Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CHANTS REVOLUTIONNAIRES

Archives

18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 14:42

                                                                         pcf.jpg

 

 

 

Copy-of-Pierre-LAURENT.jpgCuba/USA : la reconnaissance de la détermination du peuple cubain à lutter (Pierre Laurent)

L'annonce de la reprise des relations diplomatiques entre les États-Unis et Cuba est la reconnaissance de la force et de la détermination du peuple cubain à lutter, pendant 54 ans, contre un blocus illégal et illégitime et pour son indépendance et sa souveraineté.

La levée partielle des sanctions américaines doit déboucher sans tarder sur une levée totale de l'embargo. Cette avancée confirme la place de Cuba sur le continent latino-américain et la scène internationale.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 14:30

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 14:07

 

fidelcastro4.jpgDifférences

 

 

 

Ce n’est pas à Cuba qu’on massacre des jeunes mais au Mexique où 43 étudiants sont toujours portés disparus.

 

Ce n’est pas à Cuba qu’un jeune pacifiste vient d’être tué par un tir de grenade mais en France.

 

Ce n’est pas à Cuba que des policiers tirent sur des enfants noirs mais aux Etats-Unis d’Amérique.

 

Ce n’est pas Cuba qu’on assassine en ce moment même des opposants et des journalistes mais au Honduras.

 

Ce n’est pas à Cuba que des enfants dorment dans les rues mais à Bogota.

 

Ce n’est pas à Cuba qu’on meurt de faim mais au Guatemala.

 

Ce n’est pas à Cuba qu’on ne peut accéder aux soins mais en Haïti.

 

Ce n’est pas à Cuba que les enfants ne peuvent aller à l’école et les jeunes accéder à l’université mais au Paraguay.

 

Ce n’est pas…

 

                                           José Fort

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 13:53

 

                                                     solidarité internationaliste

 

 

 

 

raul-castro-17dec2014.jpg

La Havane (CUBA) le 17 Décembre 2014

Allocution du président cubain Raul Castro

Compatriotes,


Depuis mon élection en tant que président du Conseil d’État et du Conseil des ministres, j’ai exprimé, à maintes reprises, notre décision d’entretenir avec le gouvernement des États-Unis un dialogue respectueux, basé sur l’égalité souveraine, pour traiter les sujets les plus divers de manière réciproque, sans empiètement sur l’indépendance nationale et l’autodétermination de notre peuple.


Il s’agit d’une position qui a été exprimée au Gouvernement des États-Unis, de manière publique et privée, par le camarade Fidel à différents moments de notre longue lutte, et ceci avec la proposition de discuter et de régler les différends par la voie des négociations, sans renoncer à aucun de nos principes.


L’héroïque peuple cubain a fait preuve, face aux grands dangers, aux agressions, aux adversités et aux sacrifices, qu’il est et restera fidèle à nos idéaux d’indépendance et de justice sociale. Étroitement unis en ces 56 années de Révolution, nous avons gardé une profonde loyauté envers ceux qui sont tombés dans la défense de ces principes depuis le début de nos guerres d’indépendance, en 1868.


À présent, nous menons de l’avant, en dépit des difficultés, la mise à jour de notre modèle économique afin de construire un socialisme prospère et durable.


Du fait d’un dialogue au plus haut niveau, qui a inclus une conversation téléphonique que j’ai eue hier avec le Président Barack Obama, nous avons pu avancer dans la solution de certaines questions d’intérêt pour les deux pays.


Comme l’avait promis Fidel en juin 2001 lorsqu’il a dit : « Ils reviendront ! », Gerardo, Ramon et Antonio sont arrivés aujourd’hui dans la patrie.


L’énorme joie de leurs familles et de tout notre peuple, qui s’est mobilisé inlassablement dans cet objectif, s’étend aux centaines de comités et de groupes de solidarité ; gouvernements, parlements, organisations, institutions et personnalités qui durant ces 16 ans ont réclamé et déployé de vaillants efforts pour leur libération. À eux tous, nous exprimons notre plus profonde gratitude et engagement.


Cette décision du Président Obama mérite le respect et la reconnaissance de notre peuple.


