baisse apportent moins de rentrées dans les caisses de l’assurance sociale alors qu’il y a davantage de bénéficiaires à satisfaire à partir de ces fonds. L’effondrement du système de sécurité sociale n’est qu’une question de temps s’il n’y a pas un large combat visant à faire payer le capital. En outre, les rentrées des impôts en provenance des entreprises sont en baisse malgré les profits à la hausse ; des réductions d’impôt supplémentaires sont nécessaires pour renforcer les capitalistes nationaux sur les marchés internationaux.

L’État capitaliste est là pour créer les conditions favorables à l’accroissement de la rentabilité des entreprises, pour créer pour elles de nouveaux marchés grâce à la privatisation et à la redistribution du revenu national en faveur des détenteurs de capitaux. Il est là pour faire taire ou réprimer la classe ouvrière nationale et pour garantir les intérêts du capital dans d’autres régions.

Ainsi, la participation à des gouvernements dans de telles conditions signifie uniquement la participation à la régression sociale, même si elle peut s’en trouver quelque peu ralentie. Cela signifie désarmer la résistance en donnant de faux espoirs au mouvement ouvrier.

D’anciens partis communistes ont choisi de participer au pouvoir, sachant souvent que cela signifiait gouverner dans l’intérêt du capital et prendre part à la destruction des acquis sociaux obtenus de haute lutte par le mouvement ouvrier.

La participation au gouvernement a contribué à démobiliser la résistance pourtant si nécessaire et le développement d’un contre-pouvoir. Aujourd’hui, pour modifier l’équilibre des forces de classe, nous devons nous unir pour une série de combats défensifs contre la régression sociale, afin de créer un mouvement politique indépendant des travailleurs et de ceux qui sont empêchés de travailler, et diffuser une conscience anticapitaliste croissante au sein du mouvement ouvrier.

La faiblesse de l’opposition communiste et de syndicats avec une claire orientation anticapitaliste est la principale cause de la domination agressive du capital dans la plupart des pays capitalistes.

Nous avons besoin d’un programme politique alternatif et nous devons nous battre pour ce programme. Il comprend des revendications immédiates, mais aussi le mot d’ordre l’abolition des rapports capitalistes de propriété. Ces revendications ne devraient pas être adressées à des partenaires potentiels au sein d’un gouvernement de gauche (qui n’existe pas), mais au mouvement ouvrier organisé et aux autres couches exploitées de la société. Elles devraient être adressées aux syndicats, à toutes sortes d’organisations populaires actives dans tous les domaines de la lutte sociale, démocratique, anti-impérialiste et culturelle.

La véritable question est de savoir comment les partis communistes vont se préparer aux batailles à venir, comment ils vont s’organiser pour être en mesure d’assumer efficacement la charge des nouvelles luttes de la classe ouvrière et de la population laborieuse au sens large. La crise pousse de larges couches de travailleurs à tourner le dos à la social-démocratie. Nous ne devons pas leur proposer une nouvelle social-démocratie rénovée. Ce qui est nécessaire, c’est un parti révolutionnaire qui prend en compte l’actuel niveau de conscientisation, qui fait siens les problèmes des petites gens, qui parle un langage accessible, qui cherche l’unité avec le groupe le plus large possible dans la lutte. Mais qui ne déroge pas à ses principes, qui maintient le cap vers une société où il n’y aura pas d’exploitation de l’homme par l’homme, une société sans propriété privée des moyens de production de base, une société dans laquelle les travailleurs seront réellement libres et avec un État qui protègera la liberté de la vaste majorité contre l’oppression par la minorité.

Herwig Lerouge (herwig.lerouge(at)teledisnet.be) est rédacteur en chef d’Études marxistes.


[1] « Socialism’s comeback », The New Statesman, décembre 2008, http://www.newstatesman.com/europe/2008/12/socialist-party-socialism?page=5.

[2] Fausto Bertinotti e.a., Tesi maggioranza (thèses de la majorité), V Congresso Nazionale, 2002, Partito della Rifondazione Comunista. Toutes les citations sur le PRCI proviennent de l’ouvrage « La classe ouvrière à l’ère des entreprises transnationales » de Peter Mertens, Études marxistes numéro 72 (2005). (Ces thèses en italien : http://www.d-meeus.be/marxisme/modernes/Bertinotti63Tesi.html.)

[3] Partito della Rifondazione Communista. VI Congresso Nazionale. Relazione introduttiva del segretario Fausto Bertinotti.

[4] Partito della Rifondazione Comunista. VI Congresso Nazionale. Conclusioni del segretario Fausto Bertinotti.

[5] La Stampa, 4 mars 2005, p. 7, http://www.archiviolastampa.it/.

[6] Le Nouvel Observateur, 10 février 1984.

[7] Michael Scherer, Amy Paris e.a., « Campaign inflation », dans Mother Jones 400, mars 2001, http://www.motherjones.com/news/special_reports/mojo_400/index.html.

[8] Junge Welt, 8 avril 2004, http://www.jungewelt.de/2004/04-08/004.php.

[9] Parti de la Gauche européenne, « Manifeste du Parti de la Gauche européenne », 10 mai 2004.

[10] Ibid.

[11] United Nations Economic and Social Council, 20 May 2011. Concluding Observations of the Committee on Economic, Social and Cultural Rights. Germany. http://www.ag-friedensforschung.de/themen/Menschenrechte/deutsch-un.pdf

[13] Mathias Behnis et Benedict Ugarte Chacón, « Die Überflüssigen : Hintergrund. Harmlos, farblos und immer treu zur SPD. Zehn Jahre Regierungsbeteiligung der Linkspartei in Berlin — eine unvollständige Bilanz des Scheiterns », https://www.jungewelt.de/loginFailed.php?ref=/2011/08-20/024.php.

[14] Disput, juin 2010.

[20] Georgi Dimitrov, L’Offensive du fascisme et les tâches de l’Internationale communiste dans la lutte pour l’unité de la classe ouvrière contre le fascisme, http://actionantifasciste.fr/documents/analyses/28.html.

[21] Le gouvernement du Front populaire de socialistes et radicaux dirigé par Léon Blum, voir plus loin.

[22] Georgi Dimitrov, Œuvres choisies, t. 2, p. 160, Sofia Presse.

[23] C’est en 1943 que fut dissoute la Troisième Internationale. Après la défaite du fascisme, elle fut restaurée sous l’appellation de Kominform. Ce dernier ne s’est réuni qu’à trois reprises. Lors des sessions qui se tinrent du 23 au 26 septembre 1947 inclus, il fut discuté en détail de la situation en France et en Italie.

[24] Intervention de Djilas du 25 septembre 1947. Giuliano Procacci (red.), The Cominform : Minutes of the Three Conferences 1947/1948/1949, Milan, Fondazione Giangiacomo Feltrinelli & Russian Centre of Conservation and Study of Records for Modern History (RTsKhIDNI), 1994, pp 255-257. Cité dans Peter Mertens, « La classe ouvrière à l’ère des entreprises transnationales », Études marxistes 72 (2005).

Partager cet article
Repost0