J’aimerais remercier et reconnaître le soutien du Vatican, et très spécialement du Pape François, à l’amélioration des relations entre Cuba et les États-Unis. De même, nos remerciements au Gouvernement du Canada pour les facilités créées pour la réalisation du dialogue de haut niveau entre les deux pays.


En même temps, nous avons décidé de libérer et d’envoyer aux États-Unis un espion d’origine cubaine qui travaillait au service de ce pays.


D’autre part, pour des raisons humanitaires, aujourd’hui, le citoyen nord-américain Alan Gross a été rapatrié dans son pays.


De façon unilatérale, conformément à notre pratique et à nos dispositions légales, des bénéfices pénaux ont été octroyés aux prisonniers concernés, y compris la libération de personnes auxquelles le gouvernement des États-Unis était intéressé.  


Par ailleurs, nous avons convenu de rétablir les relations diplomatiques.


Ceci ne veut pas dire que l’essentiel ait été réglé. Le blocus économique, commercial et financier qui occasionne de graves dommages humains et économiques à notre pays doit cesser.


Bien que les mesures du blocus soient devenues une loi, le Président des États-Unis peut modifier leurs applications en vertu des facultés exécutives qui lui sont conférées.


Nous proposons au gouvernement des États-Unis de prendre de mesures réciproques en vue de l’amélioration du climat bilatéral et d’avancer vers une normalisation des relations entre nos deux pays, conformément aux principes du Droit international et de la Charte des Nations  Unies.


Cuba réitère sa disposition à maintenir la coopération au sein des organismes multilatéraux, comme l’Organisation de Nations Unies.


Conscient de nos profondes différences en matière de souveraineté nationale, de démocratie, de droits de l’Homme et de politique extérieure, je confirme notre volonté de dialoguer sur ces sujets.


J’invite le gouvernement des États-Unis à surmonter les obstacles empêchant ou entravant les liens entre nos peuples, les familles et les citoyens des deux pays, notamment, en ce qui concerne les voyages, le service postal direct et les télécommunications.


Les progrès enregistrés lors des échanges montrent que beaucoup de problèmes peuvent être résolus.  


Tel que nous l’avons répété, nous devons apprendre l’art de coexister, de manière civilisée, malgré nos différends.


Nous parlerons plus tard de ces importants sujets.


Je vous remercie.      

                                                            

Sobre estos importantes temas volveremos a hablar más adelante.


Muchas gracias.


source : granma

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 13:48

                                                                   drapeau-cubagif.gif

 

 

LIBRES ENFIN !


Gerardo Hernandez, Ramón Labaniño et Antonio Guerrero, 3 des 5 héros Cubains encore en prison aux États-Unis depuis presque 17 ans, viennent enfin d'être libérés ! C'est une grande joie pour leurs familles, le Peuple de Cuba et tous ceux qui, par le monde, se sont battus pour qu'ils soient libérés. Mais, malgré ma joie, j'ai honte aujourd'hui de la manière dont les médias français, à commencer par le journal "le Monde" et "France Info" traduisent cette libération comme un "échange d'un espion américain, Alan Gross, contre des "espions" Cubains"...

Une fois de plus, les "chiens de garde" font leur sale boulot : les 5 Cubains qui avaient été emprisonnés (et pour les deux derniers à perpétuité et, même, pour Gerardo, de deux fois la perpétuité plus 15 ans !), ces 5 Cubains étaient allés rendre compte au FBI des actes de terrorisme programmés par de dangereux criminels vivant en toute liberté, et toute impunité, sur le sol américain. Les agents du FBI, le 17 juin 1998 avaient déclarés être "impressionnés" par l'abondance de preuves apportées par ces derniers. Et, pourtant, quelques jours plus tard ce sont eux qui étaient emprisonnés comme des criminels ! Alors que l'Américain Alan Gross, était, lui, un espion notoire, venu en 2009 sur le sol cubain pour porter atteinte à l'état cubain, notamment en implantant du matériel satellitaire destiné à développer la propagande américaine contre le régime de Cuba. Sa démarche s'inscrivait dans le droit fil de l'embargo inique que font subir les États-Unis à Cuba depuis plus de 60 ans et, ce, malgré la dénonciation de la quasi totalité des pays membres de l'ONU. Alan Gross, ce véritable espion US, est donc libre, tant mieux pour lui...qu'il retourne, bien anonymement, la queue entre les jambes dans son pays. Quant aux 3 Cubains, c'est en héros, ce qu'ils sont véritablement, qu'ils vont être accueillis chez eux avec tout l'amour d'un Peuple fier et valeureux dont ils sont les dignes représentants.

VIVA LOS CINCOS ! VIVA CUBA ! VIVA EL SOCIALISMO ! VIVA LA REVOLUCIóN !


LIBRES ENFIN ! Gerardo Hernandez, Ramón Labaniño et Antonio Guerrero, 3 des 5 héros Cubains encore en prison aux États-Unis depuis presque 17 ans, viennent enfin d'être libérés ! C'est une grande joie pour leurs familles, le Peuple de Cuba et tous ceux qui, par le monde, se sont battus pour qu'ils soient libérés. Mais, malgré ma joie, j'ai honte aujourd'hui de la manière dont les médias français, à commencer par le journal "le Monde" et "France Info" traduisent cette libération comme un "échange d'un espion américain, Alan Gross, contre des "espions" Cubains"...Une fois de plus, les "chiens de garde" font leur sale boulot : les 5 Cubains qui avaient été emprisonnés (et pour les deux derniers à perpétuité et, même, pour Gerardo, de deux fois la perpétuité plus 15 ans !), ces 5 Cubains étaient allés rendre compte au FBI des actes de terrorisme programmés par de dangereux criminels vivant en toute liberté, et toute impunité, sur le sol américain. Les agents du FBI, le 17 juin 1998 avaient déclarés être "impressionnés" par l'abondance de preuves apportées par ces derniers. Et, pourtant, quelques jours plus tard ce sont eux qui étaient emprisonnés comme des criminels ! Alors que l'Américain Alan Gross, était, lui, un espion notoire, venu en 2009 sur le sol cubain pour porter atteinte à l'état cubain, notamment en implantant du matériel satellitaire destiné à développer la propagande américaine contre le régime de Cuba. Sa démarche s'inscrivait dans le droit fil de l'embargo inique que font subir les États-Unis à Cuba depuis plus de 60 ans et, ce, malgré la dénonciation de la quasi totalité des pays membres de l'ONU. Alan Gross, ce véritable espion US, est donc libre, tant mieux pour lui...qu'il retourne, bien anonymement, la queue entre les jambes dans son pays. Quant aux 3 Cubains, c'est en héros, ce qu'ils sont véritablement, qu'ils vont être accueillis chez eux avec tout l'amour d'un Peuple fier et valeureux dont ils sont les dignes représentants. VIVA LOS CINCOS ! VIVA CUBA ! VIVA EL SOCIALISMO ! VIVA LA REVOLUCIóN !
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 13:12

 

 

                                                                        drapeau-cubagif.gif

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 12:54

 

 

 

 

source: Roger Balme par l'intermédiaire de Cocomaganville

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 16:55

  drapeau-cubagif.gif  

                          Cuba:  LIBERATION DES 5

Les 3 des 5 qui étaient encore emprisonnés injustement aux Etats-Unis viennent d'être libérés et sont rentrés à Cuba.

C'est tout ce que l'on sait pour le moment. Tous les détails vous seront donnés à mesure qu'ils nous parviendront.

                               

                                 


    
 

cuba-babderole.jpg

 

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 13:31

 

 

                                                             CERVEAU

 

 

source:CVUH Diffusion

 

 Après la conférence des Courtois & C° en Ukraine sponsorisée par l'ambassade de France, voici le retour d'ascenseur en France:

Réaction d'une collègue spécialiste des questions de mémoire en Europe centrale et très vigilante sur ces sujets.

conférence sur le rôle de la guerre d'information dans le conflit russo-ukrainien

 

Comment pout on inviter à un débat "académique" une personne comme Volodymyr Vyatrovych, totalement lié à des partis d'extreme droite (OUN/UPA), à la funeste politique de réécriture de l'histoire et de réhabilitation de criminels de guerre comme Shukhevych ou Bandera du président Yushchenko.

Cet "historien" est plus que tendancieux et de nombreux critiques ont montré les omissions, falsifications et distortions de documents

(résumé ici meme dans wikipedia à la rubrique "critique"

http://en.wikipedia.org/wiki/Volodymyr_Viatrovych

voici une recension d'un de ses "livres" par un historien suédois, qu'on ne pourra pas qualifier de tendancieux:

https://www.academia.edu/1603987/_Warfare_or_War_Criminality_Volodymyr_Viatrovych_Druha_polsko-ukrainska_viina_1942-1947_Kyiv_Vydavnychyi_Dim_Kyevo-Mohylianska_Akademiia_2011_Ab_Imperio_1_2012_356-381

 

Il est urgent d'arrêter de donner une voix et un soutien à l'extreme droite nationaliste, xénophobe et antidémocratique, négationniste et admiratrice de mouvements fascistes de l'entre deux guerre.

 

L'extension de ce discours en UKraine est fortement préjudiciable au développement d'une conscience politique et démocratique dans ce pays.

Je dirais bien sur la même chose pour d'autres pays européens, là il s'agit juste de l'Ukraine,

 

 
 

Delphine Bechtel
Université Paris IV Sorbonne
UFR d'Etudes germaniques
et CIRCE - Centre Interdisciplinaire de Recherches Centre-Européennes

au sein de l'UMR 8224 EUR'ORBEM Europe orientale, balkanique et médiane
http://www.circe.paris-sorbonne.fr/

Centre Universitaire Malesherbes
108 Bd Malesherbes
F - 75017 Paris
France

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 13:17

 

LE HYARIC

 

Le Parlement européen se prononce pour un Etat palestinien

palestine

 

A la suite de plusieurs parlements nationaux dans l’Union européenne, le Parlement européen vient de voter (498 votes pour et 88 votes contre), ce mercredi 17 décembre 2014, une résolution dite de « compromis » c’est-à-dire qu’elle est le résultat de discussions entre les différents groupes du Parlement européen.

 

Dans ces débats, nous n’avons ménagé aucun effort pour obtenir la meilleure résolution possible. L’objectif est d’aider au mieux le peuple palestinien et l’autorité palestinienne dans leur combat pour qu’enfin soient reconnus leur souveraineté et leurs droits.

 

La résolution adoptée est donc un pas de plus appuyant la reconnaissance de l’Etat palestinien dans les frontières de 1967. Même si  nous aurions souhaité un texte plus clair et plus précis, nous l’avons soutenu, dès lors qu’il peut constituer un point d’appui.

 

Ainsi, à l’article 1, il est écrit : « Le parlement européen soutient le principe de la reconnaissance d’un Etat palestinien et la solution à deux états et estime que ceci doit aller de pair avec le développement des pourparlers de paix ».

 

Article 2 : « Soutient les efforts du Président Abbas et du gouvernement de consensus national palestinien, souligne à nouveau l’importance de consolider l’autorité du gouvernement de consensus palestinien et son administration dans le bande de Gaza, demande un soutien constant de l’Union européenne pour le renforcement des capacités institutionnelles palestiniennes ».

 

Article 5 : « Réaffirme son soutien ferme à la solution à deux Etats sur la base des frontières de 1967 avec Jérusalem comme capitale des deux Etats. Un  Etat d’Israël dont la sécurité doit être assurée aux côtés d’un Etat palestinien, indépendant, démocratique, contigu et viable, coexistant dans la paix et la sécurité sur la base du droit à l’autodétermination et le plein respect du droit international ».

 

Article 60 : « Invite la haute représentante, vice-présidente de la Commission à faciliter une position commune de l’Union européenne sur ce sujet ».

 

Article 70 : « Décide de lancer une initiative parlementaire pour la Paix », visant à rassembler les différents partis de l’Union européenne, israéliens et le Parlement palestinien pour faire avancer un agenda pour la paix et pour compléter les efforts diplomatiques de l’Union européenne ».

Partager cet article
Repost0